Archive 18-20

Shopping, Boutiques 4e arrondissement
19 J'aime
Epingler
Archive 18-20 (© CL / TOP)
1/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
2/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
3/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
4/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
5/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
6/7
© CL / TOP
Archive 18-20 (© CL / TOP)
7/7
© CL / TOP

Boutique, galerie d'art et concept-store : Archive 18-20 mise avec grâce sur tous les domaines.

Dans la rue des Archives qui chérit particulièrement le vestiaire masculin avec ses boutiques de luxe en enfilade (Valentino, Givenchy), des flèches indiquent un jardin urbain. Sous le porche, on oublie déjà les pots d’échappement avec une invasion végétale, sous forme de « mini-mondes » et de créations japonaises aimantées. Là, on peut bifurquer vers un café au décor en bois, abrité du brouhaha du sémillant Marais ou bien plonger tête la première dans le concept-store à la verrière démesurée. Sous cette serre citadine, la récolte ne peut être que fructueuse, mais y flâner simplement est aussi fortement recommandé. La maîtresse des lieux Séverine Lahyani s'est accaparé ce grand espace dans la continuité de sa griffe Ly Adams dont on retrouve les trenchs typés, chemises et t-shirts parsemés dans la boutique.

Un lieu, mille identités

Archive 18-20 intègre également une galerie qui ne se contente pas de quelques photos sur les murs mais occupe une large partie de l’espace. L’art prend d’ailleurs ici ses aises, Apollinaire étale ses vers aux murs et les artistes y ont souvent carte blanche. Bien pensé pour compenser la concurrence du web, Archive 18-20 donne effectivement envie de se déplacer et se renouvelle chaque mois dans plusieurs espaces. Séverine Lahyani dit s’être beaucoup inspirée des puces pour ce lieu : « C’est l’endroit idéal car il est très ouvert en termes de clientèle », explique-t-elle. A notre visite en juillet, il y a non seulement une vente de mobilier vintage mais aussi en invité le chineur Tombées du camion, habitué des puces, qui occupe les lieux en jouant la contradiction de vendre du vintage, mais en série. Petits plats émaillés qui réjouissent les restaurateurs en herbe ou non, œil de poupée Bella à 6 € pour les fétichistes, porte-clés (très) coquins, boîte de vaseline ancienne (8 €), luminaires à 70 €, poignée de cercueil (40 €), ciseaux de couturier : ce cabinet de curiosités dans les mêmes murs que des jean’s APC risque de réconcilier les amoureux des brocantes et ceux qui aiment les chemisiers bien pliés. A partir de septembre, une grande exposition photo sur la boxe occupera ce même espace, avant un autre changement d’ambiance en octobre avec Lola James Harper, ses fragrances et ses vinyles. Puis l’année 2016 se terminera sur un grand marché de Noël des créateurs.  

Le branché

Outre cet espace mouvant, une belle sélection lifestyle est représentative de bien des intérieurs de studio-loft de jeunes gens modernes du quartier, du livre sur Mario Testino au whisky japonais Nikka. Comme un mini-musée de l’Homme de 2016, Archive 18-20 collectionne les produits de consommation qui séduisent le Français branché, du casque Monster au vélo design Shinola, une marque de Détroit qui produit aussi des battes de baseball (pour décorer, de préférence) ou d’élégants carnets à personnaliser (11 €). Finissons avec logique par les pieds, que les marques Church, Doc Martens ou Adidas Original se font un plaisir d’habiller et finiraient de permettre à tout alien débarqué sur terre d'atterrir ici dans le plus simple appareil par la verrière et en ressortir incognito comme un dandy contemporain dans le Marais.

Par Charline Lecarpentier

Publié :

Nom du lieu Archive 18-20
Contact
Adresse 18-20 rue des Archives
4e
Paris

Heures d'ouverture Tous les jours de 11h à 19h30.
Transport Métro : Hôtel de Ville
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
LiveReviews|0
1 person listening