0 J'aime
Epingler

Bienvenue au Bouclard

Un atelier-showroom-boutique pas tout à fait comme les autres

On ne vient pas par hasard au Bouclard. On sait bien avant de frapper à la porte de ce lieu unique ce que l'on est venu y chercher. Du prêt-à-porter haut de gamme quasi introuvable ailleurs (ou dans quelques concept-stores parisiens triés sur le volet).
Cinq marques qui ont, pour certaines, déjà fait parler d'elles ; mais qui veulent un écrin de choix pour faire vivre leurs créations. Car chez Bouclard, on ne fait pas que distribuer de belles pièces, on accompagne les créateurs, on fabrique les produits... Rencontre avec ses deux fondateurs : Antony Le Nedic et Cécile Audouin.

Comment est né Bouclard ? 

Au départ, il s'agissait d'une boutique d'achat de produits japonais. Une vraie boutique, où l'on fabriquait également quelques pièces de notre propre marque, puis on s'est rendu compte que l'on n'aimait plus le système « on achète une collection pour la recevoir 6 mois après ». Nous étions frustrés d'avoir vu le produit, de l'avoir vu et revu sur les blogs et sites Internet, sans pouvoir le proposer en boutique. Avec la crise, le principe de boutique pure et dure ne fonctionnait plus très bien, on a donc travaillé sur un concept plus proche de la fabrication et de la distribution. On essaye aujourd'hui d'avoir un temps de réaction rapide parce que quand les acheteurs voient le produit, ils le veulent maintenant, pas dans six mois ! Bouclard est ainsi devenu une boutique à la fois showroom et atelier, un concept 100 % made in France. Nos produits sont pour la plupart fabriqués dans notre atelier. Par exemple, pour Un Femme, nous achetons des bases vierges et on les transforme ici.

Comment choisissez-vous les créateurs avec qui vous travaillez ? 

On fonctionne d'abord au feeling, et puis il faut aussi que l'on croie au projet. On travaille comme un label de musique. Les créateurs nous donnent une licence de marque et on s'occupe de tout, de la direction artistique, du conseil, de la distribution... L'idée étant de vraiment accompagner les créateurs. Ils restent entre trois et cinq ans avec nous.

Les prix sont assez onéreux... 

Oui, on est vraiment sur du haut de gamme. La qualité du coton, de l’impression, la fabrication à Paris – ou en tout cas made in France – sont des éléments primordiaux. Alors c’est vrai qu’un t-shirt Noir Noir sera autour de 120 euros et que certaines personnes trouveront que c’est très cher alors que c’est le juste prix pour une pièce entièrement montée à Paris. Et à côté de ça, il y a des marques qui peuvent tout vendre. Ça ne choquera personne de payer un t-shirt siglé Christopher Kane à 300 euros, de payer un sac en toile cirée à prix d’or… Les gens achètent parce que ce sont des marques connues à l’international, mais ça ne suit pas derrière.

Il y a très peu de communication au sujet des matières, de la fabrication, selon vous, c'est volontaire ?

Il y a assurément une opacité entretenue, et derrière ça des consommateurs qui se font avoir. C'est d'ailleurs bien pour ça qu'elle est entretenue. Or nous, nous n'avons aucun intérêt à être opaques. Nous faisons partie des derniers artisans textiles à faire du made in France. C'est notre crédo, pas seulement un moyen de communiquer, de faire parler de nous. On ne s'amuse pas à ré-étiqueter derrière...
Aujourd'hui, il y a tellement de produits surestimés. APC, par exemple, c'est très clair, c'est fait en Tunisie, il prend des toiles japonaises, c'est un mec qui a toujours été très clair, qui a un produit au juste prix. C'est d'ailleurs un sujet sur lequel il est franc. Dans le monde de la mode, il y en a qui font des marges de martiens sur leurs produits. Il faudrait qu'il y ait une éducation du consommateur, mais c'est impossible, personne ne va jouer le jeu. La force aujourd’hui, ce n’est plus le produit, c’est le média. On l’a vu avec Hype Means Nothing. On a eu une parution presse de Rihanna avec un t-shirt de la marque et depuis c’est le bordel… Et c’est assez drôle parce que cinq jours avant la photo, les gens nous snobaient. Le produit, les gens s’en foutent. La valeur du produit est justifiée par celui qui le porte. Nous, on n'est pas du tout dans ce genre de choses, on a vraiment envie de tester des trucs, qu'il se passe quelque chose. On ne veut pas être déconnecté de la fabrication, pour nous, c'est le plus important.

Les 5 marques du shop

Noir Noir

Noir Noir

Naissance : 2012
ADN : La fusion de la photographie et du vêtement. Un univers fait de paysages, d'écailles d'animaux... La technique d'impression des vêtements est rare : alors que la plupart des textiles viennent en rouleau, ici il s'agit d'une impression type photographique sur un panneau. Le vêtement est ensuite monté dans les ateliers Bouclard.
Vestiaire : Chaque thématique est déclinée en sweat-shirt, veste, t-shirt, casquette, etc. Il n’y a pas de collection à proprement parler, mais des pièces définies selon le thème.
Prix : T-shirt 120 €, débardeur 90 €

Géométrick

Géométrick

Naissance : 2009
ADN : Le sport au cœur de la mode. Passionnés de vélo, les deux frères ont imaginé une marque de luxe où les carrés de soie rencontrent les sweats à capuche.
Vestiaire : Sweat, t-shirt, kimono... La garde-robe de Géométrick s'amuse à recycler les foulards Hermès ou Chanel pour faire évoluer le look du fameux sweat à manches raglan. Une capsule faite de laine et de cuir est née récemment. Le style Teddy revisité dans des pièces inspirées de l'aïkido ou du baseball.
Prix : Sweat en laine et cuir 240 €

Un Femme

Un Femme

Naissance ? 2013
ADN : Les basiques du vestiaire street masculin accordés au féminin par l'équipe de Bouclard.
Vestiaire : Crop tops, t-shirts oversized, hoodies.. Des vêtements street agrémentés de petits détails ici et là, des franges, des ponpons, de la dentelle... Un jeu sur l'ambiguïté des formes pour des fringues pleines de style.
Prix : Sweat 75 €

Hype Means Nothing

Hype Means Nothing

Naissance ? 2008
ADN : Des t-shirts sur lesquels des célébrités (Kanye, Pharell, Barack) miment des lunettes avec leurs doigts.
Vestiaire : Des t-shirts et sweat-shirts à la coupe très classique mais extrêment rares. Seule une poignée de boutiques distribue la marque. Une manière un brin plus sophistiquée de porter le t-shirt de fan.
Prix : T-shirt 60 €

Paris Nord

Paris Nord

Naissance : 2013 
ADN : Le nord de Paris, exclusivement. De l'anti-rive gauche pur et dur.
Vestiaire : Des sweats, des cabas, des débardeurs, des vestes... Il existe plusieurs séries, celle qui reprend le logo de la marque sur des sweats tout doux ou des vestes de travailleurs, celle intitulée "Fucking tourist" : des cartes postales détournées aux couleurs saturées ou encore les débardeurs aux slogans cochons.
Prix : Sweat 70 €

Commentaires

0 comments