Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right La cave idéale de Time Out : 10 quilles nature à glouglouter cet été
Culinaries
Culinaries

La cave idéale de Time Out : 10 quilles nature à glouglouter cet été

Time Out vous fait pénétrer dans sa cave 100% jaja nature !

Écrit par Time Out. En partenariat avec Culinaries.
Advertising

Vous avez besoin de fraîcheur et de bon vin ? Descendez donc dans notre cave estivale, où l’on a remplacé sulfites et intrants phyto par bonnes vibes et amplitude en bouche. Voici donc notre sélection de 10 étiquettes scrupuleusement nature pour se faire du bien sans flinguer la planète. Et pour constituer cette cave idéale, on a pioché dans la sélection maousse de l’épicerie en ligne Culinaries – sélection que vous pouvez également glouglouter dans le génial bar à vin Yard, sur fond de finger food et rap US. Bonne dégustation !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Domaine Sous le Végétal, cuvée Livia 2018, 24€

Derrière l’étiquette :

Jason Ligas, jeune viti gréco-germano-franco-fauché, voulait travailler le muscat de Samos, un cépage ultralocal de l’île à l’extrême est de la Grèce. Les bonnes âmes de Culinaries et la star des vins naturels, le dompteur de terroir volcanique Patrick Bouju, l’y ont aidé.

Comment qu’ça goûte ?!

La bouteille noire (pour vieillissement) du Livia blanc 2018 s’avère la plus accessible des productions de Ligas. En prix comme en goûts : de l’iode, du caillou gorgé de soleil.

Parfait avec :

Une tablée de potes, l’ombre d’un tamaris et un mezze méditerranéen (poulpe mariné et salade de lentilles à la feta…). Pour la musique, un truc qui sent l’été : Botoque de Fatnotronic & In Flagranti.

Patrick Bouju, Festejar 2018, 19 €

Derrière l’étiquette :

Le modeste Manitou de la renaissance du vignoble auvergnat continue son apostolat nature depuis 2003. Patrick Bouju collectionne les cépages anciens (mirefleurien, limberger, damas rouge…), les remèdes de grand-mère (tisane d’ortie et purin de consoude) et les collab hors norme (coucou Action Bronson !) pour des vins nets et festifs.

Comment qu’ça goûte ?!

Fidèle à son étiquette (« faire la fête » en occitan) voilà un pet’ nat’ rosé qui tutoie les sommets en termes de picolabilité. Un bal pop’ frizzante aux notes de fraise et de rose.

Parfait avec :

Une salade de gariguettes sur les quais de Seine en écoutant Le Sifflet du baron de Bernard Estardy

Advertising

Bodegas Coruña del Conde, Tinto Cosecha rouge 1998, 79,20 €

Derrière l’étiquette :

Alors que vos parents buvaient du mousseux tiède sur les Champs sous le visage XXL de Zidane, Alberto López Calvo, pionnier du sin sulfitas et du bio ibère, sortait de son domaine de Coruña del Conde en Castille des caviars de quilles naturelles, des rouges veloutés qui font un carton (haha).

Comment qu’ça goûte ?!

On prend le temps pour déguster ce millésime d’anthologie (et pas si cher tout bien réfléchi). Carafage obligé pour ce nectar rubis, riche et intense.

Parfait avec :

Son amoureux(se) en tête à tête. Dans l’assiette, un carré d’agneau rosé, dans les oreilles, Eres tú de Carla Morrison. Une bougie ? Pourquoi pas.

Frédéric Cossard, puligny-montrachet Voitte 2017, 90 €

Derrière l’étiquette :

En créant en 1996 le domaine de Chassorney, Frédéric Cossard a voulu replacer la très tradi Bourgogne sur la carte des vins nature. Et v’là le name-dropping des appellations qui tuent (nuits-saint-georges, vosne-romanée, gevrey-chambertin) pour un travail en total respect du terroir (labours au cheval, zéro engrais chimique…).

Comment qu’ça goûte ?!

Un blanc 100 % chardonnay délicat comme un bouton d’aubépine poussant entre deux silex. Le prix se dissout dans l’émotion.

Parfait avec :

Une poêlée de saint-jacques et un beau souvenir à fêter à deux. Dans la playlist, le Diro Parole Blu de Christophe ne peut pas faire de mal (car tout est plus beau en italien).

Advertising

Fonds Cyprès, Variette 2018, 16 €

Derrière l’étiquette :

Du haut de ces terrasses de garrigue gorgées de soleil, six années de labeur de Rodolphe Gianesini et Laetitia Ourliac vous contemplent ! Six années à se frotter aux cailloux de ce bout de Corbières (avec l’aide de Fred Cossard venu de sa Bourgogne) pour aboutir à un domaine certifié bio aux cuvées top.

Comment qu’ça goûte ?!

Cet assemblage (carignan, grenache, syrah, ugni blanc) donne un rouge carré des épaules qui fleure bon la garrigue et le cassis. Et la mûre. Toujours la mûre.

Parfait avec :

On ne va pas se raconter d’histoires. Une côte de bœuf, une tablée de potes et Funky Town d’Onsra un peu fort.

Frank Cornelissen, Magma 2016, 195 €

Derrière l’étiquette :

Entre le terroir sicilien et Frank Cornelissen, c’est la « lave story ». Accroché sur les flancs de l’Etna, à Passopisciaro, Frank travaille en bio et en altitude des vignes anciennes où le nerello mascalese se taille la part du lion. Cela donne des vins nature tout en droiture.

Comment qu’ça goûte ?!

Magma, c’est LE grand cru de Frank Cornelissen. Un rouge dense, complexe et tannique qui rend toute la force minérale du basalte.

Parfait avec :

Votre oncle blindé qui a parié la bouteille qu’on ne lui ferait jamais avaler de vin naturel. Et une bonne assiette de carbonara au guanciale, accompagné par Tutto Va Bene d’Alex Rossi.

Advertising

Partida Creus, AA Anonimo Ancestral 2017, 25€

Derrière l’étiquette :

Voilà d’anciens archis d’Italie, Antonella Gerosa et Massimo Marchiori, qui ont viré viti après une virée catalane. Les cépages abandonnés du massif de Bonastre (vinyater, sumoll, garrut, monastrell…) les ont maraboutés : ils se devaient de les faire revivre dans un grand retour à la nature et au respect de la vigne. Mission accomplie.

Comment qu’ça goûte ?!

Un rosé pétulant qui emmène, bras à la portière, l’apéro dans un tourbillon de pétales et de fraîcheur. Picolabilitas màxim, comme on dit en catalan.

Parfait avec :

Muy copains y tapas. Une piscine où sauter peut être un plus alors que résonne (à fond) Calling Out de Sophie Lloyd.

Château Lafitte, Argile 2018, 42 €

Derrière l’étiquette :

Perché comme son vignoble béarnais, Antoine Arraou a transformé Château Laffite, au cœur du Jurançon, en un lieu d’expérimentations biodynamiques. Les parcelles s’enrichissent de plantes sauvages et d’arbres fruitiers, des brebis entretiennent les vignes en hiver, tout est ramassé à la main et le domaine tourne à l’énergie solaire…

Comment qu’ça goûte ?!

Ce jurançon sec 100 % petit manseng (pas courant) élevé en amphore (et vendu en flacon de 50 cl) fait fort. Une beauté vive, ample et minérale.

Parfait avec :

Un petit comité et un grand plateau de fruits de mer. Et comme la biodynamie, c’est un peu punk comme Sarri sarri de Kortatu.

Advertising

Nicolas Chemarin, le beaujolais de Ptit Grobis, Beau’Jo 2017 16 €

Derrière l’étiquette :

Marchampt, sur les hauteurs de Quincié-en-Beaujolais, une terre tout en cailloux, des coteaux raides comme la justice, des ceps format bonsaï… C’est là que Nicolas Chemarin a décidé de lancer son beaujolais-villages nature. Tout à la main et à l’intelligence.

Comment qu’ça goûte ?!

Un 100 % gamay qui donne envie d’être copain avec le vigneron : franc, fruité et pas bégueule avec un goût prononcé de reviens-y.

Parfait avec :

Sa bande, des bonnes anecdotes et une planche de charcuteries. En fond sonore, un truc simple et festif comme I Like It Like That de Pete Rodriguez.

Clos Lentiscus, Kikirikiki 2017, 27 €

Derrière l’étiquette :

La famille Avinyo fait du vin dans le parc naturel du Garraf en Catalogne depuis des générations. Mais en reprenant les manettes, Manel Avinyo et son frère Joan ont coupé le cordon de la méthode conventionnelle et ont tout basculé en bio (logique et dynamique) pour des vins éclatants.

Comment qu’ça goûte ?!

Kikirikiki (cocorico en catalan), assemblage de tempranillo et de cariñena, léger et aromatique dans sa bouteille d’un litre, est clairement caréné pour l’apéro. Autant dire qu’il fait le boulot.

Parfait avec :

Pas de chichi en sortie de taf, du jamón, des patatas fritas et du son caliente. Fever par La Lupe par exemple.

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising