Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Officine Universelle Buly 1803

Officine Universelle Buly 1803

Shopping Saint-Germain-des-Prés
Buly
1/2
© Buly
Buly
2/2
Photograph: Buly

Time Out dit

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les lieux soient bien ouverts avant de vous y rendre.

Des produits naturels, un héros balzacien et un apothicaire des temps modernes.

A peine a-t-on franchi la porte d’entrée de Buly que l’on se retrouve comme dépaysé. Avec son comptoir d’apothicaire en marbre et bois de noyer, et les symphonies romantiques qui émanent de ses enceintes, cette échoppe semble sortie tout droit d’une autre époque : le XIXe siècle. Même l’inscription sur la plaque vissée à l’entrée annonce la couleur : « En 1837, Honoré de Balzac s’inspira du parfumeur Jean Vincent Bully et de son officine pour son roman 'César Birotteau'. »

Ambiance carte postale 

Si le livre n’est pas le plus connu de l’auteur (son personnage encore moins), c’est grâce à Arnaud Montebourg que Ramdane Touhami - pas gynécologue mais franchement adepte des grands écarts (deux marques de vêtements, un concept store, l’ex-Parfumerie Générale, la Cire Trudon…)- a trouvé les prémices de son dernier projet en s’inspirant du bonhomme. Exit un « l » pour l’esthétisme et place à la sainte trinité parfumer-hydrater-protéger dans une ambiance de carte postale. 

Au menu, tous les condiments du cosmétique avec de drôles de noms désuets : « Eau de la belle haleine » (29 €) et « opiat dentaire » (20 €) pour la bouche ; « eau superfine » (35 €) et « pommade virginale » (40 €) pour le visage ; « huile antique » (38 €) et « pommade pogonotomienne » (29 €) pour le corps… Ca fleure bon la lavande, la rose et la qualité au naturel, sans conservateur. Cocorico : tout est made in France sauf les huiles sur les étagères, ici et là, qui proviennent, elles, de tous les recoins de la Terre (pulpe d’avocat de Nouvelle-Zélande, ricin d’Inde, abricot de Palestine…)

C'est beau, mais c'est cher 

Finalement, le seul bémol de cette boutique de luxe reste le prix, notamment des accessoires (300 € la brosse pour le corps). Pas de quoi nous décourager d’acheter cette huile à l’aloe vera pour les cheveux abimés de notre mère. Et nul besoin d’être Tim Roth dans ‘Lie to me’ pour deviner sa joie future.

Infos

Adresse 6 rue Bonaparte
Paris
75006
Transport Métro : Saint-Germain-des-Prés
Contact
Heures d'ouverture Du lundi au vendredi, de 9h30 à 18h30
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Vous aimerez aussi
    À la une