0 J'aime
Epingler

Des Composantes à Sézane

Quatre questions à la créatice Morgane Sézalory

Sézane  (DR)
1/5
DR
Sézane (DR)
2/5
DR
Sézane (DR)
3/5
DR
Sézane (DR)
4/5
DR
Sézane (DR)
5/5
DR

Comment est né ton concept de vente en ligne Les Composantes ?

Le bac en poche, aucune école ne correspondait vraiment à mes envies, j'ai donc fait le pari un peu fou de ne pas suivre d'études supérieures et je me suis mise à chiner et proposer mes trouvailles via différents supports... C'était le début d'eBay, du e-commerce et ça m'a permis de me lancer sans risque. En 2008, après quelques années formatrices à « composer », il est devenu évident d'élaborer mon propre site Internet autour de ventes vintage mensuelles, qui me permettraient un jour de lancer mes propres créations. Je chinais un peu partout (puces, brocantes...), mais surtout ce mode de vie me donnait l'occasion de voyager et de chercher de belles pièces même à l'étranger.

Qu'est-ce qui t'a poussé à vouloir créer ta propre marque : Sézane ?

L'envie d'assumer complètement le tournant créatif de mon aventure, que ça soit encore plus proche de moi - le nom étant la contraction de mon nom Sézalory et de mon prénom Morgane... Sézane, ce sont des vêtements avec un petit supplément d'âme, dans l'air du temps, agrémentés de jolis détails... La ligne est pensée pour la vraie vie, les pièces y sont abordables mais exigeantes. Pas question ici d'être victime de modes éphémères !

Les Composantes proposaient à chaque fois une sélection très restreinte (100 pièces exclusives). Est-ce que tu vas jouer aussi sur l'édition limitée pour Sézane ?

Les contraintes budgétaires d'une petite boîte imposent les séries limitées. L'avantage, c'est que cela permet d'acquérir une pièce qu'on ne verra pas partout !

D'autres idées en tête ?

Quelques fois par an, on proposera des rencontres au cœur de Paris dans de jolis lieux avec un vrai sens du service, du partage, du « happy shopping ». Puis en 2014 peut-être, je rêve de bureaux assez grands avec un espace showroom.

• Sur son e-shop

Commentaires

0 comments