0 J'aime
Epingler

Vintage

Ah nostalgie quand tu nous tiens...

5 adresses qui sentent bon la poussière

Omaya vintage

Voilà le genre d’adresse que l’on aimerait garder jalousement pour soi. Le genre de boutique dont on ne divulgue les coordonnées qu’aux amis, et encore. Omaya vintage n’est pourtant pas un secret, ouverte depuis deux ans par deux frangins, elle draine son lot de passionnés : des parisiennes les bras remplis de bottes en cuir aux punks venus se fendre d’une paire de Doc Martens à 40 euros. Il faut dire qu’il est bien difficile de se raisonner quand les chemises de bûcheron – en parfait état - ne coûtent que 10 euros et les escarpins (années 80), seulement 5. Vestes militaires ou en jean, pulls en laine, tee-shirt de cycliste… Lire la suite

En savoir plus
11e arrondissement

Bric-à-brac Emmaüs

Recommandé

En plein cœur du 104 se niche la bonne petite adresse que se disputent Mère Theresa, brocanteurs et fashionistas : le bric-à-brac Emmaüs. Entre les danseurs hip-hop et autres performances d’art qu’accueille le centre culturel, c’est dans une boutique presque aménagée comme un appartement que l’on rentre pour chiner. L’ambiance y est chaleureuse, et les produits proposés plus ou moins bien classés. Dans une petite pièce aux airs d’ancienne cabine d’essayage se cache une bibliothèque, de livres, cds et vinyls, dans le fond de la pièce principale, des vêtements à n’en plus finir, sur des tringles, des chaussures aussi, et partout autour, des meubles et autres bibelots. Le tout à prix modique : 1€ le livre, environ 10€ le pull, par exemple. Les horaires d’ouverture sont dignes de ceux d’une mairie d’arrondissement, et l’endroit souvent bondé, mais on ne repart jamais les mains vides, et toujours satisfaits de la bonne action que l'on vient de s'offrir.

En savoir plus
19e arrondissement

Episode

Le quartier Etienne Marcel n’est pas connu pour ses boutiques bon marché, loin de là. Créateurs branchés et adresses pointues ysont légion, au grand dam des modeux fauchés. Ce coin de Paris reste pourtant la destination idéale pour faire du lèche-vitrine et fuir la maigre imagination des grandes enseignes. L’ouverture de l’indécente friperie Kiliwatch avait, il y a quelques années, enfoncer le clou en vendant du seconde main à prix d’or. C’est pourtant cette même rue Tiquetonne que la chaîne néerlandaise Episode a choisi pour installer sa succursale parisienne en 2009. Comme dans toute friperie digne de ce nom, on y trouve robes des années 80, sacs en cuir, bottes, jupes, jeans, etc. Lire la suite

En savoir plus
2e arrondissement
Advertising

GoldyMama

Bienvenue dans la caverne aux trésors vintage ! Si votre garde-robe a envie de se payer un voyage dans le temps ou si vous cherchez un cadeau des plus originaux, c'est par ici qu'il faudra fureter. GoldyMama, boutique en ligne bien connue des modeuses averties, s'est installée dans un recoin du 20e arrondissement. Trouver des fripes en bon état qui ne sentent pas comme votre vieille tante Marthe, des pièces remarquables, lavées, raccommodées, repassées et rangées avec précision, c'est possible ici. Jupe à corolle des années 1950, tailleurs crayon, robes empire ou imprimés fleuris ambiance 70's, le choix est vaste et les vendeuses aux petits soins. Lire la suite

En savoir plus
20e arrondissement

Ginette en voguette

Il y a des histoires de famille qui font du bien. Dans cette histoire-là, la mère, le père et la fille travaillent de concert pour faire tourner une petite boutique pleine de peps et de fantaisie. L’album photo s’ouvre en 2011 dans le 18e arrondissement, à deux pas de la mairie. C’est là que Sarah (la fille) vend les œuvres de ses parents mais pas seulement. Vieil alambique, passoire et objets chinés ici et là deviennent entre les mains du patriarche des lampes, des pièces uniques dont le prix oscillent entre 200 et 1 800 euros. La mère quant à elle fait (entre autres) dans le relooking de meuble. La boutique propose buffets, commodes et autres mobiliers revus à la sauce Ginette. Le résultat vaut le détour. Lire la suite

En savoir plus
18e arrondissement

Commentaires

0 comments