0 J'aime
Epingler

Sortir cet hiver

En hiver, se hasarder dehors devient comme un pensum pour le Parisien paresseux et pressé. Le froid lui file une flemme phénoménale, un...

En hiver, se hasarder dehors devient comme un pensum pour le Parisien paresseux et pressé. Le froid lui file une flemme phénoménale, un fléau ineffable qui ne s'efface pas facilement. Sortir, c'est donc avant sortir de sa torpeur. Cela demande une motivation de tous les instants, un effort immense, une tension des muscles que Time Out Paris encourage. Pour ça, rien de mieux que mâcher un travail de sélection qui s'avère souvent fastidieux. Car sortir, c'est bien beau, mais pour voir quoi ? Voici donc les spectacles, expos, concerts et films que nous avons jugés les plus intéressants en cette saison culturelle loin d'être gelée.

Les meilleurs films du moment

Cul-de-sac Après avoir dirigé Catherine Deneuve dans 'Repulsion' l'année précédente, c'est avec sa sœur, Françoise Dorléac, que Roman Polanski tourne son deuxième long métrage en anglais, 'Cul-de-sac', en 1966. La Française y interprète Teresa, jolie blonde rigolarde qui passe le plus clair de son temps à écouter des 33-tours en fumant des clopes. Elle et son mari, George (Donald Pleasence), vivent dans un grand château isolé sur une île du nord de l'Angleterre, et se retrouvent bientôt pris en otage par Richard (Lionel Stander), un gangster américain bourru, violent et passablement grossier. Ceci dit, il ne faut pas se fier à ce scénario de thriller : le réalisateur franco-polonais détourne allègrement le genre vers la farce, la parodie, oscillant entre humour macabre, je-m'en-foutisme pop et allusions sexuelles – il continuera d’ailleurs sur cette lancée avec son film suivant, le truculent 'Bal des vampires'. Ici, chacun des personnages en prend pour son grade, et le spectateur lui-même n'est pas épargné, ses attentes se trouvant systématiquement déçues, ou plutôt décalées, par des scènes dont l'absurde rappelle parfois le théâtre de Pirandello (en particulier ses 'Six personnages en quête d'auteur') et de Samuel Beckett – ostensiblement à travers la présence ici d'un acteur fétiche de l'auteur de 'Fin de partie', Jack MacGowran. Si le rythme du film manque parfois un peu de souffle, délibérément ou non (on hésite), 'Cul-de-sac' a tout de même le mérite d'affirmer déjà les

En savoir plus

Les spectacles à voir en janvier 2013

Théâtre • Roadmetal Sweetbread Devenue actrice à part entière, la vidéo s’invite fréquemment sur scène. Plus ou moins invasive, plus ou moins légitime. On l’a vue en ouverture du Festival d’Avignon 2012 (‘Le Maître et Marguerite’), au Festival d’Automne l’an dernier avec Meg Stuart (‘The Fault Lines’) et à venir dans ‘Forecasting’ à la Ménagerie de verre. C’est dire si la pratique est entrée dans les mœurs. Dans ‘Roadmetal Sweetbread’, elle est ainsi omniprésente, constitutive de l’acte scénique. Sur le plateau, un couple – pantalon marron et chemise lie de vin pour monsieur, déshabillé en satin turquoise pour madame – partage l’espace de représentation avec son double cinématographique. Lire la suite Théâtre • Muerte y reencarnación en un cowboy « C’est une pièce sur les cowboys. Mais non, avec des cowboys. Il n’y en a que deux à ce qu’on m’a dit, et encore, ils sont à pied. Il n’y a pas de chevaux sur scène ? Pas de chevaux. Juste un carton rempli de poussins.  Ah ça, des poussins il y en a, mais de chevaux, aucun. » Oui, il y a quelque chose de bizarre au royaume de Rodrigo García. Après avoir donné envie de vomir à toute une génération de spectateurs et attiré les foudres des chrétiens extrémistes, le metteur en scène espagnol revient hanter la scène parisienne avec son nouveau spectacle ‘Muerte y reencarnación en un cowboy’. Lire la suite Théâtre • Troïlus et Cressida ‘Troïlus et Cressida’ n’est pas la pièce la plus connue de Shakespeare, loin de là. Et pourtant, elle

En savoir plus

Les spectacles à voir en février 2013

Danse • Œdipus / Bêt noir Il y a guère plus tragique que le destin de ce pauvre Œdipe, âme condamnée à tuer son père et épouser sa propre mère sans le savoir. Un drame mythologique traduit par Jan Decorte et mis en geste par le Flamand Wim Vandekeybus. Pour cette relecture corporelle, le fondateur de la compagnie Ultima Vez convoque sur scène seize acteurs, danseurs et musiciens dans une scénographie crépusculaire faite de chaussures et d’une paroi circulaire recouverte de haillons. Un espace sombre dans lequel le chorégraphe interprète un Œdipe humain et torturé par la fatalité. Lire la suite Théâtre • Le Maître et Marguerite « Vos vies matérielles se sont améliorées, mais avez-vous changé à l'intérieur ? » questionne le professeur Woland dans ‘Le Maître et Marguerite’, chef-d’œuvre interdit puis censuré de Mikhaïl Boulgakov. Roman complexe adapté avec fougue et inventivité par le Britannique Simon McBurney pour la scène. Après Londres et Vienne, c’est à Avignon dans la Cour d’honneur du palais des Papes que la compagnie Théâtre Complicité a posé ses décors et costumes. Un écrin de choix pour ce spectacle qui mêle le théâtre et la musique (Chostakovitch) à la vidéo. Lire la suite Théâtre • Tout est normal, mon coeur scintille Dans le dictionnaire, à l’entrée « scintiller », le curieux peut lire « briller d'un éclat irrégulier et tremblotant ». Un mouvement fébrile et néanmoins lumineux. C’est donc telle une étoile que Jacques Gamblin apparaît sur le plateau noir du théâtre

En savoir plus

Tous les concerts incontournables de 2013

JANVIER Last Barons + Sedulus + OJM Voici un concert très attendu. Tout d’abord parce que les soirées Stoned Gatherings aux Combustibles sont devenues un gage de qualité indéniable en termes de stoner, metal ou fusion. Ce n'est pas un hasard si on y découvre toujours de bons groupes. Ensuite parce que la soirée du 17 janvier 2013 sera consacrée notamment aux Last Barons, qui sont ni plus ni moins que la grosse découverte rock de l’année en France. Ces Normands ont du goût et ça s’entend, puisqu’ils font revivre avec bonheur le son grunge/fusion des années 1990, un son pointu, puissant et rock, où les guitares et les voix prennent le pouvoir. Leur dernier disque, 'Cheval de Troie', est une petite merveille (il fait d’ailleurs partie de notre top albums 2012), preuve s’il en est que la France peut accoucher de groupes majeurs. La musique de ces cinq barbus risque bien de prendre une dimension encore plus physique en concert, et on est impatient de voir débarquer les Normands dans la capitale, avec Sedulus et OJM en première partie. -M- Avoir réussi à imposer une simple lettre de l’alphabet comme nom de scène est déjà un exploit en soi. Ses fans les plus accros oublieront peut-être même un jour qu’avant d’avoir été l’alter ego de Matthieu Chedid, « M » se plaçait entre « L » et « N ». Sans aller aussi loin, personne ne pourra nier que l’artiste a pris grand soin de cultiver et de faire évoluer son personnage dans les moindres détails, de la simple coupe de cheveux, à sa passion

En savoir plus

Commentaires

0 comments