75 ans de Ray-Ban : Skip The Use + The Rapture

0 J'aime
Epingler
75 ans de Ray-Ban : Skip The Use + The Rapture
DR

Pour les 75 ans de Ray-Ban, la célèbre marque de lunettes organise un concert privé de Skip The Use et The Rapture ce jeudi 28 juin. Time Out vous fait gagner 2x2 places. Pour participer, cliquez ici.

Un nouvel album sorti en début d’année, un live au Bataclan plein à craquer : les Lillois de Skip The Use n’ont pas fini de faire parler d’eux. Emmené par le bondissant Mat Bastard, le groupe composé de Yann Stefani aux guitares, Jay Jimenez à la basse, Lio aux claviers et Manamax à la batterie entend bien réveiller la scène rock avec ses ritournelles branchées sur du 10 000 volts. Bêtes de scène, les trentenaires prennent le parti de faire bouger leur public, et ça marche : ils sont nommés dans la foulée aux Victoires de la musique dans la catégorie « Révélation scène ». Sollicités par les médias, plébiscités par le public, Skip The Use squatte même les plateaux de Taratata et de Canal + avec son tube "Ghost". Un son au carrefour entre punk, électro et disco et un bagou qui n’est pas sans rappeler les Bloc Party.

Le concert très attendu du groupe d’électro-pop indie new-yorkais The Rapture affiche complet pour sa seule date à Paris, à l’Olympia. Logique, dira-t-on, après cinq ans d’absence, et un nouvel album ‘In the Grace of your Love’ produit par le pilier de la french touch Philippe Zdar (de Cassius) entre Brooklyn et Paris, à la hauteur des attentes des fans de la première heure. Car The Rapture a été touché par la grâce il y a presque dix ans, à la sortie de son premier album ‘Echoes’ en 2003, et son hit monumental "House of Jealous Lovers". En plein revivial 80’s, la maturité de leur musique pionnière dans l’hybridation osée du post-punk et de l’electronica, enrichie de rythmiques rock et d’arrangements acid-house, marquera les esprits. Leur second album ‘Pieces of the People We Love’ sorti en 2006 est dans la même veine que le précédent, et compte le titre phare "Get Myself into It". On pensait que le départ du bassiste Mattie Safer allait altérer la magie de The Rapture, mais leur nouvel album en trio est salué par la critique, davantage électro-pop que dance-punk, il arrive à convaincre un public plus large, notamment grâce au hit éponyme de l’opus très rythmé et hypnotique.

Par CG