Absolutely Free + Juana Molina + Golden Teacher + Nisennenmondai + Jagwar Ma

Musique, Rock et rock indé Libre
0 J'aime
Epingler
Absolutely Free + Juana Molina + Golden Teacher + Nisennenmondai + Jagwar Ma

>>> 14h30 : Prairie du Cercle sud

L’après-midi du dimanche commencera tranquillement avec les Canadiens d’Absolutely Free sur la grande scène de la Prairie du cercle sud, attendus pour 14h30. Si leur nom évoque tout de suite le fameux album de Zappa, leur musique est nettement plus proche de projets comme Beak> (en moins perché) ou Broadcast (en plus rock), dans une veine psyché qui s’autorise de belles montées.

Vous vous souvenez peut-être du passage d’I:Cube en 2012 à Villette Sonique, ou encore du versus entre Gilb’r et Joakim la même année. Rayon électro, cette année aussi apporte son lot de bonnes choses, avec par exemple Golden Teacher, un projet disco-techno-house (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?) qui devrait faire remuer quelques jambes et fessiers, à partir de 17h30.

Incontestablement, le groupe star de la journée sera Jagwar Ma, jeune formation dont on vous parlait déjà ici, qui a rencontré un énorme succès avec un premier album diablement bien troussé. Ce ne sera pas leur premier passage par Paris, mais on ne boudera pas notre plaisir d’aller les (re)voir en plein air à 19h30, sans dépenser un kopeck qui plus est.

 

>>> 16h15 : Jardin des îles

Cette petite scène bien bucolique du parc de la Villette réserve souvent de bonnes surprises, même si son accès devient vite difficile vu l’affluence. La musique de Juana Molina, en piste à 16h15, se prêtera d’ailleurs parfaitement au lieu : sauvage, exotique et intimiste à la fois. A découvrir live, donc.

Les trois Japonaises de Nisennenmondai connaissent déjà les lieux, puisqu’elles sont passées par Villette Sonique en 2009. Cette fois elles joueront en plein air et dans l’après-midi (18h30), et on espère que leur musique libre ne pâtira pas trop de l’ambiance de journée, et qu’elles arriveront à captiver le public. Bref, de toute façon, avec un tel programme, on risque de voir plus de sourires que dans le métro un jour de semaine.

Par Nicolas Hecht

Publié :