Garbage + Poni Hoax

Musique, Rock et rock indé
Recommandé
0 J'aime
Epingler
Garbage + Poni Hoax

Vous avez certainement fumé votre première clope sur un de leurs tubes, fredonnant entre deux volutes : « You stupid girl. All you had you wasted. » Post-grunge mélancolique, le son de Garbage se dessinait alors comme le pendant pop de Nirvana (rappelons que Nevermind a été produit par Butch Vig, batteur de Garbage et producteur émérite). Mais voilà, une fois sa puberté finie, Garbage, exténué par une tournée interminable et des querelles intestines, plie bagages dans son Wisconsin natal. Ils resteront sept ans sans pousser la chansonnette… Au grand désespoir de leurs fans qui n’auront que quatre albums – dont l’excellent ‘Version 2.0’ – pour se consoler. Il faudra donc attendre fin 2010 pour que le quatuor retourne en studio et le 16 mai 2012 pour mettre la main sur leur dernier opus ‘Not Your Kind Of People’. Une dizaine de titres sympathiques mais sans plus, surtout portés par le single "Blood For Poppies", vertigineuse chanson sur les rêves. En réalité, l’album est surtout le prétexte à une vaste tournée qui ne devrait pas décevoir les groupies de la première heure.

Poni Hoax fait partie de ces groupes underground connus sans être célèbres. La preuve, beaucoup ont déjà dansé sur leur mythique "Antibodies" sans le savoir. N’hésitant pas à lorgner du côté de l’électro, le groupe parisien a en effet mis des grumeaux dans la soupe commerciale, des aspérités sur un dancefloor lisse et propre, et finalement de l’intelligence dans les oreilles de fêtards pas si habitués à en entendre. Si les claviers de Laurent Bardainne et Arnaud Roulin ancrent Poni Hoax dans le monde de l’électro dansante, ce sont les guitares de Nicolas Villebrun, la batterie de Vincent Taeger et surtout le chant habité de Nicolas Ker qui en font définitivement un acte rock’n’roll. Dès leur premier album en 2006, leur new wave minimaliste a fait mouche auprès des plus curieux, avant que le bouche-à-oreille ne fonctionne par l’entremise des tubes "Budapest" ou "She’s in the Radio". Sorti en 2008, 'Images of Sigrid' est une consécration totale, un mélange parfait de post-punk sombre et d’électro pour noctambule sous acides (ou autres substances illégales). Il va sans dire que leur prochain opus 'State of War', qui devrait paraître en janvier 2013 sur le label Pan European Recordings, émoustille déjà tout le monde. Un petit aperçu le 22 novembre au Zénith ?

Par EP + EC

LiveReviews|0
1 person listening