Isaac Delusion

Musique, Musique électronique
0 J'aime
Epingler
Isaac Delusion
© DR

Isaac Delusion n'a plus tout à fait les pieds sur terre. Non pas que le groupe, promu dès son premier single comme le grand espoir de la pop électronique actuelle et aujourd'hui programmé pour le 24 février à l'Olympia en compagnie de Years & Years, soit devenu prétentieux. Sur ce point, au contraire, le dénuement de son excellent premier album éponyme sorti en juin joue plutôt en sa faveur, tout enrobé qu'il est de synthés arrondis et de basses feutrées sur lesquelles viennent délicatement se poser quelques arrangements tantôt funk, tantôt louvoyant sur des rythmiques hip-hop pour se diriger vers un blues synthétique ("The Devil's Hand"). Une capacité à trouver l'inspiration partout qui promet des lendemains qui chantent pour ce groupe signé avec leurs amis de L'Impératrice chez Cracki Records.

Alors, si Isaac Delusion semble décoller, c'est précisément que son imaginaire se gonfle de rêvasseries et d'histoires de soleils de minuit. Les douze titres de son premier album, portés par cette voix évoquant Antony Hegarty et des titres qui évoquent le songe comme "A Little Bit Too High", semblent un à un nous raconter des nuits passées la tête plantée dans les étoiles.


Par YC

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening