0 J'aime
Epingler

Le Paris Cumbia Festival

Ils tapent sur les synthés et c'est numéro un

1/7

Le groupe Dengue Dengue Dengue et ses masques. Dingue, non?

© Hilda Melissa Holguin

2/7

Les Dengue Dengue Dengue ont plus d'un masque à leur arc.

3/7

La Colombienne Bomba Estéreo.

4/7

Le groupe français Sergent Garcia.

© Liberto Peiro

5/7

Affiche d'un film de lucha libre.

6/7

Un cimetière, des nazis, un catcheur. Quoi de plus normal pour un film estampillé lucha libre ?

7/7

Le catcheur au Mexique, c'est un peu leur gendarme à eux, déclinable à l'infini. Ici, il se bat contre des Martiens.

Une fièvre tropicale s'abat sur la capitale. C'est le moment de s'accorder une petite place au soleil. Mais pas n'importe lequel, celui d'Amérique du Sud. Paris accueille, du 11 au 23 juillet, le tout premier festival de cumbia. Un genre musical venu de Colombie, à la croisée de la musique traditionnelle et de l'électro. Répandue dans de nombreux pays latins, la cumbia s'inspire de musiques variées, allant du tempo lent aux sonorités rythmiques en passant par du dub saturé proche du reggae. Le festival annonce une programmation très éclectique. Pour l'occasion, plusieurs figures de proue de la cumbia internationale se donneront rendez-vous dans deux spots parisiens.

Le Pan Piper accueillera les sons électro-psychédéliques des Péruviens du groupe Dengue Dengue Dengue ou encore les tempos latinos et envoûtants du « Buena Vista Social Club de la cumbia » avec le Cumbia All Stars. Et à la Dame de Canton, où l'ambiance se calculera au nombre de déhanchés survoltés, plusieurs DJ sont attendus comme Sergent Garcia et la bombe colombienne Bomba Estéreo. Enfin, pour que le dépaysement soit total, la salle projettera des extraits de films de lucha libre, mettant en scène des catcheurs mexicains aux allures de super-héros masqués.

Dernier concert ce mardi soir, avec Bomba Estero au Pan Piper.

Commentaires

0 comments