Rokia Traoré

Musique, Musique du monde
Recommandé
0 J'aime
Epingler
Rokia Traoré
©Richard Dumas

L’électrique diva du blues mandingue Rokia Traoré revient sur le devant de la scène avec un nouvel album baptisé ‘Beautiful Africa’. Une ode à l’Afrique, poétique et métissée, une déclaration d’amour à ce continent où elle n’a pas vraiment vécu mais où elle puise ses racines et ses inspirations musicales. Née à Bamako, Rokia est une fille de diplomate qui tangue entre le Mali et l’Europe, à l’image de sa musique. On l’a découvert dans les années 2000 avec ses trois premiers albums purement world (‘Mouneissa’, ‘Wanita’ et ‘Bowmboï’). A travers des compositions chants et orchestrations traditionnels tournées vers un blues/folk mandingue acoustique, elle renoue avec ses racine et fait la part belle aux chœurs féminins, au luth n’goni, au balafon et au djembé, entendus au pays pendant les mariages et les cérémonies. 

Cette artiste charismatique au crane rasé a de multiples talents : elle compose, arrange, joue de la guitare électrique et chante d’une voix grave puissante et voilée, habitée d’un vibrato caractéristique des chants de griots maliens. ‘Beautiful Africa’ est dans la même veine que ‘Thamantche’ son album précédent sorti en 2008, toujours inspirée des chants mandingue des griots maliens mais teinté d’arrangements rock, grâce à son jeu de guitare électrique, une ligne de basse et de batterie claquante et rythmée. Elle alterne morceaux électriques et acoustiques et exprime sa vision d’une Afrique progressiste, en bambara, français et anglais, elle comme sur ‘Mélancolie’ et surtout « Beatiful Africa », où elle répète « je t’aime Afrique », sur un rythme rock félin, composant là l’une des plus belles chansons de l’album. 

Par Camille Griffoulières