Sonny & The Sunsets

Musique, Rock et rock indé
0 J'aime
Epingler
Sonny & The Sunsets
© Concepcion studios

En musique, les apparences ne trompent jamais. Rien ne pourrait ainsi mieux décrire la musique de Sonny Smith que son air de chanteur folk à la Ramblin Jack Elliot, sa vieille demi-caisse Harmony de bluesman aux couleurs de soleil couchant, ses chemises de propriétaire de tiki bar ou les innombrables paires de Wayfarer derrière lesquelles le chanteur s'est longtemps caché sur scène, lors des trop rares concerts qu'il daigne donner avec son groupe les Sunsets.

Car son talent, ce Californien de naissance préfère le distiller sur des albums qu'il publie à raison d'un peu plus d'un par an si l'on compte, aux côtés des quatre albums déjà sortis par Sonny & The Sunsets, ses projets comme '100 Records'. Une fausse compilation signée de 100 groupes fictifs différents, tous inventés pour l'occasion par cette figure de la scène san-franciscaine à l'imagination foutraque.

Enfantines et nonchalantes, les chansons de Sonny Smith racontent tout aussi bien ses mésaventures au milieu d'une tribu de femmes sur une planète lointaine ou l'histoire d'un tube de crème mortel que son rapport avec l'au-delà dans son récent 'Antenna to the Afterworld', album qui a surpris par sa production et ses textes flirtant avec les folies surf du producteur anglais Joe Meek. Un univers à redécouvrir samedi soir, lors du passage de la troupe à la Mécanique Ondulatoire orchestrée par le jeune label Gone With The Weed.

Par Yves Czerczuk

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening