Ty Segall

Musique, Rock et rock indé
Recommandé
0 J'aime
Epingler
Ty Segall
Ty Segall

Depuis la mort du surdoué Jay Reatard, le punk garage américain et l’éthique Do It Yourself se sont trouvés un nouveau porte-parole en la personne de Ty Segall. Il faut dire qu’on trouve chez lui la même spontanéité, le même retour aux sources du rock pur et dur, et la même prolixité que chez son aîné. Oui, Ty Segall produit des disques à la pelle en faisant presque tout lui-même, s’acoquinant au besoin avec des camarades de jeu comme Mikal Cronin ou White Fence. En revanche, il est moins punk et new wave que Reatard, préférant évoluer dans des climats garage plus éthérés avec de l’écho sur les guitares et un son cradingue. Quand on compose des chansons tous les matins au petit-déjeuner, forcément tout n’est pas mémorable et il arrive à Ty de s’égarer, avouons-le. Mais il faut savoir fouiller dans sa pléthorique discographie pour trouver ici ou là des merveilles, et les récents 'Slaughterhouse', 'Twins', l'album réalisé avec son groupe Fuzz ou le nouveau 'Sleeper', plus folk et acoustique, montrent un artiste qui ne cesse de progresser et d'explorer de nouvelles voies, sans jamais se départir d'un certain sens du Do It Yourself. Avec autant de talent dans ses valises, Segall voit désormais la pression s'accumuler sur ses épaules, si bien que Rock & Folk a fait de lui l'une de ses meilleures couvertures (un endroit généralement dévoué aux gloires vieillissantes du rock) en titrant : "le dernier rocker?" Une chose est certaine, il joue sur scène comme si c'était son dernier jour sur Terre, alors ne le ratez pas.

Par Emmanuel Chirache

LiveReviews|0
2 people listening