0 J'aime
Epingler

Ty Segall • 'Sleeper'

Ty patron

Merveilleux passeur que ce Ty Segall, dénominateur contemporain de toutes les musiques californiennes : le punk, le garage, le rock psychédélique, le heavy blues (avec le groupe Fuzz) et le folk. Pour son dernier album il s'est donc évertué à retrouver une veine folk un peu délaissée, celle des accords bancals à la Syd Barrett, du psychédélisme troublant de Love, des premiers albums de T. Rex. C'est aussi incroyablement bien fait, délicat et profond que ses précédents essais électriques étaient violents et instantanés. Des morceaux comme "Sleeper", "The Keeper", "The Man Man" ou "Crazy" n'auraient pas eu à rougir en 1967, loin de là, et on ne peut que se réjouir de voir une figure comme Ty Segall réussir avec autant de talent cet essai acoustique plein de maturité. Tout un symbole, le chanteur a ressenti le besoin d'un tel disque après la mort de son père, comme une envie d'adoucir le propos et de se retrouver seul face à sa guitare.

Commentaires

0 comments