Belles-soeurs

Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Belles-soeurs
© Valérie Remise
Belles-Soeurs

Paupières bleu électrique, liquette à fleurs et bigoudis : les ‘Belles-sœurs’ de Michel Tremblay, mises en scène par René Richard Cyr, nous viennent tout droit des années 1960. Et pour cause, c’est en 1968 au Centre du théâtre d’aujourd’hui que la comédie musicale est jouée pour la première fois, trois ans après avoir été écrite par l’un des plus prolifiques dramaturges canadiens. Traduite dans plus de quinze langues, l’histoire de Germaine Lauzon et de son million de timbres-primes a traversé plusieurs décennies sans perdre de sa verve.

Sur le plateau du Rond-Point transformé en cuisine pour l’occasion, elles sont quatorze à venir aider Germaine à coller ses timbres sur des livrets : sœur, copines, cousines et voisines. Mises en pli irréprochables et bas de contention en bandoulière, ces « desperate housewives » québécoises se racontent entre deux chansons leurs plus petites confidences. Jeunes et moins jeunes, sylphides ou pulpeuses, elles jasent à tout va, se chamaillent pour des détails, se froissent pour un rien et dérobent à la volée quelques timbres. Créé en 2010 par le Théâtre d’Aujourd’hui et le centre culturel de Joliette, cette version des ‘Belles-sœurs’ a tout pour plaire : kitsch et absurde à souhait, elle ne laisse aucune chance à l’ennui. Alors si on perd parfois le fil (la faute à l’argot québécois, déroutant pour un parterre parisien), les ritournelles cocasses, les dialogues écrits au couteau et la fantastique scène du bingo offrent un spectacle exceptionnel où on rit bien volontiers.

Par Elsa Pereira

Publié :