L'Angela bête

Soirées
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
L'Angela bête
© J. Velasco

On s’attendait à voir du cirque. On n’en aura que quelques esquisses. A la croisée du concert, de la performance et du théâtre, le spectacle d’Angela Laurier échappe à toute classification. Quelques images vidéo projetées sur un escalier, quelques morceaux interprétés par un quatuor de musiciens, des souvenirs d’enfance racontés au micro… Un patchwork qui s’articule entièrement autour d’Angela Laurier et de son passé qu’elle ressuscite sur scène.

Angela n’a pas grandi comme tout le monde, un gros cartable sur le dos et une tartine de Nutella dans un verre de lait. A peine âgée de 14 ans, la Canadienne intègre le spectacle musical de Michel Conte ‘Les Enfants du ciel’. Gymnaste hors pair, contorsionniste de talent, la jeune femme saute d’un chapiteau à l’autre, du Cirque du Soleil au Gosh. Une carrière bien remplie qu’elle revit sur scène le temps d’un spectacle autobiographique. Un show parfois nombriliste, mais étonnant autant dans son énergie que dans son architecture totalement composite. Vous n’avez aucune idée de qui est Angela Laurier ? Pas de souci, le spectacle se laisse regarder même sans background canadien. Le dynamisme fou de cette performeuse y est pour beaucoup, et si 'L'Angela bête' n'est pas inoubliable il reste tout à fait divertissant.

Par Elsa Pereira