Le Cabaret électrique

Théâtre, Cirque
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
1/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
2/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
3/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
4/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
5/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
6/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
7/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
8/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
9/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
10/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
11/12
© Paolo SC Campanella
Cabaret Electrique (© Paolo SC Campanella)
12/12
© Paolo SC Campanella

Il y a des verres qui tintent, des éclats de rire et des bougies qui dansent. Sous le chapiteau du Cirque électrique, c’est avant tout la fête. Une atmosphère de détente arrosée de bière, et de velouté de potimarron. Eh oui, c’est un dîner-spectacle auquel on est invité porte des Lilas. Quelques tables encerclent la piste, des assiettes volent au-dessus de nos têtes. Ceux qui n’auront pas besoin de se rassasier pourront s’installer directement sur les gradins en attendant que Lionel “ fox ” Magal*, le maître de cérémonie, vienne lancer les hostilités et se fendre de quelques très bons jeux de mots.

Comme toujours au Cirque électrique, l’ambiance est au punk : riffs de guitare et batterie qui s’emballe, une signature sonore et rythmée qui déménage et accompagne avec bonne humeur chacun des numéros. Car c’est ainsi que le Cabaret électrique s’organise, non pas en fonction d’une narration linéaire, mais à la faveur de numéros d’une dizaine de minutes. Un chaos musical et acrobatique dont la durée totale (entracte compris) avoisine les 120 minutes. Et en deux heures, on en prend plein les mirettes. On croise un couple sur la fameuse roue de la mort, une trapéziste suspendue à plusieurs mètres du sol, une moto sur un fil de fer, une fakir légèrement vêtue, et une accordéoniste pourvue d’un pénis proéminent… Des artistes hétéroclites, parfois drôles parfois touchants, qui chacun à leur tour prennent la piste pour nous montrer l’étendue de leur talent acrobatique ou comique.

Avouons-le, le résultat, inégal, n’a rien de vraiment éblouissant. Ce n’est pas les prouesses de Valentino au hula hoop qui vous donneront le vertige, ni la scène des copines déglinguées qui vous feront (vraiment) rire. Pleines de petites imperfections, les saynètes se télescopent sans vraiment se répondre. Pourtant, malgré le désordre approximatif qui règne sous le chapiteau, on se prend au jeu, on sirote sa bière et on se laisse séduire par le charme sensuel de ce cabaret, chaque soir différent. 

* Depuis le 12 février, Fox a été remplacé par Mr Djub. 

Par Elsa Pereira

Publié :

Site Web de l'événement http://cirque-electrique.fr/
LiveReviews|0
1 person listening