0 J'aime
Epingler

Lever de rideau sur nos 'Identité(s)'

Au Carreau du temple, du vendredi 30 janvier au dimanche 22 février

© PM Balthazar
Dans le cadre de sa saison théâtrale, le Carreau du Temple nous invite à découvrir le cycle Identité(s) avec 3 spectacles inédits tournés vers la rencontre, l'interculturalité et le métissage. Tout d’abord, avec 'One land many faces' - du 30 janvier au 4 février -, une pièce de théâtre dans laquelle six artistes d’horizons très divers se retrouvent sur le même bateau pour l’Europe, l’inconnu. Dans cette symphonie culturelle et ce melting pot, chacun sera amené à se demander d’où il vient, et où il va. Le second spectacle - du 6 au 9 février -, qui s’intitule 'Nus, féroces et anthrophages', a voulu créer une dramaturgie qui détricote les clichés, avec une quinzaine d’artistes, de France et du Brésil, qui éloignent de nous les idées préconçues sur ce que nous connaissons finalement très mal. Enfin, 'Afropéennes' - du 13 au 15 février et du 21 au 22 février - relate la vie de quatre amies afropéennes qui se sont installées à Paris, avec leurs petits tracas et leurs histoires de filles, et qui adoptent petit à petit un mode de vie bobo.

Notre critique d''Afropéennes'

Afropéennes

Recommandé

Quand les femmes dessinent un pont entre l’Afrique et l’Europe, ça donne ‘Afropéennes’, un projet à fortes résonances politiques et sociales, issu de la rencontre entre la compagnie marseillaise La Part du Pauvre, dirigée par Eva Doumbia, et l’auteur franco-camerounaise Léonora Miano. Au cœur du projet, deux textes, ‘Femme in a City’ et ‘Blues pour Elise’, qui s’inscrivent dans le cycle ‘Femmes and Black in the World’, initié par la compagnie en 2010 avec le spectacle ébouriffé ‘Moi et mon cheveu : cabaret capillaire’. A l’origine, il y a l’envie de mettre à l’honneur des textes écrits par des femmes noires et de continuer à explorer la thématique de l’identité et des racines, à l’aide de formes hybrides et contemporaines. Lire la suite 

En savoir plus
Du vendredi 13 au dimanche 15 février

Commentaires

0 comments