Macbeth

0 J'aime
Epingler
Macbeth
DR

« L’affreux est beau, et le beau est affreux. » Il n’y a vraiment que des sorcières pour prononcer ce genre de phrases, pour bien nous mettre en garde : dès le début de 'Macbeth', nous savons que les choses ne vont pas exactement se passer comme d’habitude. Le metteur en scène Arny Berny a décidé de prendre Shakespeare au mot et de renverser la pièce. Non, ce que vous allez voir n’est pas forcément une tragédie.

Quoi, on peut rire dans 'Macbeth' ? Et pourquoi pas ! C’est juste une histoire qu’on se raconte en y mettant tous les détails pour rendre la fable plus réaliste et s’effrayer un peu plus. Ce n’est pas pour rien que l’équipe est composée entre autres d’un spécialiste en effets spéciaux et d’un chorégraphe pour les combats (c’est qu’il y en a des morts dans cette pièce !). C’est bien par le déferlement d’effets et de techniques que le metteur en scène compte nous montrer que cette histoire est avant tout du théâtre. Faire tellement bien qu’on se rend compte que c’est du faux. Vaste défi.

Au fond quand on pense à 'Macbeth', on pense à la spirale meurtrière dans laquelle Macbeth est englouti malgré lui, à Lady Macbeth son épouse manipulatrice et sanguinaire, celle par qui le mal arrive. Il y a la façon dont il monte l’échelle sociale tout en tombant dans une déchéance humaine et morale irréversible, la culpabilité qui s’empare de ces deux personnages pour ne plus les quitter, le spectre et les fameuses taches de sang indélébiles sur les mains... Tous ces aspects de l’œuvre vont être transformés pour apparaître sous un jour ridicule et grotesque.

Je n’ai jamais ri devant 'Macbeth'. J’ai hâte.

Par Aurélie Clonrozier

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening