Macbeth

Théâtre
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Macbeth
© Michèle Laurent

Dans le registre shakespearien, ‘Macbeth’ n’est assurément pas la pièce la plus folichonne : assassinats, bains de sang, traîtrise, démence, sorcières et spectres. Oui, avec ‘Macbeth’, vous en aurez pour votre argent. D’autant que pour cette nouvelle mise en scène, le couple diabolique a été mis entre les mains de la grande Ariane Mnouchkine et de son théâtre du Soleil, scène magique au milieu de la forêt. Un théâtre d’une beauté inouïe qui rend un hommage très pictural à la tragédie shakespearienne. Un univers graphique riche de détails que l’on se surprend à collectionner dans sa mémoire : l’écho sourd d’un gong, l’allure mi-papous mi-glaneuses des trois sorcières, le rouge éclatant des pétales semés sur le noir ébène de la terre… 

Mnouchkine n’a pas l’intention de nous faire vivre le couronnement de Macbeth en accéléré, bien au contraire. Sa mise en scène de trois heures ne fait pas que diluer l’action mais offre aux spectateurs le temps d’observer l’évolution des personnages. Le visage de Macbeth (Serge Nicolaï, un poil caricatural) qui se raidit au fur et à mesure que la paranoïa le consume, la voix troublée de Lady Macbeth dévorée par la culpabilité. Vous vous attendiez à un déluge de sang, de combat d’épée et d’apparitions funèbres ? Vous assisterez plutôt à la descente aux enfers lente et douloureuse d’un couple maudit dont on ne ressent jamais la fièvre. Avec la subtilité qu’on lui connaît, mais avec parfois quelques longueurs, avouons-le.

Si la mise en scène est magistrale, si la scénographie est somptueuse, si les déplacements des comédiens sont réglés comme du papier à musique, il manque tout de même à ce ‘Macbeth’ le rythme des canons. A trop soigner son tableau, Mnouchkine a délaissé le théâtre. Macbeth retranché dans son bunker, secoué par la folie destructrice, ressemble ainsi davantage à un héros peint, à un acteur de cinéma muet, qu’à un personnage. On se consolera avec le souvenir mémorable des tables qui tournent, et de cette superbe roseraie où tout a commencé.

Par Elsa Pereira

Publié :

Téléphone de l'événement 01.43.74.24.08
LiveReviews|0
2 people listening