Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Avec Premiers Adieux, Stéphane Guillon revient, toujours aussi virulent

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez bien les horaires avant de vous de déplacer.

© Hatim Kaghat

Avec Premiers Adieux, Stéphane Guillon revient, toujours aussi virulent

Entre confessions et actualités, Stéphane Guillon est de retour avec un nouveau spectacle au théâtre de la Pépinière.

Par Partenariat
Advertising

En partenariat avec 63 Productions.

Depuis 28 ans, c’est peu dire que Stéphane Guillon aura été de ceux qui auront marqué les Français de son humour noir. Mais après avoir régalé les auditeurs, téléspectateurs et lecteurs de France Inter, Canal + ou encore de Libération, Guillon a décidé de nous faire ses « Premiers adieux », du côté du théâtre de la Pépinière jusqu’au 13 avril prochain. Car comme il le dit si bien « à force de dire des saloperies, on finit par en attraper ». Le ton est donné.

Côté déco, le comédien la joue sobre, entre ballons, guirlandes multicolores et ces « Premiers adieux » lettrés en fond de scène pour une ambiance mi-fête de fin d’année, mi-pot de départ du collègue de la compta. Et qui dit départ, dit moment confessions. De son enfance chérie sans aucun problème à la vie de famille recomposée jusqu’aux marques du temps qui passe – sur lui et son « public Télérama » ! –, tout tout vous saurez tout sur Stéphane Guillon, option ton acide chlorhydrique forcément. 

Puis après avoir ri de lui, voici venu le moment de s’occuper des autres, entre sketchs et commentaires d’actualité. Qu’il s’agisse des religions, lorsqu’il évoque notamment la Manif pour tous (« je préfère être élevé par Elton John et son mari que par Éric Zemmour et sa femme ») ou de BHL singé en plein shooting au cœur d’une zone de guerre, tout le monde en prend pour son grade. 

Quant à l’actu, si Guillon fustige son insignifiance, il ne peut s’empêcher de la tourner à la dérision. Castaner, les gilets jaunes ou Brigitte Macron, Guillon teste ses nouvelles saillies sur le public. Plus il choque, et plus il jubile. Que voulez-vous, après 28 ans de carrière, on ne se refait pas. Guillon l’annonce lui-même, ce ne sont que ses premiers adieux. Le genre de départ qui fleure davantage le Never Ending Tour à la Bob Dylan que la brusque fin à la Molière. Alors, on se dit à la prochaine ?

Quoi ? « Premiers adieux » de Stéphane Guillon
Quand ? Jusqu’au 13 avril 2019 ; Du mardi au samedi, à 19h
Où ? Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis le Grand, 2e
Combien ? De 12 à 45 € (Billetterie ici)

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising