Fellag - Bled Runner

Recommandé
4 sur 5 étoiles

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Avec ce best-of, Fellag propose un spectacle intelligemment drôle et salutaire.

Le gosse de 5 ans terré dans son village de Kabylie a bien grandi. Il a désormais 77 ans au compteur et sillonne les planches du théâtre du Rond-Point, seul, chéchia rouge vissé de travers, babouches assorties aux pieds et bretelles en hommage à Charlot. Il se souvient : son enfance sur les bancs de l'école quand on lui apprend dans les années cinquante que ses ancêtres sont les Gaulois. Quand il se persuade, candide, que tous les Français sont noirs et musulmans après avoir croisé des tirailleurs sénégalais, puis blancs lorsqu’il aperçoit des parachutistes en pleine guerre d’indépendance. Jusqu’à plus tard, son arrivée sur le Vieux-Port marseillais et la crise de panique qu’il provoque en laissant son bagage le temps d’un aller-retour au wagon-restaurant.

France-Algérie

Au travers de cette histoire singulière, pêle-mêle de souvenirs compilés comme un best-of de ses précédents spectacles ('Djurdjurassique Bled', 'Petits chocs des civilisations', 'Le Dernier Chameau', 'Tous les Algériens sont des mécaniciens'…), c’est tout une histoire commune – la nôtre – qui est interrogée dans ce spectacle par ce comédien-conteur. Celle des relations entre la France et l’Algérie et des conséquences dont nous héritons de part et d’autre de la Méditerranée, alors que les cicatrices sont toujours profondes – la polémique autour de la sortie de Macron en est le plus bel exemple.

Pour les panser, une seule et unique arme : le rire. Mais attention, pas celui d’humoristes bas de gamme pointant du doigt l’un et l’autre en usant, encore et toujours, des mêmes mécanismes grossiers. Avec son regard plein d’humanité, son humour absurde et emprunt de poésie, ses vannes qui tapent dans le mille (« la France est une Algérie française qui réussit » ), son intelligence et son courage politique, Fellag nous régale et nous fait réfléchir, bien aidé par la mise en scène pleine de malice de sa compagne Marianne Epin. Surtout, le bonhomme apaise et réconcilie un public hétéroclite bercé par le rythme des « youyous ». Au point de conclure avec brio, le sourire aux lèvres : « Vous avez raté votre colonisation, on a raté notre indépendance. On est quitte. »

Infos

Site Web de l'événement http://www.theatredurondpoint.fr
Téléphone de l'événement 01.44.95.98.21
Vous aimerez aussi