Le présent qui déborde - Notre Odyssée II

Théâtre
Recommandé
4 sur 5 étoiles
O AGORA QUE DEMORA.LE PRESENT QUI DEBORDE.NOTRE ODYSSEE II ...Direction, realisation and dramaturgy Christiane JATAHY artistic collaboration, scenography and light Thomas WALGRAVE collaboration Henrique MARIANO photography Paulo CAMACHO sound Alex FOSTIER
1/2
© Christophe Raynaud de Lage
LE PRESENT QUI DEBORDE
2/2
© Christophe Raynaud de Lage

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les événements sont bien confirmés avant de vous y rendre.

Après Ithaque, présenté en 2018, Christiane Jatahy entame le deuxième volet du diptyque Notre Odyssée avec un spectacle d’une force extraordinaire.

Voir quoi ? Un film-spectacle qui puise dans la fiction odysséenne pour mieux faire surgir le réel chaotique
Pourquoi s’y rendre ? Pour être ensemble, malgré la distance

En Palestine, au Liban, en Grèce, en Afrique du Sud et au Brésil, Christiane Jatahy est allée, caméra au poing, à la rencontre de réfugiés, acteurs pour la plupart, ayant joué leur vie pour quitter leur pays – ou pour le retrouver. A défaut de pouvoir rendre leurs identités perdues, la metteuse en scène d’origine brésilienne leur offre un masque, celui d’Ulysse, et leur prête des aventures, avec le Cyclope ou Circé. Dans la salle de spectacle, on retrouve ainsi ces hommes et femmes sur un écran géant, se prenant au jeu de l’Odyssée et s’appropriant le “je” d’Ulysse. Isolés ou en communauté à l’occasion de fêtes et banquets, ils racontent l’histoire d’Ulysse pour ne pas avoir à raconter la leur, souffrant de sans cesse devoir la répéter, la raviver. La réalité se teinte de fiction et de poésie, pour réapparaître plus vive, plus douloureuse, au fil de la représentation.

Vide d’acteurs, la scène semble d’abord n’avoir rien de théâtral. L’écran de cinéma s’impose comme une barrière infranchissable entre les corps des acteurs en exil et ceux des spectateurs. Peu à peu, pourtant, c’est bien “le présent qui déborde” de l’écran vers la salle de théâtre : le présent de la représentation réactivé par la présence d’acteurs, chanteurs et réfugiés dans les rangées du public. Grâce à un dispositif complexe et vertueux, un dialogue s’engage alors entre ceux qui habitent l’écran de cinéma et ceux qui habitent le théâtre, qu’ils soient acteurs ou spectateurs. La voix des réfugiés se fait plus vive, prend corps et, petit à petit, se désolidarise de celle d’Ulysse pour parler pleinement du présent. Présent, notamment, des dérives du pouvoir de Bolsonaro au Brésil et de leur impact sur la forêt amazonienne. Présent brûlant.

Par Alix Leridon

Publié :

Infos

Vous aimerez aussi