0 J'aime
Epingler

Les 17 spectacles qu'il faudra voir en 2017

17 bonnes raisons d'aller au théâtre l'année prochaine

© Christophe Raynaud De Lage

On vous en donne dix-sept mais il en existe chaque semaine plus d'un millier à Paris. Dix-sept spectacles que nous avons triés sur le volet. Nous avons dû faire des choix cornéliens pour arriver au nombre fatidique de dix-sept et pourtant nous sommes plutôt content de notre sélection. Du théâtre pour les amateurs de tirades inspirées, des spectacles de danse apocalyptiques pour coller à l'année à venir, du cirque et de l'humour pour tout oublier. Voici l'année 2017 en dix-sept spectacles, dix-sept tentatives d'évasion du monde réel, dix-sept fenêtres ouvertes sur le monde. Bon voyage ! 

1

Sombre rivière

Le théâtre-musique de Lazare, cet auteur-metteur en scène-comédien touche à tout est imprégné des mots de la littérature et de l’oralité des arts de la rue. Ses textes savamment récités et souvent improvisés évoquent avec justesse et poésie une époque en souffrance. De retour sur scène avec ‘Sombre rivière’, le maestro de l’impro et ses acolytes questionnent, jouent et chantent notre temps : le passé et son histoire, l’instant et ses incertitudes, l’avenir et ses interrogations. Les voix, leur musique, leur silence et leurs secrets font résonner le passé et retentir le présent. 

En savoir plus
Nouveau théâtre de Montreuil mercredi 29 mars 2017 - jeudi 6 avril 2017
2

Lourdes

En respect des dernières volontés de son chef spirituel, une communauté sectaire de jeunes adultes décide de se rendre en pèlerinage à Lourdes. Ville des visions et des guérisons, Lourdes est aussi le lieu où, en l’attente de la révélation, chacun peut y apprivoiser la mort. Le voyage présenté en temps réel se transforme peu à peu en épopée psychédélique au cours de laquelle les paroles se libèrent. Ce spectacle a été créé en septembre 2016 dans le cadre des ateliers d'élèves du Conservatoire National Supérieur d'Art Damatique par le jeune comédien Paul Toucang dont c'est la deuxième mise en scène. Il est accompagné sur scène de sept autres comédiens dans cette épopée spirituelle et incantatoire.

En savoir plus
La Colline - Théâtre national , 20e arrondissement mercredi 19 avril 2017 - samedi 13 mai 2017
3

Nicht Schlafen

Attention, spectacle événement ! C’est avec ‘Nicht Schlafen’ du chorégraphe flamand Alain Platel que la MC93 inaugure son nouveau théâtre. Pour ceux qui attendaient de revoir les locaux de la maison de la culture de Bobigny depuis quelques années, le rendez-vous a son importance et a été savamment orchestré par Hortense Archambault, maîtresse des lieux. Il ne s’agit pourtant pas d’une création, ‘Nicht Schlafen’ ayant été présenté en septembre dernier à la Biennale de la danse à Lyon. « Dans chacun de mes spectacles, on voit des gens qui luttent pour vivre leur vie. C’est cela que je veux montrer au public », affirme Alain Platel. Sa dernière création ne déroge pas à la règle.

En savoir plus
MC93 Bobigny , France mardi 23 mai 2017 - samedi 27 mai 2017
Advertising
4

Le Radeau de la Méduse

Après avoir exploré l’univers shakespearien ('Richard III' à l’Odéon en 2015, l’intégrale de la trilogie 'Henry VI' à Avignon), l’hyperactif Thomas Jolly est de retour, et cette fois-ci uniquement à la mise en scène. D’après une pièce de Georg Kaiser publiée en 1948, 'Le Radeau de la Méduse' est une épopée « dans un huis-clos au milieu de l’océan ». Les comédiens, livrés à eux-mêmes et aux autres, représentent les derniers survivants de l’humanité. Sur ce radeau des rescapés, la pièce met en question la condition humaine, ses lois et ses limites. 

En savoir plus
Théâtre National de l'Odéon aux Ateliers Berthier , 17e arrondissement jeudi 15 juin 2017 - vendredi 30 juin 2017
5

Richard III

On ne voit que lui. Richard III, monarque sanguinaire et pervers narcissique notoire. Il traîne son pied bot sur une avant-scène circulaire couverte d'un sable terreux et de confettis dorés, le dos déformé par une bosse, un casque en cuir lui encerclant la boîte crânienne. Il est beau mais moche, vénéneux, attirant, terrifiant. Tout ça à la fois. Derrière lui, le décor de Jan Pappelbaum fait d'échafaudages est aussi austère et sombre que la cour d'Angleterre de cette époque. La musique rock est lancinante, la batterie installée à cour vrombissante et l'espace scénique aussi noir que l'âme du personnage éponyme. Vous vouliez un Shakespeare, un vrai ? Vous voilà servis.

En savoir plus
L'Odéon, théâtre de L'Europe , Saint-Germain-des-Prés mercredi 21 juin 2017 - jeudi 29 juin 2017

Commentaires

0 comments