Les Femmes savantes

0 J'aime
Epingler
Les Femmes savantes

Trente ans plus tard, Catherine Hiegel remonte la pièce de Molière avec un casting 5 étoiles.

En 1987, Catherine Hiegel mettait en scène ‘Les Femmes savantes’ à la Comédie-Française (dont elle est aujourd’hui sociétaire honoraire) au théâtre de la porte Saint-Martin. Trente-ans plus tard, elle remonte la pièce de Molière dans le même lieu mais avec une toute nouvelle distribution. Et quelle distribution ! Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri, Evelyne Buyle, Philippe Duquesne et Julie-Marie Parmentier, pour ne citer qu’eux, interpréteront Chrysale, Armande, Henriette ou encore Philaminte.

Pour ceux qui n’auraient plus de souvenirs du collège, ‘Les Femmes savantes’ raconte l'histoire d'une famille (la mère Philaminte et ses filles) sous l'emprise d'un faux savant, un escroc qui sous prétexte d’érudition soutire de belles sommes d’argent à la famille au grand dam du père.

Une pièce encore au goût du jour selon Catherine Hiegel. « (…) Je ne puis m’empêcher de saluer l’association du savoir au destin de la femme ! Il a fallu tant de siècles et de luttes pour que la moitié de l’humanité accède à la connaissance et aujourd’hui encore trop de femmes se trouvent toujours privées de ce droit ! »

Par Elsa Pereira

Publié :

Téléphone de l'événement 01.42.08.00.32
Site Web de l'événement http://www.portestmartin.com

Average User Rating

4 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:1
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|1
1 person listening
Claire A
tastemaker

J'ai adoré cette pièce ! J'y allais à reculons car le théâtre de Molière, en général ce n'est pas ma tasse de thé, ayant quelques mauvaises expériences à mon actif. Et pourtant, en 2 heures sans entracte, je ne me suis pas ennuyée et j'ai même ri ! 

Si la diction de l'actrice qui jouait Henriette a parfois laissé à désirer le soir où nous y étions, le reste des acteurs a su captiver le public. Mon amour pour Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui n'a pas été déçu, avec une mention spéciale pour Bacri qui conserve sa nonchalance habituelle en habit et en langue de Molière... Génial !