Poil de Carotte

Théâtre
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Poil de Carotte
© Silvia Boschiero

Silvia Costa signe une adaptation poétique et exigeante de 'Poil de Carotte'.

A peine entré dans la salle du spectacle qu’une forte odeur de paille s’immisce dans nos narines. Et pour cause, les gradins sont montés sur des bottes de foin et quelques lapins se terrent dans leur petite cage. Une douce ambiance de campagne nous enveloppe. Les quelques petits installés au premier rang s’émerveillent devant le décor naturaliste quand tout à coup apparaît Poil de Carotte (joué par Agathe Molière) en culotte courte et chevelure flamboyante. Il circule hilare et plein d’énergie tout autour du gradin déclenchant un tourbillon de rires du côté des enfants. Poil de Carotte profite de l’absence de l’effroyable Madame Lepic, et il a bien raison.

L'odeur de l'étable 

Après s’être emparé du roman d’Edmond de Amicis ‘Cuore’, Silvia Costa se penche aujourd’hui sur le destin de Poil de Carotte. Une adaptation poétique et fort bien écrite du récit de Jules Renard destinée au jeune public mais qui n’est pas sans séduire les adultes. Car si le conte est raconté à hauteur d’enfant, il n’est à aucun moment simplifié, bien au contraire. Silvia Costa accompagnée à la scénographie de Maroussia Vaes a imaginé un spectacle poétique et fragmentaire construit autour de différents tableaux (Les Poux, La Taupe, L’Album de Poil de Carotte, La Chasse…). 

Une scénographie entre rêve et réalité 

Loin de toute narration linéaire, la mise en scène de Silvia Costa (qui travaille notamment avec Roméo Castellucci) fait le pari de l’intelligence et de l’imagination en proposant un univers sensoriel riche, à la fois immersif et pictural. Le décor est ainsi déployé à l’aide de mobiliers sur roulettes, de tableaux et de voiles qui se superposent les uns aux autres dessinant parfois des ombres chinoises. Dans cet univers visuel est poétique, d’une douceur presque évanescente, la metteur en scène passe parfois un peu à côté de la cruauté du texte de Jules Renard, du sens réel de la fable contée. La famille Lepic grimée (on pense inévitablement à Bob Wilson) ressemble davantage à un mauvais rêve plutôt qu’à un cauchemar.

Jamais infantilisant, ‘Poil de Carotte’ reste néanmoins un petit bijou de théâtre pour enfants. A mettre donc entre toutes les mirettes. 

Par Elsa Pereira

Publié :

Téléphone de l'événement 01 48 33 16 16
LiveReviews|0
1 person listening