Sebastian Marx : A New-Yorker in Paris

Théâtre, Comédie
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Sebastian Marx : A New-Yorker in Paris
© Charlotte badelon

La petite péniche de la Nouvelle Seine, installée sur son fleuve éponyme en face de Notre-Dame, offre une programmation très fournie de comiques en tous genres. On est parfois déçus (cf. Audrey Vernon dans 'Chagrins d’amour', relents acides assurés), parfois agréablement surpris (cf. Guillaume Meurice dans 'Que demande le peuple ?' ou David Azencot dans 'Fils de pub'), d'autres fois carrément enthousiastes (la formidable Blanche Gardin).

Sebastian Marx, c’est encore autre chose, déjà parce qu’il joue son spectacle tous les dimanches d’abord en français à 17h puis en english à 18h30 (si vous ne savez pas ce que signifie « english » je vous invite à aller plutôt voir la version française. Oui, c’était un test et vous avez échoué.). 'A New-Yorker in Paris' pourrait rappeler un autre spectacle comique anglophone qui se joue actuellement au théâtre des nouveautés : 'How to become a parisian in one hour', dans lequel Olivier Giraud (pour le coup français pure souche) propose en quelques leçons d’expliquer comment devenir le Parisien parfait, dans un franglais charmant (comprendre : en anglais avec un accent frenchy très assumé).

En l’occurrence, Sebastian Marx ne s’inscrit pas dans cette veine-là mais plutôt dans un héritage soft de Jerry Seinfeld, dressant un ensemble de comparaisons entre culture américaine et culture française. L’occasion de vanner une kyrielle de clichés sur la complexité de la langue française, son incompréhensible accent circonflexe (qui finalement n’est là que pour signifier qu'il y avait autrefois un « s », façon de marquer son territoire, quoi), ses baguettes qui deviennent du béton armé après 24 heures, et le quota obligatoire de clopes par Français et Françaises, qui visiblement n’acceptent d’arrêter de fumer que sous la pression d'une grossesse. 

Un spectacle drôle, non seulement parce que la salle est unanimement hilare mais aussi parce que ce comédien new-yorkais, bien qu’installé à Paris depuis dix ans bien tapés, nous apporte une petite fraîcheur venue d'outre-Atlantique. Finalement, ses vannes ne sont pas outrageusement plus élaborées que n’importe quel stand up, mais elles sont bien ficelées, inattendues, et la langue anglaise contribue à nous faire rire, allez savoir pourquoi.

Attention, plus que trois dimanches pour aller découvrir ce fellow sur le boat de la Nouvelle Seine.

Par Louise Pierga

Publié :

Site Web de l'événement http://www.sebmarx.com/
LiveReviews|0
1 person listening