Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Nos meilleurs plans pour un week-end réussi à Lyon
Lyon
Lyon

Nos meilleurs plans pour un week-end réussi à Lyon

Restaurants, excursions, coins pépites... Retrouvez une sélection de 31 choses à faire pour un week-end pépouze à Lyon !

Écrit par Time Out. En partenariat avec ONLYLYON Tourisme
Advertising

Alors qu’il est de nouveau possible de vadrouiller dans toute la France, Time Out la joue agence de voyages et vous a mitonné une sélection aux p’tits soins des meilleures adresses du pays. Pour cette étape, cap sur l’une des villes les plus cool et bouillonnantes de l’Hexagone : Lyon. Pour ce road trip chez les Gones, la rédaction (qui s’est rendue sur place) vous fait bourlinguer entre le Rhône et la Saône à la recherche de la crème de la crème des bons plans. Des restos chébrans à Croix-Rousse, des bars à cocktails sur la Presqu'île, des spots architecturaux à faire péter les superlatifs et des paysages avoisinants pour s’offrir une parenthèse champêtre… Bref, le temps d’un dossier (et d’un aller-retour en TGV), Time Out Paris mute en Time Out Lyon. Et croyez-nous : ce n’était vraiment pas facile de rentrer…

Lors de votre passage à Lyon, pensez à la Lyon City Card, et profitez d'un accès illimité au réseau de métro, tram et bus, de musées gratuits et de tout un tas de bons plans.

LES MEILLEURS BARS ET RESTAURANTS

Les Apothicaires
Les Apothicaires
Les Apothicaires

Découvrir le meilleur gastro dépoussiéré de la ville

Avec une réputation qui s’étend jusqu’à Paris et une étoile au guide du pneu, Les Apothicaires était le restaurant qu’on attendait le plus à Lyon. On n’a pas été déçu. Dans une déco designée par Bérengère Mey (banquettes douillettes, tons bleu canard, mobilier en bois clair et imposantes rangées de bibelots), Tabata et Ludovic Mey, ensemble en cuisine comme dans la vie, dégainent un CV impressionnant (de Bocuse à René Redzepi) et balancent une popote voyageuse à quatre mains. Ce soir-là, dans un menu pas cher payé (59 €) en huit temps, les tourtereaux ont transformé façon Midas tout ce qu’ils touchent en or…gasme culinaire ! Au hasard, dans une vertigineuse montée en puissance : très subtils petits pois (croquants), fraises vertes et kombucha verveine ; très esthétique tartare de bar, prunes umeboshi et sauge pétaradant en bouche ; ultra-gourmandes courgettes beurrées, baies fermentées et hollandaise reine-des-prés ; et crousti-fondant ris de veau, concombre grillé, capucine et poivre vert. En finish, tout aussi convaincant ? Vraie panna cotta, cerise et persil à finir le nez dans l’assiette. Et pour faire passer le tout, des vins propres tendance biodynamie avec une belle proposition de cuvées de la région, servis par une équipe tchatcheuse et décomplexée. Le voici, LE gastronomique dépoussiéré de Lyon !

Les Apothicaires - 23, rue de Sèze - 69006 Lyon. Du lundi au vendredi, de 12h à 14h et de 19h30 à 21h30.

La Bijouterie
La Bijouterie
Nicolas Villion

Manger des tapas en bande dans le resto le plus cool de Lyon

Dans cet antre du cool lyonnais, Arnaud Laverdin (également aux manettes du génial Sapnà) règne en maître incontesté et incontestable du tiéquar. Dans sa Bijouterie bien sapée (murs grattés, banquettes en cuir et maxi-tableau d’art contemporain), le chef balance sur fond de house music une popote asie-mutée qui rocke grave ! Lors de notre passage, dans une formule déj à 27 €, on l’a joué tapas en bande avec des plats d’humeur tapageuse. Au hasard : cette démente et explosive volaille karaage et mayonnaise saupoudrée de poudre de harissa ; ces déjà mythiques dim sum légumes, sweet chilli sauce et basilic thaï ; ou encore ces wonton frits et hareng fumé relevés par une caliente sauce au kimchi. Vous en voulez plus ? Le soir, le resto mute en bistronomique d’auteur avec un menu découverte en cinq temps à 45 €. Avec, encore et toujours, le même mood : un service détendu, une cuisine qui pousse à fond le curseur de l’originalité et une carte des vins tendance nature qui bourlingue entre la France et l’Europe. En bref, un énorme coup de cœur !

La Bijouterie - 16, rue Hippolyte-Flandrin, 69001 Lyon. Du mardi au samedi, de midi à 13h30 (14h samedi) et de 20h à 21h.

Advertising
L'Antiquaire
L'Antiquaire
L'Antiquaire

La jouer Don Draper chez l’Antiquaire

C’est dans la rue Hippolyte-Flandrin, non loin des concept stores de streetwear vintage (comme on dit à l’Académie française) et des restos branchés (coucou La Bijouterie) que le serial bartender Marc Bonneton a décidé de poser son Antiquaire. Dans une ambiance ultra-tamisée (pour ne pas dire darkos), le bonhomme signe une carte et une déco que n’aurait pas reniée Don Draper. A savoir, côté ambiance, banquettes Chesterfield, musique blues et service aux petits oignons (verre d’eau dès l’arrivée). Et côté drinks (entre 10 et 15 €), des classiques francs du collier et bien équilibrés, à l’image de notre Old Fashioned : Angostura bitters, sucre, zeste d’orange, cerise et rhum (sur notre demande) pour remplacer le bourbon.

L’Antiquaire - 20 rue Hippolyte-Flandrin, 69001 Lyon. Tous les jours, 18h-1h (jusqu’à 3h vendredi et samedi).

SO6 La Saucissonnerie
SO6 La Saucissonnerie
SO6 La Saucissonnerie

Saucissonner et boire des purs jus nature chez SO6 La Saucissonnerie

Et de deux pour Hubert Vergoin ! Après avoir bistronomisé la rue Pailleron avec son désormais légendaire Substrat, le bonhomme installe sa nouvelle cave à manger sur le trottoir juste en face. Dans son échoppe plus petite que votre studio parisien (étagères de quilles nature, mur bleu canard et quelques tabourets pour manger assis-debout), ça se bouscule au portillon à l’heure de l’apéro ! Au menu ? Du cochon pardi ! Chorizo, courgettes gratinées et petit épeautre (12 €), japonisant jésus cuit, salade sauce tonkatsu et oignons frits (11 €), fondantissime boudin galabart, composé d’oignon, xipister et pommes de terre nouvelles (10 €), et régressif hot-dog, coulis de tomate, basilic et tomme de brebis (8 €)… Et pour faire passer le tout ? Des jajas nature, comme ce gouleyant beaujolais-villages du domaine Leonis (4 €). Au top !

SO6 La Saucissonnerie - 8 rue Pailleron, 69004 Lyon. Ouvert jeudi, vendredi et samedi, de 11h-15h, puis 18h-1h.

Advertising
Boleh Lah
Boleh Lah
Boleh Lah

Faire voyager ses papilles chez Boleh Lah

Après un road trip en Malaisie, Amélie, Caroline et Paul, 78 piges à eux trois (mais toutes leurs dents) ont fait migrer dans la capitale des Gaules la mamak food, cuisine sino-indienne ultra-populaire à Kuala Lumpur. Dans leur cuisine ouverte sous néon pourpre, les trois lascars mettent la rue à l’honneur avec des œuvres de street art sur les murs, du hip-hop US dans les enceintes et une cuisine street foodisante im-pe-ccable ! Pour nous, ce midi-là, posés sur les tabourets jaunes flashy : un beef rendang (bœuf mijoté dans du lait de coco, citronnelle, gingembre, galanga, curcuma et riz de coco) et un végé Nasi Goreng Tg’s (riz sauté au wok, carotte, chou, pousses de soja/sésame, œuf au plat et piment et poivre de Sarawak pour relever le tout). A accompagner d’un pain feuilleté maison, fromage dégoulinant, à tremper dans sa sauce dhal curry pour un kif optimal ! A boire ? Café Loutsa bio d’Indonésie et teh tarik, thé au lait sucré et mousseux étiré à la malaisienne. Voyage assuré.

Boleh Lah - 11 rue Salomon-Reinach, 69007 Lyon. Du mercredi au vendredi, 10h-20h, mardi et samedi 10h-17h.

Kitchen Café
Kitchen Café
Kitchen Café

S’offrir une parenthèse sucrée chez Kitchen Café

Après avoir effectué un choix cornélien (plutôt terrassette au soleil ou intérieur design ultra-lumineux ?), on pose ses fesses chez Kitchen Café pour dévorer le Graal de la pâtisserie suédo-ricaine : brioche cannelle et cardamome, cookie chocolat noir et fève de tonka de compète, et cake marbré (vanille et chocolat) à engloutir avec son p’tit noir. Le midi ? Changement d’ambiance avec un menu déjà cornaqué par Connie Zagora et Laurent Ozan, avec des produits ultra-frais, de saison et franchement généreux dans l’assiette. A l’instar de notre tartare de thon, fèves et citron confit en entrée, ou de notre (moins convaincant) merlu, haricots verts, abricot et crème de riz légèrement fadasse. Le top ? Le sucré : fraîcheur de cerises et sablé basque, flanqué de nougatine et crémeux à la cannelle : miam ! L’aprèm, les free-lances à laptop font durer leur kawa pendant trois plombes… Avec un bar à desserts pour reprendre quelques forces !

Kitchen Café - 34 rue Chevreul, 69007 Lyon. Du jeudi au lundi, 8h-18h30 (8h30 le week-end).

Advertising
Sauvage
Sauvage
Nicolas Villion / Sauvage

S’offrir une parenthèse tropicool chez Sauvage

Dans le quartier popu-branché de La Guillotière, ce bar floral avec papier peint animal déploie un kitsch maîtrisé, entre pierres apparentes et bande-son électro-rock (notamment le génial Hunnybee de Unknown Mortal Orchestra). A glouglouter ? Des cocktails low-alcohol servis par un personnel suffisamment gentil pour le souligner. Pour notre part, on a attaqué sur un rafraîchissant et aromatique Nomad’s Land (Lillet blanc, basilic thaï, lime, liqueur de mastiha, vodka, poivre noir IGP Kampot, lamelle de concombre et eau gazéifiée, 10 €). Et pour éviter d’exploser en plein vol ? De solides tapas : tarama à la truffe d’été, rillettes de homard et régressive gaufre de Liège.

Sauvage - 3 rue Montesquieu, 69007 Lyon. Tous les jours sauf le dimanche, 18h-1h (jusqu’à minuit le lundi et 2h le week-end).

Food Traboule
Food Traboule
Food Traboule

Remplir son plateau chez Food Traboule

Après avoir agité le 6e lyonnais avec Les Apothicaires, Tabata et Ludovic Mey, en phase de devenir notre couple préféré depuis Lorie et Garou, dégainent de leur toque un nouveau concept tarabiscoté qui cartonne : un food court planqué dans une bâtisse historique, proposant un very best of de la cuisine made in Lyon ! Dans les faits, les deux tourtereaux ont investi la Tour rose, une illustre bâtisse historique, pour y réunir sur 660 mètres carrés une douzaine de restaurateurs qui partagent avec eux l'envie de s’éclater autour d’une gastronomie décomplexée. Et force est de constater que c’est réussi ! Ce soir-là, lors de notre passage (réservation obligatoire), on en était presque à choper un plateau pour zigzaguer entre les stands et TOUT goûter. Parmi nos incontournables ? Les arancinis poulpe (boulettes de riz panées et frites, poulpe à la tomate et safran, 9 €) du Comptoir des Apothicaires, les efficaces petits pains vapeur servis par trois (chorizo, vinaigrette asiatique, sésame et coriandre, 11 €) signés du maestro Substrat, et les costauds Roll Maine (homard, crevettes, chou blanc mariné, radis pickles, herbes fraîches, mayonnaise, épices Old Bay, 17 €) du stand Lobs… Le best-seller du coin ? Le combo frites de quenelles de brochet et mayo de homard (9,50 €) et kebab d’andouillette et ses légumes de saison (13 €) mitonnés par le bouchon La Meunière. Avec tout ça, n’hésitez pas à marcher ou à rentrer à vélo…

Food Traboule - 22 rue du Bœuf, 69005 Lyon. Du mardi au samedi, 11h45-00h, le dimanche de 11h45 à 22h30. Fermé le lundi.

LES MEILLEURES SORTIES

Confluence
Confluence
DR

Découvrir le dystopique quartier de la Confluence et son musée, avant de passer une soirée au Sucre

Le quartier de La Confluence a fait passer l'ancestrale capitale des Gaules dans le XXIIe siècle architectural. Erigé sur les ruines des anciennes friches industrielles de la pointe sud de la Presqu'île, la Confluence s'est paré d'ouvrages architecturaux aux formes et couleurs avant-gardistes. On pense forcément au diptyque cubique coloré d'orange et vert de Jakob + MacFarlane, au dédale qu'est l'hôtel de la région dessiné par Christian de Portzamparc ou encore au Musée des Confluences et ses très larges collections. Passage obligé pour tout visiteur lyonnais : Le Sucre, le club de la ville, planqué dans un ancien entrepôt de sucre, avec rooftop et programmation épicée.

Unsplash
Unsplash
© Jeremy Yap

Se faire une toile (ou douze) au Festival Lumière

Quelques (petites) années après les frères Lumières, la métropole lyonnaise redevient la capitale du cinéma, le temps de ce festival tous azimuts qui investit 35 salles pendant 8 jours. Au choix, vous pourrez revoir l’intégralité de la filmo des frères Dardenne (lauréats du Prix Lumière 2020), discuter avec Albert Dupontel, rigoler devant le Septième Sceau de Bergman, ou avoir la gorge serrée avec Les Tontons Flingueurs de Lautner (à moins que ce ne soit l’inverse), et assister en avant-première à la projection de la sélection du festival de Cannes 2020 qui n’a jamais eu lieu. Magie du cinéma !

Du 10 au 18 octobre, partout dans la ville.

Advertising
© Lyon, musée des Tissus – Pierre Verrier / Collection Lee Price
© Lyon, musée des Tissus – Pierre Verrier / Collection Lee Price
© Lyon, musée des Tissus – Pierre Verrier / Collection Lee Price

Admirer la beauté punk à l’expo Vivienne Westwood

Evènement ! Pour la première fois en France, une exposition est dédiée à l’immense Vivienne Westwood, prêtresse subversive de la couture sauvage. Cela se passe au Musée des Tissus, où sont exposés deux cents pièces de la collection réunie par Lee Price, Anglais installé à Lyon et passionné par la créatrice romantico-punk depuis ses 13 ans ! L’exposition retrace le demi-siècle de carrière de Vivienne Westwood, depuis les débuts de la mode punk déglinguée dans sa boutique Sex ouverte avec le manager des Sex Pistols, à ses créations baroques en tartan, inspirées de pourpoint du 16e siècle… En passant par des tenues glam-rock décadentes en cuir et clous !

Expo Vivienne Westwood - Musée des Tissus - 34 rue de la Charité — 69002 Lyon ; Horaires : du 10 septembre au 17 janvier 2021, du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

12 € Réservation obligatoire sur le site internet.

© La Sucrière
© La Sucrière
© La Sucrière

Rebooter son look au Marché de la mode vintage

S’habiller vintage c’est, au-delà d’un style ou des modes, un état d’esprit et une philosophie de préservation des ressources limitées de la planète. Voilà ce qu’on vous propose comme argument massue, à asséner à ceux qui voudraient vous empêcher de claquer votre PEL dans ce salon bourré à craquer d’antiquités du siècle dernier (de 1950 à 1999 grosso modo). Des kilomètres de portants de fringues vous attendent accompagnés de quelques antiquités (oh un lecteur de cassettes). Est-ce que ce tee-shirt Simpsons va vraiment bien avec ce caraco après-guerre ? Nous ne sommes pas là pour juger !

La Sucrière - 49-50 Quai Rambaud - 69002 Lyon ; Horaires : les 17 et 18 octobre

Entrée 5 €.

Advertising
Peinture Fraîche Festival
Peinture Fraîche Festival
Peinture Fraîche Festival

Plonger dans le street art avec le Peinture Fraîche Festival

Après une édition inaugurale qui aura rameuté près de 40 000 visiteurs, le festival de street art est de retour du 2 au 25 octobre pour un second millésime. L'espace d'un mois, une cinquantaine d'artistes du monde entier vont investir la ville et tout particulièrement la Halle Debourg à grands coups de bombes, pochoirs et collages. Fresques spécialement préparées pour l'occasion, concerts, performances en direct, projections, conférences, le Peinture Fraîche Festival a tout prévu pour vous plonger dans le monde coloré de l'aérosol.

Peinture Fraîche Festival – La Halle Debourg – 45 avenue Debourg – 69007 Lyon - Du vendredi 2 au dimanche 25 octobre 2020. Ouvert les mercredis, jeudis et dimanches, de 10h à 20h. Les vendredis et samedis, de 10h à 23h.

Pass 1 jour : 5 €. Pass complet à 16 €. Tarif réduit à 4 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.

DR
DR
DR

Se balader à la Tête d'Or, le plus grand parc urbain français

Nous voilà devant un incontournable de la flânerie lyonnaise. Ouvert il y a plus d'un siècle et demi sur le bord du Rhône, le parc de la Tête d'Or est, avec ses 117 hectares, le plus grand parc urbain français ! Le lieu, accessible gratuitement, dispose d’une ribambelle d'espaces et d'activités à faire. On vous conseille de commencer par une petite balade en barque sur le lac de 17 hectares avant un enchaînement floral avec, d'un côté, les 16 000 essences de plantes du jardin botanique, et de l'autre la roseraie et ses 5 hectares. Egalement à voir : le zoo de Lyon, qui regroupe 400 espaces dont 100 tortues de Floride, des petits trains ainsi qu'un carrousel. Le spot où les Lyonnais adorent se mettre au vert.

La Tête d'Or - Place du Général-Leclerc – 69006 Lyon ; Horaires : jusqu'au 14 octobre, de 6h30 à 22h30. Du 15 octobre au 14 avril, de 6h30 à 20h30.

Entrée gratuite. 

Advertising
Halle Tony Garnier
Halle Tony Garnier
Brice ROBERT

Visiter le musée urbain Tony-Garnier et ses fresques en plein air

Cela fait cent ans que la première pierre du quartier des Etats-Unis a été posée, mais l'aventure architecturale de Tony Garnier est plus vivante que jamais. Avec cet ensemble d'immeubles, Garnier a redéfini l'habitat ouvrier, améliorant sans commune mesure leurs conditions de vie. Dans les années 1980, le quartier est renommé Cité Tony Garnier et réhabilité, avant de voir apparaître sur ses murs 25 fresques peintes par les artistes de CitéCréation pour rendre hommage au rôle de l'architecte. Désormais, on s'y balade le bec en l'air et on y aperçoit des créations figurant la Cité industrielle de Garnier, son célèbre projet utopico-libertaire. Pour les nostalgiques (et les autres), ne manquez pas l'appartement témoin, qui reproduit avec brio un logement des années 1930.

Musée urbain Tony-Garnier – 4 rue des Serpollières – 69008 Lyon - Musée ouvert du mardi au dimanche, 14h à 18h.

De gratuit à 10 € pour la visite des 25 murs et de l'appartement.

Fête des Lumières
Fête des Lumières
© Brice Robert

En prendre plein la rétine à la Fête des Lumières

Faites chauffer votre Insta, c’est la Fête des Lumières ! Durant 4 soirées, dans un bouillonnement de longueurs d’onde et de photons, la ville se pare d’installations lumineuses exceptionnelles : projection mapping au millimètre sur les façades des monuments, foules de lumignons aux fenêtres, œuvres jouant avec la lumière... En 2019, il y avait eu l’hypnotisant ballet de néons robotiques de Lucie Antunes ou les reflets infinis des polyèdres MicroCosmos de Mindscape Studio et Ygreq Interactive. Quelles surprises va réserver l’édition 2020 forcément particulière ? Pour le découvrir, une seule solution : sortir dans la lumière !

Du 5 au 8 décembre inclus, partout dans la ville.

Advertising
Mba Lyon
Mba Lyon
© Picasso / Mba Lyon

Plonger dans l’expo Picasso et les baigneuses

Si on ne court plus au bord de la piscine, fin de vacances oblige, on peut désormais plonger dans cette expo tout entière dédiée à la baigneuse chez Picasso. Pablo aimait bien l’eau (et les naïades qui se prélassaient à côté) puisqu’il n’a cessé de traiter ce thème balnéaire durant ses 50 ans de carrière. Cubiste, impressionniste, gaie ou angoissée, les œuvres du maître sont mises en perspective avec d’autres qui ont aussi aimé se jeter à l’eau : Cézanne, Manet, Renoir mais aussi Francis Bacon ou Henry Moore. Une expo qui met une claque(tte).

Musée des Beaux-Arts - 20 Place des Terreaux - 69001 Lyon ; Horaires : jusqu’au 3 janvier 2021, du lundi au samedi, de 13h à 20h, le dimanche de 10h à 18h.

13 €. Réservation obligatoire.

Croix-Rousse
Croix-Rousse
MICHEL DJAOUI

Crapahuter sur les pentes de l'historique quartier de la Croix-Rousse

La légende raconte qu'avant d'être lyonnais, les habitants du quartier se revendiquent comme « de la Croix-Rousse ». La Croix-Rousse, c'est une âme, une histoire et une toponymie uniques. Sur ses pentes à se faire des cuisses à la Virenque, le long desquelles se sont soulevés les Canuts – des ouvriers tisserands –, vous ne saurez plus où donner de la tête, entre les fripes, la fresque en trompe-l’œil, le jardin des Chartreux, ses galeries d'art, ses boutiques ainsi que ses nombreux restos et bars pépites.

Bonus : La visite guidée option street art organisée par ONLYLYON Tourisme.

Advertising
Puces du Canal
Puces du Canal
Puces du Canal

Chiner matin, midi et soir avec les Puces du Canal

C'est une institution de la chine. Depuis 1995, les Puces du Canal drainent toutes les semaines des milliers de visiteurs le long du canal de Jonage à Villeurbanne. Il faut dire qu'avec ses 600 exposants proposant des bouquins, du design, des bijoux, des vinyles et mille autres choses, la seconde main est à la fête. En un mot ? Incontournable.

5 rue Eugène-Pottier – 69100 Villeurbanne

Puces du Canal : Ouvert le jeudi, de 7h à 13h. Samedi, de 9h à 13h. Dimanche, de 7h à 15h.

La Sucrière
La Sucrière
© La Sucrière

Se prendre pour le Petit Prince à l’expo Antoine de Saint-Exupéry

Régional de l’étape, Antoine de Saint-Exupery est né à Lyon il y a 120 ans (le 29 juin). À cette occasion, une grande exposition est organisée à la Sucrière pour mieux connaitre l’auteur du mythique Petit Prince (livre le plus traduit après… la Bible !). Et on ne lésine pas sur l’immersion : grands écrans projetant des vidéos de ses exploits d’aviateur, répliques de coucous, manuscrits, objets personnels, photos de famille… et même dialogue virtuel avec son Petit Prince. Une occasion de mieux comprendre ce drôle de gars, à la fois poète sérieux et fou volant. 

La Sucrière49-50 Quai Rambaud - 69002 Lyon ; Horaires : du 14 octobre au 21 avril 2021, du mardi au vendredi, de 10h à 18. Samedi et dimanche, de 10h à 19h.

15 €.

Advertising
Jardin des Curiosités
Jardin des Curiosités
Jardin des Curiosités

Admirer la vue depuis le jardin des Curiosités

Certains prétendent qu'il s'agit de la plus belle vue de Lyon. On serait bien maladroit de les contredire. Planqué sur les hauteurs de Saint-Just, ce jardin des Curiosités est un endroit qui se mérite. Mais une fois débusqué, quel pied ! Conçu au tournant du millénaire dernier à la demande de la ville de Montréal (à laquelle Lyon est jumelée), ce jardin offre une vue tout bonnement époustouflante. Paraît-il que, par temps dégagé, on aperçoit même le mont Blanc. Le meilleur spot d'observation ? Les six chaises designées par le sculpteur québécois Michel Goulet. Pépouze !

Le jardin des Curiosités – Place Abbé-Larrue – 69005 Lyon

Ouvert tous les jours de 8h à 19h.

Musée Lugdunum
Musée Lugdunum
Laurence Danière / Musée Lugdunum

Sentir la cuisine de la Rome antique à l’expo « Une salade, César ? »

S’il semble acquis pour tout le monde que les Gaulois bâfraient des sangliers par paquet de 10, on peut se demander ce que mangeaient, de leur côté, les Romains durant leurs banquets sybaritiques ou dans les maigres rations de la légion. Y avait-il déjà des pâtes ? Si oui, mettaient-ils alors de la crème dans la carbonara ? Cette expo hyper immersive va vous plonger dans les cuisines de l’empire à grand renfort de reconstitution vidéo, mais aussi de dispositifs sonores et olfactifs ! On découvre ainsi le marché antique en passant par la taberna de la plèbe (le fast food de l’époque) jusqu’aux plats déments de la noblesse. Cenam vestram fruimini (Bon appétit) !

Musée Lugdunum - 17 Rue Cleberg - 69005 Lyon ; Horaires : du 25 novembre au 25 avril 2021. Du mardi au vendredi, de 11h à 18. Le samedi et dimanche, de 10h à 18h. 

7 €

Advertising
Unsplash
Unsplash
© Sabri Tuzcu

Faire le plein de cadeaux et de calories au Marché de Noël

La place Carnot, qui disparaît sous une marée de petites cabanes vert sapin, les guirlandes qui sont allumées, les odeurs de vin chaud et de cannelle qui remplissent l’air, ce barbu en pyjama rouge qui fait « ohohoh »… Les indices concordent : c’est le retour du traditionnel marché de Noël ! Pendant un mois, les cent trente exposants proposent bijoux, vêtements, luminaires et jouets en bois (histoire de décoller votre petit neveu de sa Switch). Que des réalisations artisanales, souvent en circuit court. Côté spécialités à bouloter, vous avez le choix : pains d’épices, gaufres mais aussi tartiflette, aligot ou… huîtres. Une bonne préparation artérielle avant le réveillon !

Place Carnot - 59002 Lyon ; Du 27 novembre au 24 décembre.

Elephant Vintage Store
Elephant Vintage Store
Elephant Vintage Store

Chiner branché chez Elephant Vintage Store

Après avoir fait les joies du 2e arrondissement, Elephant Vintage Store s’est posé dans la très branchouille rue Hippolyte-Flandrin, en gardant la même formule gagnante : proposer des fringues de bon goût, tendance hipster, qui ne sentent pas la naphtaline ! Entre deux conversations avec des vendeurs « un peu chevelus, un peu barbus » (comme ils se décrivent eux-mêmes), on a zieuté une sélection mixte allant du classique trench Burberry aux robes à fleurs, en passant par les jeans Levi’s et les t-shirts rigolos (qui se souvient des Jeux olympiques d’Albertville ?). Petit plus ? La collection originale de t-shirts Prince et Guns N’ Roses du taulier. Pas à vendre, sauf si on est prêt à craquer son PEL.

Elephant Vintage Store  19 rue Hippolyte-Flandrin, 69001 Lyon. Du mardi au samedi 10h30-19h30

LES MEILLEURS HÔTELS

Mama Shelter
Mama Shelter
Mama Shelter

Se la jouer voyageur festif au Mama Shelter

Bien connu des Parisiens avec ses deux adresses qui squattent les extrémités de la ville (dans le 20e et dans le 15e arrondissement), le Mama Shelter se décline en version lyonnaise en recrachant peu ou prou les mêmes gimmicks que ses cousins. Comprenez des chambres hyperaccessibles (à partir de 89 €) et stylées (156 au total) à l’instar de notre Medium Mama : murs en béton, tables basses en alu, moquette duveteuse et quelques touches rose clair. En prime, des douches confortables où se tartiner le corps (et les cheveux) de produits Mama Skin (sans paraben) conçus par Absolution. Pour vaincre l’ennui ? Une télé connectée pour mater des films en VOD gratuits sur son lit king size. Et surtout, des espaces de vie festifs dont un restaurant (avec terrasse) pour tortorer une carte signée Guy Savoy, un baby-foot géant pour se faire de nouveaux copains et un bar où le Tout-Lyon se bouscule au portillon pour enchaîner deux trois cocktails revigorants. Clou du spectacle ? Des masques Shérif Woody et Grosminet pour amuser la croisière. Et un nouveau rooftop éphémère pour grimper au 7e ciel et enchaîner apéritifs, finger food et vue de maboul sur Fourvière et les toits de Lyon ! Heureusement, un maxi-buffet au p’tit déj’ (œufs, viennoiseries, salades de fruit, carrot cake…) vous filera la force de remettre ça le jour suivant. Et ainsi de suite.

Mama Shelter  13, rue Domer - 69007 Lyon

MOB Hôtel
MOB Hôtel
MOB Hôtel

Faire le tour du cadran au MOB Hôtel

Après avoir secoué les puces de Saint-Ouen, Cyril Aouizerate, cofondateur des premiers Mama Shelter, remet la couette et décline son MOB Hôtel chez les Gones, dans le néobranché quartier de la Confluence. Dans sa version lyonnaise, le bonhomme installe sur la pointe de la presqu’île un concept qui frôle l’irrationnel : un bâtiment de 5 000 mètres carrés avec, planquée derrière sa façade alvéolée, une flopée d’activités pour groover son séjour. Parmi elles, toutes testées et approuvées : un pop-up store, un coolos rooftop où s’enchaîner partie de ping-pong et mocktails sur fond de rap US (de Nas à Travis Scott), un agenda gonflé à bloc avec Pilates, hatha-yoga et DJ sets, et un resto pop baroque (maxi-librairie en libre accès, cerf imposant et portrait de Frida Kahlo) où tortorer matin, midi et soir une cuisine mitonnée avec des produits bio et des pizzas de compète ! Le soir venu ? Le bar du bas fait monter la pression et nous en fait boire de toutes les couleurs (excellents cocktails créatifs et vins bio) entre deux parties de baby-foot géant, au milieu de la branchocratie locale. Avec tout ça, on en oublierait presque de parler des chambres : toutes dotées d’une terrasse (pour nous, avec vue sur les berges de Saône), elles combinent grand lit douillet sous rideaux de théâtre écarlates, douches à l’italienne et murs en béton. Le tout à des prix qui frise l’insolence (à partir de 99 € la nuit). Le must !

MOB Hôtel – 55, quai Rambaud – 69002 Lyon

Advertising
Fourvière Hôtel
Fourvière Hôtel
CHILDERIC ARNAUD

Se la jouer zen, soyons zen au Fourvière Hôtel

Suspendu sur les hauteurs de la colline de Fourvière, à deux enjambées des mythiques vestiges romains, l’ancien couvent de la Visitation édifié par Bossan s’est mué depuis quelques années en hôtel de luxe (4 étoiles au frontispice). On le doit au très malin Jean-Luc Mathias, déjà aux manettes du Collège Hôtel et de l’Ermitage Hôtel, qui a retapé avec classe (et beaucoup de goût) cette bâtisse de 7 000 mètres carrés tout en brique et calcaire de Couzon. Si l’ambiance se veut d’abord christique, avec une réception planquée sous la chapelle restaurée, on vrille assez vite dans un mood propice au slow tourisme. Avec, autour d’une œuvre rêveuse de l’artiste franco-argentin Pablo Reinoso (déjà croisé à la FIAC), un restaurant bistronomique, un bouchon lyonnais et un bar 100 % pur jus de Bourgogne… Surtout, l’hôtel abrite un jardin champêtre pour se consacrer à des activités en plein air (apéro en terrasse, boules lyonnaises, délirante piscine chauffée de 25 mètres de long) et un spa tout équipé pour se déconfiner le corps (et l’esprit). Côté chambres, toutes placardées d’un portrait d’une grande figure lyonnaise (la cantatrice Ninon Vallin pour nous) : du minimalisme (vous ne trouverez rien sur les murs), un lit douillet, des objets signés Stellar Works et une déco qui louvoie entre classicisme français et hardiesses scandinaves. Le tout dans un calme presque monacal. Zeeeeeen !

Fourvière Hôtel  23, rue Roger-Radisson - 69005 Lyon

LES MEILLEURES EXCURSIONS DANS LA RÉGION

Couvent de la Tourette
Couvent de la Tourette
© Flickr

Découvrir le couvent de La Tourette, dessiné par Le Corbusier

Au premier abord, visiter un couvent n'est pas, on le conçoit, la chose la plus excitante qui soit. Mais à partir du moment où ledit couvent a été dessiné par Le Corbusier, on se précipiterait presque pour rentrer dans les ordres. Situé à Eveux, à une trentaine de minutes de Lyon, le couvent et son impressionnante bâtisse bétonnée se pose en plein milieu de la nature et de son parc de 70 hectares. Tout y est forcément hyperdesigné, de l'église aux façades en passant par le réfectoire et les lumières. Si l'on peut le visiter accompagné d'un guide, et même y manger, l'expérience ultime (et mystique ?) est de passer une nuit dans une cellule de moine…

Couvent de La Tourette – 69210 Eveux

De gratuit à 8 € les visites. 54 € la nuit (avec dîner et petit-déjeuner). 14 € le repas (midi ou soir). Visites sur réservation pour des groupes de 15 personnes maximum, du mardi au samedi, à 14h et 16h. L'intérieur du couvent se découvre uniquement en visite guidée le dimanche à 14h30.

Beaujolais
Beaujolais
DR

Suivre la carte des vins en partant sur les routes du Beaujolais

Ceci est un plan à faire (et à boire) toute l'année, et pas uniquement le troisième jeudi du mois de novembre ! Car derrière l'apéro automnal se cache un vignoble de la vallée de la Saône plein de surprises naturelles, bien loin de la parfois mauvaise réputation de l'appellation. Parmi les vignerons dont on vous conseille tout particulièrement de croiser la route (un peu penchée, forcément), citons les noms de Jérôme Balmet, Karim Vionnet, Benoît Camus, Charly Thévenet ou encore de Philippe Jambon. Pour sûr qu'avec cette liste, personne ne vous prendra pour un jambon. 

Pour plus d’infos, ça se passe sur l’Office du tourisme du Beaujolais

Advertising
Les Jardins Aquatiques – Moulin des Vernes
Les Jardins Aquatiques – Moulin des Vernes
Les Jardins Aquatiques – Moulin des Vernes

S'offrir un dépaysement en baguenaudant dans le parc des Jardins Aquatiques

Au cœur du rouge vignoble beaujolais, un verdoyant jardin aquatique. A un peu moins d'une heure de Lyon, les Jardins Aquatiques vous téléporteront dans une paisible parenthèse non loin du pays du Soleil-Levant. Sur un total de 15 000 mètres carrés, vous aurez l'occasion de vous balader entre une vingtaine de pièces d'eau à faire bisquer Monet, où pataugent notamment de maousses carpes koï, coassent des grenouilles vertes et rôdent les ragondins. Côté flore, vous apercevrez de beaux lotus, des bambous à tire-larigot et de la quiétude. Tout simplement.

Les Jardins Aquatiques – Moulin des Vernes, route départementale 7 – 01140 Saint-Didier-sur-Chalaronne

Ouvert jusqu'à mi-octobre, du mardi au samedi, de 9h30 à 19h. Dimanche et jours fériés, de 14h à 19h. Du 15 octobre au 1er novembre, du mardi au samedi, de 9h30 à midi et de 14h à 17h30. De gratuit à 6,50 €

Mine de Saint-Etienne
Mine de Saint-Etienne
Mine de Saint-Etienne

Passer à l'ennemi en visitant le parc-musée de la Mine de Saint-Etienne

Proposer un plan à Saint-Etienne dans un guide de Lyon ! Un coup à faire devenir vert de rage n'importe quel Lyonnais. Sauf qu'avec le musée de la Mine stéphanois, nous voilà devant une excursion qui vaut vraiment le détour. Prenant place dans le puits Couriot, le dernier à avoir fermé en 1973, ce musée témoigne in situ de plusieurs siècles de vies de charbon dans la région. Du gigantisme des infrastructures à l'intensité émotionnelle de la salle du grand lavabo en passant par le réalisme de « la descente au fond » et les propositions plus contemporaines, ce musée de la Mine touche au cœur. Même à celui du plus lyonnais des Lyonnais.

Puits Couriot - Parc-musée de la Mine - 3 boulevard Franchet-d'Esperey – 42000 Saint-Etienne

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. De gratuit à 6,50 €

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising