Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Cirque de Salazie
© Coralie Mercier

Les meilleurs plans à faire sur l’île de La Réunion

Time Out enfile son sac de rando et délocalise la rédac dans la plus belle île de France. Le but ? Vous pondre une sélection des meilleurs plans à faire sur place, tous testés et approuvés.

Écrit par
Houssine Bouchama
,
Smael Bouaici
et
Aitor Alfonso
Publicité

Vous connaissez le sud-est de la France ? On ne vous parle pas de la Côte d’Azur ; non, bien plus loin… À 9 000 km de Paris, en plein océan Indien, trône une île prodigieuse, tropicale et métissée, entre plages sauvages, jungle luxuriante, cascades à foison et volcan capricieux : La Réunion. Time Out s’est rendu sur place pour vous rapporter les meilleurs plans de l’île, histoire que vous passiez des vacances au top. Là-bas, pas de métro-boulot-dodo ; c’est plutôt rando-resto-limbo. Car entre ses paysages de dingue, sa cuisine créole et ses soirées déhanchées, cette Réunion-là ne peut se vivre qu’en présentiel !

Les meilleurs plans à faire sur l’île de La Réunion

A peine arrivé(e), c’est l’endroit idéal pour dissoudre son jet-lag dans la douceur d’un petit dej local ! Sur cette charmante terrasse tropicale, on s’envoie les incontournables du casse-dalle créole qui sonnent comme le refrain d’un morceau de trap : saucisse pétée, riz chauffé, café coulé… Mais aussi des boulettes de morue à la patate douce, du poulet pané au manioc, des pâtés créoles ou des pancakes au caramel beurre salé. Un petit bonheur fait maison, à pousser d’un jus Pinhappy (goyave, ananas, graines de basilic) ou d’un Booster (banane, gingembre, carotte) pour repartir de plus belle. Et si votre avion du matin a du retard, rassurez-vous : on peut y bruncher jusqu’à 14h même en semaine. Mafate-vous bien plaisir, bon sang ! 

3 rue du Moulin-à-Vent, Saint-Denis
Du mardi au vendredi, 8h30–18h, samedi, 9h-14h

A Saint-Denis, le chef Jehan Colson célèbre le terroir réunionnais. Dans son resto de bois clair aux couleurs vives, cet ancien de chez Pascal Barbot met ses skills de gastro au service des merveilles de l’île, riche d’une variété de produits hallucinante pour le naïf Zoreille tout juste débarqué. Au menu, frais velouté de coco relevé de salsa verde et coleslaw ; bijou de noix de Saint-Jacques de plongée avec petits légumes bio grillés du coin et beurre blanc au champagne ; caille rôtie à la sauce aigre-douce de goyavier sous un arc-en-ciel de patate douce ; dessert équilibriste d’ananas et vanille…  Du néo-gastro inspiré, garanti sans raideur. Et dans la salle contiguë, Jehan a dressé le meilleur bar à vins naturels de l’île, les Fabricants, où vider des quilles de vignerons sans sulfites de métropole et des binouzes artisanales insulaires. C’est clair : la gastronomie réunionnaise avance à pas de Jehan !  

76, rue Pasteur, Saint-Denis
Du mardi au samedi de 12h à 14h30, vendredi et samedi de 19h45 à 22h30

Publicité

A un jet de bouchon du centre-ville, la Villa Angélique est la meilleure bâtisse pour ronfler à Saint-Denis. Outre son emplacement idéal, c’est son esthétique très Sin-Dni style (“à base de popopopop”) qui fait la différence. Construite à la fin du XIXe siècle, inscrite à l’inventaire des monuments historiques, cette vieille baraque créole (pilastres, sol à damier, moulures…) vous fera voyager dans le temps sans avoir à cramer une DeLorean. Côté bons points, notons un service au poil (et pas à poil, ce serait gênant) et des chambres plus que confortables (surtout pour le prix). Dommage : le petit dej aux accents métropolitains est un peu hors sujet, et serait inspiré de remplacer ses croissants mollassons par des saucisses pétées et du riz chauffé.

39 rue de Paris, Saint-Denis

Ferme Auberge Eva Annibal
Ferme Auberge Eva Annibal

Ferme Auberge Eva Annibal

Voici une vénérable institution qui nous a conquis au premier regard ! Depuis 1986, Eva Annibal, la taulière aux faux airs de Cesaria Evora, sert des classiques de la cuisine familiale locale avec un immense supplément d’âme, dans sa maison estampillée rhum Charrette. Sur les deux longues tables d’hôtes à nappes florales défilent l’entrée de gratin de bois de songe (racine de taro à la béchamel), le rougail d’espadon pimenté avec riz à foison, en dessert le sorbet banane ou le parfait choco… Mais avant cela, déboule un plat qui mérite une palme : le mythique canard à la vanille d’Eva, inchangé depuis quarante ans et qui procure toujours le même kiff aux visiteurs enrhumés. Non pas qu’on ait le nez qui coule ici, non, mais c’est que des dizaines de bouteilles de rhum arrangé jonchent les tables pour qu’on puisse se servir à volonté : à la passion, à l’orange pays, au géranium, au bilimbi, à la sapote et autres fruits méconnus du Métropolitain… Et cet inébranlable menu, en entier (boissons incluses), est à 25 €. Merci la vie, merci Eva ! 

6 chemin de la Rivière-du-Mat, Bras-Panon
02 62 51 53 76
Tous les jours midi et soir sauf dimanche soir

Publicité
Le Carré Cathédrale
Le Carré Cathédrale

Le Carré Cathédrale

A Saint-Denis, toutes les soifs mènent au Carré Cathédrale ! Car si son blaze semble plus renvoyer aux codes monacaux qu’au pub impie, buvez sans crainte : les rues piétonnes qui entourent l’édifice religieux sont peuplées de bars qui encouragent plus à l’eucharistie beuvrique qu’à la chasteté carêmique. Parmi eux, des bars à binouzes, des bars à tapas, des expos de street art, quelques projections de films et un étrange bar nietzschéen, avec Zarathoustra en devanture. Notre tip soif ? Testez la planche de dégustation de rhums pour découvrir en accéléré les bouteilles de l’île (Savanna, Isautier…). 

13, ruelle Edouard, Saint-Denis

Vous avez dit canaille ? Dans une ruelle sombre de Saint-Leu niche ce troquet vouant un culte à la saucisse-purée et autres dieux lards de la religion bistronomique. Roxanne Foulquier et Guillaume Leduc poussent au max les curseurs du locavorisme et connaissent par leur prénom les producteurs avec qui ils bossent. Un soir, dans une salle décorée comme une ardoise de bistrot, on s’enfile un avocat rôti au yaourt fumé et pommes laminées ; une truculente poitrine de cochon à la peau plus croustillante que les histoires de cul de votre meilleur(e) pote, avec petits légumes au jus de viande ; une crème anglaise au yaourt qui régale en toute simplicité. Côté breuvages, ça tire-bouchonne comme ça respire : du pétillant, du blanc tranquille, du rouge léger, puis re-du pétillant… L’endroit idéal pour s’enjailler entre copains et se rappeler au bon souvenir du jaja naturel de métropole. Bref, pour s’enjajailler. 

6, rue Barrelier, Saint-Leu 
Du mardi au jeudi, 19h-23h, vendredi et samedi, 12h-14h30 puis 19h-23h

Publicité

Plus qu’un resto, c’est une attraction ! Jacky, Réunionnais pur sucre, vous emmène dès 8h faire le marché forain en groupe. Là, ce personnage haut en couleur vous fait découvrir la profusion des fruits et légumes de son île et toute l’étendue de son humour, plus épicé que son rhum au piment. Une fois les cabas pleins, direction sa maison-cuisine où tout le monde prépare ensemble l’apéro, presse le jus de canne frais, plie les samoussas et mitonne un plat de viande et un autre de poisson au feu de bois dans une ambiance de colonie de vacances culinaires. Puis, on se régale de tout cela avant d’oser (ou pas) goûter le fameux rhum brûlant qui fit pleurer JoeyStarr. Attention, pensez à upgrader votre mutuelle si vous tentez l’aventure. Une super expérience amusante, instructive et kid-friendly (sachez quand même que ça vous prendra une bonne partie de la journée). Jacky est farfarmidable ! 

8 chemin Camp Créole Bagatelle, Sainte-Suzanne

La cascade Langevin
© Smael Bouaici

La cascade Langevin

Dans le sud de l’île, du côté de Saint-Joseph : c’est là que se trouve le point d’eau le plus connu de La Réunion, la cascade Langevin aka Grand Galet. Autant vous prévenir tout de suite, c’est pas le spot où vous allez chiller tout l’aprèm. Ça se passe dans un virage un peu large où l’on gare sa voiture façon GTA, on check la cascade (une paroi de plusieurs cascades en fait), on prend son selfie et on se barre pour laisser la place aux suivants qui poussent déjà derrière. Non, pour se poser, il faut redescendre un peu et rejoindre la cascade du Trou Noir, après une petite balade dans le zion. Une petite crique de galets trop cool, avec un gros tronc d’arbre au milieu et une cascade qui envoie un max de courant. Il y a même un spot pour faire le malin en plongeant d’environ trois mètres. Pensez à la binouze au pique-nique !

Publicité

Derrière l’enseigne de Cassava (“manioc” en anglais) se tient la meilleure micro-boulangerie au levain de La Réunion. Valérie est originaire de l’île et Daniel est Équatorien ; à eux deux, ils façonnent à la main des miches de style, en fermentation lente et avec des farines paysannes. Sur les étagères, un pain au petit épeautre, un autre au charbon végétal et sésame blanc ou une belle baguette à la farine complète. Ils ajoutent à leurs préparations des produits locaux, comme cette brioche à la patate douce. Et pour les petites dalles subreptices, ils proposent de coquets cookies cacahuètes-choco ou choco-noix sans gluten, des parts de focaccia curcuma-olives et des muffins salés, que l’on peut manger sur place ou à emporter avec un bon café du torréfacteur insulaire 1715. L’endroit idéal pour un goûter d’après rando. 

60 chaussée Royale, Saint-Paul 
Du mardi au samedi, 7h-18h (samedi jusqu’à 16h)

Le cirque de Salazie
© DR

Le cirque de Salazie

Ils appellent ça le royaume des cascades et c’est pas des lol : sur la route de Salazie, on a quasiment saturé la mémoire de notre smartphone avec des vidéos de jets d’eau perçant la montagne – et qui fuient parfois directement sur la route comme au Pisse-en-l’air. Arrêts obligatoires à la cascade Niagara et devant le Voile de la mariée, le best-seller du coin, et pause du midi recommandée à Hell-Bourg pour ceux qui kiffent les jolis villages à la Stéphane Bern. Un petit tour dans la case créole de la maison Folio et le jardin bien fourni qui va avec, puis direction la Villa Marthe pour un bol renversé en dorlotant les petits chatons trop mims qui traînent sous les tables. Et voilà une matinée réussie. 

Villa Marthe, 71 rue du Général-de-Gaulle, Salazie 
Tous les jours 11h-21h

Publicité
La plage de Boucan Canot
© Smael Bouaici

La plage de Boucan Canot

On dit souvent que La Réunion, c’est magique parce que c’est une île qui réunit montagne, jungle et plage. Mais les plages de sable clair ne sont pas légion – sans compter les plages interdites de baignade à cause des requins et les vagues de dingue qui balayent parfois le littoral. Heureusement, il y a Boucan Canot (encore sur la côte ouest, clairement un bon camp de base), sa plage de sable blanc fin et sa piscine en mer de 400 mètres carrés qui permet de se baigner en toute sécurité même avec les enfants, les vagues (souvent de trois ou quatre mètres) venant s’écraser la plupart du temps sur la digue en roche volcanique.

Hôtel Palm
Hôtel Palm

Hôtel Palm

Et pourquoi pas se faire plaiz avec un petit cinq-étoiles ? Le Palm est l’un des hôtels les plus dingos de La Réunion, avec ses bungalows disséminés dans un jardin tropical et ses deux piscines (dont une chauffée, pratique pour les bains de nuit – qui tombe à 18h ici). Si l’hôtel affiche tous les services attendus, l’ambiance est très (trop) calme avec une clientèle de nouveaux parents, businessmen et couples en lune de miel. Et faudra bosser un peu le wi-fi, qui nous a coûté une soirée Koh-Lanta. Mais bon, tout est rattrapé par le point de vue magistral depuis l’extrême sud de La Réunion, avec la très photogénique plage de Grande Anse en contrebas. Au-delà, il faut se dire qu’il n’y a plus aucune terre avant… l’Antarctique. Déboussolant.

Publicité
La route des laves
© Smael Bouaici

La route des laves

Le grand sujet d’attention médiatique à La Réunion, après les requins, ce sont les éruptions. Régulièrement, le piton de la Fournaise crache du feu façon Drogon et provoque des coulées sur le côté sud-est de l’île. Il y a donc une route qui s’appelle la route des laves, complètement lunaire et digne d’un film de SF, et régulièrement fermée (puis reconstruite) comme en 2004 et 2007. Et puisque vous êtes dans le coin, allez vous recueillir à l’église de Notre-Dame des Laves à Sainte-Rose, qui a survécu miraculeusement à l’éruption de 1977. Et maintenant que vous êtes là, descendez à la Anse des cascades (à deux coups d’embrayage en voiture). Parce que les cascades, c’est comme les paillettes, on n’en a jamais assez.

Des sentiers de rando
© Coralie Mercier

Des sentiers de rando

Bon, c’est bien beau les restos de gourmets, les bars de branchés et les plages immaculées, mais nous, on était (un peu) venus pour se reconnecter à la nature. Et on espère que vous avez empaqueté vos meilleures pompes, parce que La Réunion, c’est un peu l’île de l’excursion. Parmi les sentiers de randonnée qui vous feront vibrer comme jamais, on trouve la route vers le piton Maïdo, aka le balcon de La Réunion à cause de l’incroyable panorama qu’il offre sur le cirque de Mafate, une sorte de vallée perdue en plein cœur de l’île. L’autre incontournable, c’est la route vers le piton de la Fournaise, entre prairies, sentiers de lave, steppes et la fameuse plaine des sables, qui vous envoie direct sur Mars.

Publicité

C’est le plan le plus hype de La Réunion. Tous les jeudis soir, de 18h à minuit, toute la jeunesse de l’île se donne rendez-vous sur ce bout de plage calé à Saint-Paul, à l’ouest de l’île. En ouvrant le créneau du jeudi, le Choka bleu a révolutionné la fête réunionnaise, souvent cramponnée aux boîtes du week-end. Résultat, ce jeudi, les deux dancefloors sont blindés, avec d’un côté un DJ techno/house, et de l’autre – sur un sound-system plus faiblard –, une sélection généraliste qui switche de Lykke Li aux Black Eyed Peas. Le vendredi, l’ambiance est plus tradi, en mode concert de maloya, le style local. Reste les discothèques de Saint-Gilles, un peu stéréotypées, et pour les amateurs de raves, il faudra trouver un accès aux groupes WhatsApp locaux. 

2 route de Saint-Pierre, Saint-Paul 
Du mercredi au dimanche, midi-minuit

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité