Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Unsplash
© Daniel Schoibl

On vous emmène 96 heures dans le sud de l’Islande

Golden Circle, volcan ou resto gastronomique... On est parti en road-trip en Islande, on vous raconte.

Écrit par
Karim Merikhi
Publicité

On relie toujours les aurores boréales à Islande, comme si l’île n’était qu’un poste d’observation astronomique. Nul doute que le phénomène a dû en éblouir plus d’un – et à raison – mais qu’en est-il du reste ? Entre asphalte, nature sauvage et hôtels atypiques, Time Out vous propose un mini-road trip dans le sud de l’Islande. Attention, voiture obligatoire !

5 plans immanquables pour découvrir le sud de l'Islande

Vous venez d’atterrir à Reykjavik et, soyons francs d’emblée, s’il est un endroit dont on peut se passer dans sa découverte de l’Islande, c’est certainement sa capitale. Quelques heures tout au plus suffisent à faire le tour de la ville, et on vous suggère plutôt de louer une caisse et de tracer la route direction le Golden Circle. Mais avant, il faut bien larguer ses bagages quelque part. Et à Nesjavellir (une heure de Reykjavik), au beau milieu d’un no man’s land, le GPS indique qu’on approche du ION Adventure Hotel. A l’horizon, rien à signaler, si ce n’est une sorte d’engin sur pied qu’on jurerait tout droit sorti de Star Wars – rassurez-vous, ce faux véhicule de l’empire galactique est un vrai hôtel atypique. Et si les chambres ne dépaysent pas des studios parisiens, l’intérêt réside dans le cadre avoisinant : ici, vous pouvez vous lancer dans une rando sur un ancien glacier ou zigzaguer entre les champs de lave avant de vous réchauffer dans la piscine extérieure. L’autre avantage de l’hôtel est d’être situé pile sur la route Grafningsvegur Efri, point de départ idéal pour partir à l’assaut du Golden Circle.

Si vous êtes du genre à devenir grincheux à la vue de perches à selfie s’agglutinant devant un site instagrammable, peut-être devriez-vous éviter le Golden Circle. Mais ce serait – sans aucun doute – rater les innombrables merveilles qu’abrite sa  région. Pêle-mêle, vous pourrez vous rendre à la vallée de Haukadalur y admirer le Grand Geysir. Si celui-ci n'entre que très rarement en éruption, le Strokkur, lui, jaillit environ toutes les dix minutes et c’est (très) impressionnant. A une quinzaine de minutes de route des geysers, foncez vers les extraordinaires cascades de Gullfoss et Bruarfoss avant de vous perdre dans l’immensité du parc national de Thingvellir (patrimoine mondial de l’Unesco). Récupérez ensuite la route 35 près de Selfoss, vous apercevrez l’incroyable cratère volcanique de Kerid vieux de 6500 ans avant d’échouer au pied du glacier de Sólheimajökull, facilement accessible par la route F221. Et la liste est encore longue. Tellement longue qu’on serre fort sur la laisse pour ne pas laisser échapper tous les superlatifs qui nous viennent en tête.

Publicité

Vous souvenez-vous de Dallas, ce soap opera qui sévissait dans les années 80 où chaque épisode apportait son lot de trahisons ? Tous les dimanches, les daronnes réquisitionnaient le téléviseur pour suivre les frasques des Ewing : une famille de cow-boys richissime qui tentait vainement de cohabiter dans un ranch luxueux. A Hella, un magnifique domaine du nom de Ranga et qui ressemble à s’y méprendre à celui de la saga mentionnée, borde la célèbre rivière à saumons Rangá. Jacuzzi extérieurs, salle de jeux avec billard, cabine à cigares et restaurant gastronomique avec vue imprenable sur le volcan Eyjafjallajökull : ici aussi, c’est le grand luxe mais avec une ambiance carte postale en plus.

Comme on dit du côté de la porte de Saint-Cloud : rêvons plus grand. Car si, pour certains, le Blue Lagoon ne représente rien d’autre qu’un cocktail, il est pour nous une grande source d’émerveillement. Car avouez que faire trempette dans une eau chaude d’un bleu que Klein lui-même aurait volontiers inventé, avec masque exfoliant sur le minois et verre de vin entre les doigts, le tout entouré de montagnes enneigées, ça a franchement de la gueule !

Publicité

Dormir à la belle étoile, certains en rêvent. D’autres ont essayé sans l’adopter. Paranoïa nocturne liée aux craquements de feuilles, bourrasques, piqûres de moustiques ou températures récalcitrantes, le risque de compter les moutons des heures durant est grand. A moins de dormir dans une bulle transparente en plein cœur de la forêt avec vue panoramique sur la nature et la voûte céleste. Ça existe et ça s’appelle The 5 Million Star Hotel. Forcément, côté confort, on fait dans le rudimentaire (salle de bains, WC et cuisine à l’extérieur). Niveau literie, la « chambre » accueille un lit double digne d’un hôtel de standing. Et pour éviter l’hypothermie, la pompe à air chaud fait parfaitement le taf. De quoi passer une nuit sans encombres, l’échelle du love à son paroxysme – il ne restera plus qu’à échanger les alliances !

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité