Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Les bars pas chers

Où boire un verre quand on est fauché ? Guide des meilleurs bars pour sortir sans se ruiner

1/8
© Chloé Chester
2/8
Chez Camille / © Emmanuel Chirache
3/8
© Chloé Chester
Karambole Café
4/8
5/8
6/8
Mama Kin
7/8
© Chloé Chester
8/8
© Alexandre Marillat

Tiens, c'est la fin du mois ? Ah non, c'est le début... mais vous n'avez que quelques euros en poche, en collections de centimes en plus. Sortir à Paris sans débourser beaucoup d'argent est une illusion, surtout pour un fêtard invétéré. Pourtant, d'irréductibles petits bars militants continuent de pratiquer des prix démocratiques, pour le bonheur des étudiants, artistes fauchés, chômeurs de longue durée, pochards récidivistes, petits vieux solitaires et nouveaux venus victimes de la crise, heureux d'avoir trouvé une source de bière intarissable à 2,50 euros. Ces rades rassurants drainent une faune d'habitués qui perpétuent ces ambiances de bistrots de quartier si authentiques, sans fioriture shabby chic, posh british, baroco-design ou autre déclinaison parisiano-conceptuelle à la mode. La plupart sont situés dans le Nord-Est de la capitale, là où des quartiers populaires subsistent encore intra-muros. Pour tous ceux qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, voici un guide des bars sympas les moins chers de la capitale !

La Folie en Tête

Notre sélection

La Folie en Tête est un bar agréablement situé sur une petite placette sur les hauteurs de la butte-aux-Cailles, très "musique du monde". On a envie d'essayer tous les instruments de musique accrochés aux murs, amassés aux quatre coins du globe avant d'être exposé ici. Son ambiance décontractée, ses verres pas cher, sa musique world, rock et jazz agréable et la gentillesse des serveurs attirent des habitués du quartier à toute heure. L’après-midi on s’y sent comme chez soi, tant l'endroit est paisible pour feuiller son journal ou jouer à des jeux de société à disposition. Le soir le volume monte à l'heure de l’happy-hour (18h-20h), on en profite pour goûter des rhums arrangés et le ti-punch maison (sirop de coco, gingembre, bissap-fleur d'oranger-tamarin). On peut quelquefois assister à des concerts mais ce bar est assez petit. Concert ou pas, on a vite chaud et le soir, trouver une place assise relève du miracle.

En savoir plus
La Butte aux Cailles

Café Babel

Notre sélection

Dès l’entrée du Café Babel, on se sent embarqué dans un rêve de Miró ou de Matisse : tout rappelle la rencontre artistique entre l’Afrique et l’Europe. Les murs sont recouverts de peintures stylisés, de vers poétiques et de couleurs débordantes. Des libellules en fil de fer sont accrochées au plafond. On aime y boire un petit café noir en levant le nez en l’air pour profiter du cadre. Ce café de quartier dépeint les cultures qui font vibrer Ménilmontant à travers sa musique. Raï, zouk, jazz manouche, swing, chanson française : de nombreux styles musicaux se croisent sur scène du jeudi au dimanche. Le Café Babel est une véritable institution dans le quartier. Il a vu passer les époques sans perdre son identité populaire, apprécié par des personnalités comme Manu Chao ou Zebda. Pour cet accueil chaleureux et ces prix très démocratiques, d’anciens habitués se mêlent aux gens branchés dans un brouhaha de rires.

En savoir plus
11e arrondissement

Le Charlus

Depuis quelques années, le Charlus est devenu le secret le moins bien gardé de Paris. A tel point qu’on hésite presque à vous le confier. En effet, une foule de plus en plus nombreuse se presse dans ce petit café au charme irrésistible, dont l’enseigne est à peine visible quand on passe dans la rue Albert Thomas près de République. Mais une fois à l’intérieur, vous découvrirez un endroit à la déco soignée, ampoules colorées au plafond, murs en pierre, rideaux rouges qui ouvrent sur un coin de scène. Sur cette scène, des improvisateurs surdoués viennent se relayer tous les jeudis soirs pour un spectacle animé par Farid Rezgui. Les jeux s’enchaînent alors avec l’aide du public qui souffle aux candidats des sujets particulièrement pervers, comme faire une comédie musicale à partir du thème « le poulpe laser » ! A chaque fois, les comédiens réussissent des pirouettes hilarantes pour se tirer d’affaire et la salle rit d’autant plus qu’elle est bluffée par la performance. Ouvert par Julie, une ancienne étudiante en lettres, le Charlus fait évidemment référence au nom du fameux personnage de 'La Recherche' de Marcel Proust. Une allusion fine et lettrée qui rappelle qu’on peut aussi assister à des dictées chaque mardi soir dans ce bar décidément pas comme les autres. Au milieu des planches de charcuterie et des verres de vin rouge à prix très raisonnables, vous aurez donc le choix entre regarder des comédiens improviser sur « le sèche-cheveux de la mort » par exemple, ou vous échiner sur la conjugaison des participes passés avec le verbe avoir. L’entrée est gratuite, que demande le peuple ?

En savoir plus

Chez Camille

Notre sélection

Voilà un bar haut perché sur la face nord de Montmartre qui pourrait devenir votre nouveau QG si vous habitez vers Abbesses. Encore faut-il aller le trouver, à l’écart de la place de l’église, dans la montée qui mène à la place du Tertre au pied d’une petite place plantée de vieux arbres. On se croirait dans un village tant les voitures qui y passent sont rares et l’ambiance relaxante. L’ancienne tenancière Madame Camille a cédé la place à une équipe de jeunes sympas toujours de bonne humeur. Une micro-terrasse sur un ponton de bois s’étale sur les pavés en été, où on profite du soleil qui chauffe très longtemps sur ce spot en altitude. Et on profite de la vue sur la banlieue nord de Paris, quelque part à l’horizon. Les prix des consos sont raisonnables, un vrai miracle à Montmartre. A l’intérieur, ce bar est très chaleureux, avec sa grande horloge de gare accrochée derrière un minuscule comptoir à l’ancienne où l'on peut commander un verre de vin ou le cocktail maison Capt'n. Pendant l'happy hour de 18h à 21h, l'Amstel est à 2€ et les cocktails à 5€. Des DJs viennent y mixer leurs sets régulièrement, plutôt hip-hop mais également électro, surtout les soirs de grande fête comme la Nuit blanche ou la Fête de la musique. La rue est alors noire de monde, et charrie une foule attirée par le son puissant mixé depuis une fenêtre à l’étage.

En savoir plus
Montmartre

Karambole Café

Notre sélection

Cosy par sa taille mais minimal dans sa déco, le Karambole est un bar-restaurant qui accorde autant de soin à la musique qu’aux tapas. Donc prêtez vos papilles pour des petits plats tendances à partager comme les croquetas au chorizo ou des rouleaux d’aubergine au chèvre frais et au romarin (3 euros la portion). Les grandes faims seront apaisées par le plat du jour ou un copieux hamburger. On nous émoustille également les oreilles avec un programme de musique groovy. House, minimale, électro, dubstep : des DJ’s ou des compositeurs électroniques issus des labels indépendants et underground nous livrent des beats pointus et des basses lourdes. Le Karambole réserve aussi une grande place aux sons funk, soul et hip hop. Le Karambole Café fait un grand effort dans la promotion des cultures actuelles à travers des expos photo (vernissages le premier mercredi du mois), des conférences sur la musique et des projections de courts métrages (infos sur la page myspace).

En savoir plus
18e arrondissement

Le Café du Marché

Notre sélection

Au pied de la Tour Eiffel, le Café du Marché est planté au milieu d'une rue piétonne très vivante, réputée pour ses primeurs, poissonneries et boucheries qui font le bonheur des mamies du quartier. On les regarde passer avec leur chariot de courses et on profite de l'animation qui y règne, attablé à la grande terrasse avec les habitués. Sachez que ce bar-restaurant sert de copieuses salades et des plats du jour préparés avec des ingrédients ultra frais directement achetés sur le marché, à prix très raisonnables. Un miracle dans le quartier. On peut par exemple s'offrir une merveilleuse « salade de la maison » avec foie gras et jambon de pays (9 euros) ou des brochettes de saumon croquantes, grillées à la sauce balsamique et gingembre (10 euros). Carte des vins recommandable également. En prime, l’accueil est très sympathique.

En savoir plus
Sud-Ouest de Paris

Carbone 14

Notre sélection

Si certains ont déploré la fermeture du dernier café-charbon de bougnat auvergnat à Paris, les nouveaux gérants ont réussi à garder les aspects de son passé, comme l’antique poêle à charbon et des outils anciens au coin de la salle à manger, tout en balayant les cendres accumulées pendant plusieurs décades. La carte est aussi rustique et traditionnelle que le cadre : on peut y dévorer un confit de canard, une planche campagnarde, un fromage Mont d'Or à la cuillière et d'autres bons produits du terroir. Coté bar, le formica rouge vintage a le charme des Trente Glorieuses, tout comme les prix démocratiques pratiqués ici – demi à 2,20 euros, verre de vin de 2,5 à 4,5 euros. On s'envoie volontiers un petit blanc de Gascogne ou un anis de Pontarlier au comptoir comme à l'époque. La chanson française berce les habitués, des concerts et des animations y sont organisés certains soirs le week-end.

En savoir plus
Charonne

Le Bloc

Notre sélection

Dans le XVIIe arrondissement, on peut vite être lassé par les restaurants au service hautain et les bars hors de prix à l’ambiance pincée. Le quartier des Batignolles vers les voies ferrées a conservé quelques lieux en friche artistique comme le bar restaurant le Bloc, une oasis post-industrielle avenante. La façade en béton est dominée par une vaste vitrine exposant un intérieur contemporain au design minimaliste aux murs blancs et aux tables noires recouvertes de gribouillages enfantins. Sur plusieurs niveaux, des clients détendus et bavards s’installent dans une salle flottante sur la mezzanine du bar, sur une grande terrasse ou sur des canapés installés dans des recoins intimistes. Ouvert dès 8h30, le café et la viennoiserie à 1 euros mettent les habitués de bonne humeur. Pour le déjeuner et le dîner, une carte classique offre des petits plats réconfortants comme un rustique fish’n’chips, de basiques coquillettes au jambon ou les plats du jour à moins de 10 euros. On vous recommande le délicieux suprême de volaille au gingembre ou le filet de rascasse relevé par une crème au basilic et des aubergines rôties. De vrais délices ! En soirée, le son est assez éclectique : rock, hip hop et électro s’enchaînent. Le volume monte à l’heure où la jeunesse hype du quartier investit les lieux. Ici, on se laisse porter par l’ambiance bon enfant, des prix raisonnables, des shooters arc-en-ciel et des cocktails goûteux décorés de bâtonnets fluorescents. Une bonne adresse de quartier.

En savoir plus
17e arrondissement

Au Bon Coin

Notre sélection

Le Bon Coin, à force de s’étendre de vitrine en vitrine, n’est plus tout à fait au coin de la rue. Ce restaurant-bar à vins de caractère situé près de Jules Joffrin s’adresse à ceux qui savent apprécier la bonne chère. La maison propose une carte pléthorique de crus du terroir bien choisis dans toutes les gammes de prix, et pour tous les goûts : léger, charpenté, rond, fruité, sec, doux... il n’y a qu’à demander conseil si vous n’y connaissez rien. Le week-end, la maison de sert pas à dîner, mais le reste du temps, cette cantine de quartier propose des spécialités du Sud-Ouest abordables et cuisinées avec des ingrédients du terroir. Les propriétaires aveyronnais, arrivés dans la capitale dans les années 1930, ont su conserver les bons filons pour s’approvisionner en viande du pays. Méfiez-vous des entrées géantes suivies de plats pantagruéliques, il va falloir honorer votre assiette ! Pour les petites faims, les salades sont délicieuses et les planches mixtes fromages-saucissons méritent le détour, accompagnées d’un bon rouge corsé. En été, quelques tables s'installent sur la terrasse pour vous permettre d'observer les passants ou les rares véhicules.

En savoir plus
18e arrondissement

Onze Bar

Notre sélection

Le Onze Bar est un petit bar bobo comme on les aime. Il fourmille de gens, de jour comme de nuit. Populaire et branché à la fois, la salle est meublée façon shabby chic. Le grand fauteuil crachant son garnissage témoigne à lui seul le nombre de fêtes passées dans ce lieu. L’ambiance est assurée par les concerts quotidiens allant du Balkan folk au rock’n’roll, en passant par du jazz, du blues, de la funk ou de l’afrobeat. La musique ne manque jamais de chauffer l’ambiance. Les gens dansent tout serrés là où ils trouvent de la place autour des tables et des canapés très prisés. Même en semaine, le zinc grouille d’habitués qui s’abreuvent de bières très bon marché ou de rhums arrangés fait maison. Le Onze Bar propose de quoi casser la graine entre potes. On peut hésiter entre un camembert rôti à l’ail, un parmentier de canard, des brochettes de bœuf aux herbes ou encore un cheesecake à des prix très raisonnables.

En savoir plus
11e arrondissement

Commentaires

2 comments
Blah B
Blah B

Les chaises ! (dans le 20e, à côté de Gambetta)

boom
boom

je connais un super bar sympa calme tres bien et pas cher ; LE NEW MARBEUF metro goncourt au 137 av PARMENTIER 75010 Paris