Les cafés-concerts et bars à musique

Où écouter de la musique sans se ruiner ?

Où boire un verre entre amis tout en profitant d'un peu de musique ? Rock, pop, jazz, funk, hip-hop, soul, musiques du monde, chanson française, jam fusion, musique expérimentale, techno, house... Chaque soir ou presque, de nombreux bars parisiens programment des concerts acoustiques et des DJ sets dans leur cave voûtée. Voici notre sélection.

Restaurants

Le Pop-Up du Label

Sous les arcades impressionnantes de l’avenue Daumesnil, le Pop-Up du Label, ex-les Combustibles, est un bar-restaurant qui combine énergiquement musique et cuisine. Pour la partie musique, il y en a pour tous les goûts : le lieu accueille aussi bien des soirées jazz le mardi, que rock, hip-hop ou électro le reste de la semaine. Lives et DJ sets pointus enflamment la salle en sous-sol (consulter leur page Facebook pour connaître le programme). En suivant l’énorme fresque de graffitis qui court le long de l’escalier, on monte à l’étage du restaurant. La déco est une déclinaison de tons blancs et bois du plus bel effet. Des dessins contemporains et des lampes industrielles apportent une touche arty à l'endroit, tout comme les expos régulières d’artistes. En cas de petites comme de grandes faims, on peut dévorer des plats simples et soignés, mitonnés par le cuisiner du jour. Pour accompagner la nourriture et la musique, le Pop-Up du Label propose une sélection de vins naturels et de bières artisanales à découvrir.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Musique

Le Chinois

Non, le Chinois ne fait pas référence à John Cassavetes (‘Murder of a Chinese Bookie’), au gros navet de Robert Clouse, où à n’importe quel film traitant de la mafia avec un truand asiatique, un juif et un italo-américain… L’origine de son nom est bien plus prosaïque que cela : ce nouveau lieu culturel, made in Montreuil, s’est installé dans les locaux d’un ex-restaurant chinois. Avec une programmation dite « sans concession, sans varietoche » (sic), le Chinois, tout en se targuant d’un éclectisme total, a tout de même tendance à s’orienter vers l’indie rock avec de jeunes groupes comme les Velvet Veins, dont on raffole chez Time Out Paris.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 45 Tours

Before, after, before d'after et after de before, à vous de choisir ! Le 45 Tours est un bar parfait pour tout noctambule cherchant son bonheur dans le quartier de Faidherbe. Situé au 45 rue de Montreuil, ce troquet, qui sert aussi des en-cas, ouvre ses portes de 6h du matin à 2h du matin pour vos beaux yeux, qu'ils soient gonflés de sommeil ou injectés de sang. Malgré un happy hour aux prix extrêmement attractifs (pinte à 3,50 €, cocktails à 5 €, verre de vin, shooter et ricard à 2,50 €), l'atmosphère du lieu est résolument portée sur la nuit avec des programmations soignées, tournées essentiellement vers la musique électro & co. Les cocktails y sont alors affichés au prix de 8 €, les pintes à 6 € et il est même possible de commander des pichets (de bière 20 € ou de cocktail 40 €) pour les plus assoiffés. Dans cet espace sombre éclairé çà et là par des néons, tout vous enjoint à rejoindre les armées de zombies qui se trémoussent aux premières heures du jour ou de la nuit. Sans vouloir spoiler la prochaine saison de 'Walking Dead', notre petit doigt nous a dit qu'on y recrutait des figurants !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Pop In

Le temple de l’indie pop à Paris, c’est le Pop In. Comme un îlot londonien dans la très vivante rue Amelot, ce bar pub exigu concentre une foule de jeunes à mèche branchés rock indé, habillés en chemise à carreaux et blousons en cuir. La musique est pop-rock bien sûr, des Beatles aux groupes indé actuels. Le premier étage, un salon british avec un piano et des vieux canap’ de récup', est l’endroit idéal pour se boire une mousse entre amis. Depuis ce salon, un escalier mène à la cave (quelle logique !), où tous les soirs de petits groupes viennent faire leur show, toujours dans un pur british style folk/pop-rock. C’est gratuit, inégal en qualité, mais toujours intéressant de découvrir une scène alternative parisienne et internationale sans prétention. Le week-end arrivez tôt pour y entrer, ce bar est plein à craquer dès l’happy-hour.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Musique

L'Espace B

Situé dans une rue calme à deux pas du parc de la Villette, l’Espace B – ou l’Espace Berbère – est un drôle d'endroit, entre un bar de quartier, un resto italien et une salle de spectacles. Si l’accueil au bar laisse un peu à désirer, la grande salle cachée derrière réserve, elle, de belles surprises. La programmation, dense et pointue, attire un public parisien avide de découvertes musicales et de nouveautés alternatives. Elle met en avant des groupes français et internationaux, émergents le plus souvent et produits par des labels indépendants. Les affiches sont variées : synthpop, électro-rock, hip-hop, indie, shoegaze, grunge, folktronica, noise, chillwave… Certains soirs, on peut même assister à des soirées burlesques ou des pièces de théâtre avant-gardistes. Voir notre dossier complet sur l'Espace B. 

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Motel

Retiré dans un passage près de Bastille, le Motel est un bar où se donne rendez-vous une clientèle électro-pop-rock branchée les soirs de petits concerts. Demandez aux serveurs sympathiques à souhait un cocktail détonant, comme le vodka-tatin, le Joe (vodka-pastèque) ou le Léon des Bois (vodka-citron vert-fraise-menthe). Les planches mixtes sont à moitié prix pendant ce moment de grâce qu’est l’happy hour (18h-21h), les pintes à 3,5 €, les cocktails et les mojitos à 4,5 €. On s'installe au fond, sur des canapés dépareillés chinés en brocante, face au bar en arc-de-cercle. Plus tard dans la soirée, des DJ envoient leurs sets qui chauffent un dancefloor bien rempli le week-end. Les mardis, mercredis et un dimanche sur deux, on vient profiter d'un « pop quiz », un jeu qui attire des habitués calés en raretés musicales. Pour connaître la programmation, cliquez ici.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Petite Chaufferie

Qui n’a jamais rêvé d’ouvrir un bar avec ses potes ? De prendre Patricia, des ressources humaines, entre quatre yeux pour lui parler de son problème de sudation avant de claquer la porte et de dire adieu à la vie de bureau. Qui n’a jamais rêvé de travailler dans un open-space où c’est le débit d’alcool qui est primordial ? D’imaginer le zinc parfait, le bar idéal, celui dont tout le monde désirerait ardemment être le pilier.Ce projet-là, les copains aux manettes de la Petite Chaufferie l’ont réalisé. Las d’écumer les bars parisiens sans y trouver, la plupart du temps, ni la qualité, ni la musique, ni les tarifs espérés, ils ont donc remonté leurs manches pour faire vivre leurs envies. Ils sont cinq aujourd’hui à faire tourner ce lieu passionnant, ouvert depuis 9 mois.« Mangez électro, écoutez bio », tel est le crédo de la Petite Chaufferie. On vient dans cet espace ouvert et coloré, installé à quelques pas du tumulte de la rue du Faubourg Saint-Denis, pour boire un verre le soir ou le midi pour manger dans un décor simple, mais réussi. Tout est bio (et local même, quand cela est possible), des boissons jusqu’à la nourriture. La cuisine prend des airs végétariens, même si quelques viandes et poissons s’y invitent de temps en temps.Que les trop bons vivants ne prennent pas peur : ici, on déjeune de façon saine, mais pas ennuyeuse. Le soir, ce sont d’ailleurs de belles planches de charcuterie et de fromage qui viennent prendre le relais, pendant que s’installent aux platines les

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Zéro Zéro

L’être humain est hautement compressible : si vous en doutez, l’expérience est validée chaque week-end au Zéro Zéro. Dans ce bar qui attire une foule démesurée dans quelques mètres carrés, ouvrir la porte est déjà une bataille. La seule solution pour avancer est de danser en renversant le moins possible sa bière. Mais ici on n'a pas peur de mouiller sa chemise, on se lâche vite dans cette ambiance survoltée et festive. La raison d’un tel succès ? Le son d’abord. Tous les jours, les platines posées ici sont maniées par des DJs pointus, souvent house, minimale et hip-hop/funk.Le décor aussi : une tapisserie à fleurs orange seventies qui disparaît derrière les graffitis du sol au plafond. On n’est plus tellement habitué à autant de liberté à Paris. L’équipe surtout : des jeunes patrons qui mettent le feu tous les soirs à la boutique. Les cocktails aussi : daïkiri fraise et autres créations savoureuses sont à prix plancher (6,5 à 7,5 €), qui passent à 4,5 € (ainsi que les pintes) pendant l'happy hour de 19h à 20h. Mais la botte secrète du lieu, c’est le Zéro Zéro, un breuvage à base de rhum-gingembre dont la formule est gardée jalousement secrète, et dont le cours a évolué de 2,80 à 3 euros en 15 ans. 

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Trac

Fini les trucs étriqués et les tracas, le bar Trac dans le 13e transforme votre train-train quotidien. Ouvert à la rentrée 2014 par l'équipe du Djoon, ce nouveau lieu polyvalent s'annonce comme l'endroit incontournable pour les amateurs d'amour, de cocktails frais et de boulettes de Charolaise.  En entrant, un doux sentiment confortable nous envahit. Vous savez, le même que lorsque vous rentrez chez vos parents, qu'il fait bon et que vous n'avez qu'à mettre les pieds sous la table. La salle principale est décorée de façon industrielle avec de grandes tables en bois pour dévorer de savoureux tapas entre 4 et 10 € ou siroter un, voire plusieurs délicieux Trac Punch. Si une légère euphorie vous prend après le second et que vous vous mettez à chantonner "Let's Get In On" de Marvin Gaye, c'est la faute du Trac Punch. A 5 € le verre en happy hour, vous avez le droit !  En face de vous, une magnifique scène qui prévoit d'accueillir de nombreux lives et autres jam sessions, masterclasses, open mics, impros de théâtre et même du stand-up (nous vous déconseillons tout de même de tenter de faire des sketchs après le Trac Punch...). Un « DJ booth » en hauteur laisse imaginer que l'on pourra après minuit pousser un peu les tables et faire quelques pas de danse sur un edit de Bobby Womack. La programmation se veut en effet axée sur une certaine idée de la Black Music, dans la continuité de ce qui se fait au Djoon.  En été, vous pourrez profiter de la grande terrasse, chose qui n'est pas

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

L'International

On attendait depuis longtemps l'existence d'un tel lieu d'expression pour les groupes émergents : l’International a comblé ce vide. Deux à trois concerts par soir s'enchaînent ici, plutôt rock, pop, folk, chanson française, hip-hop et électro devant un public friand de live et de nouveaux groupes – le tout gratuitement, s’il vous plaît ! Situé non loin de la très animée rue Oberkampf, l’International se distingue par son côté convivial, sorte de bar de potes disposant aussi d'une salle de concerts. Une clientèle décontractée s’attroupe dans le bar, grand espace ouvert aménagé avec des meubles de brocante, pour boire un coup (prix des consos raisonnable) et bavarder pendant l’apéro. A l’heure du concert, on se presse au sous-sol, qui rappelle un garage transformé en club clandestin avec ses murs et ses piliers en béton.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Beaurepaire - Le Mellotron

Installé depuis 2012 dans le chouette quartier du canal Saint-Martin, le Beaurepaire est l’annexe du fameux Café A. Ce restaurant intimiste ne laisse la place qu’à une dizaine de tables en bois, et prend des allures de bistrot à la française avec ses murs de brique, ses rideaux rouges, ses lampes industrielles et son bar en zinc. L’été, la grande baie vitrée s’ouvre pour offrir un bol de soleil aux personnes assises. Devant le grand miroir, sur le mur à proximité des tables, des platines vinyle et du matériel hifi offrent la possibilité aux DJ de venir proposer des sets soul, funk, jazz et hip-hop plusieurs soirs par semaine. Derrière cette initiative se cache l’équipe de la web radio Le Mellotron, qui programme des collectifs comme D.kO Records, la Mamie’s ou encore Radiomeuh à l’heure de l’apéro ou du dîner. Début 2015, le lieu change de nom et s'appelle désormais Le Mellotron.   Mais ici, il n’y a pas que le menu musical pour allécher la clientèle : la carte change tous les jours, et propose des mets appétissants et travaillés, comme des veloutés de champignons, des spaghettis à l'encre de seiche, sauce tomate, crème de burrata et ail noir, ou des tartes aux figues et crème d’amandes pour la partie desserts. Les prix ? Honnêtes, à 11,50 euros le plat du jour avec un café offert, et des formules midi à partir de 14 euros, et 19 pour la plus complète. Malheureusement, nous n’avons pu tester ces plats ce jour-là, la cuisine étant fermée. Néanmoins, la finesse des produits po

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Joséphine, caves parisiennes

Un an de travaux et plusieurs centaines de bouteilles empilées plus tard, Joséphine, caves parisiennes est né. Ce nouveau bar à cocktails maison, vins racés et whiskies rares est situé dans un quartier plutôt pauvre en lieux trendy (qui fleurissent partout à Paris), Ménilmontant. Une bonne idée des patrons du Cannibale voisin, qui n’ont pas lésiné sur la décoration, inspirée par la sensuelle Joséphine Baker et des tatoueurs américains avant-gardistes des années 1940. En entrant on est frappé par l’odeur de peinture et par la magnifique étagère murale en bois qui expose des bouteilles de vins, des whiskies japonais et toutes sortes de fioles d’apothicaires comme dans un petit musée. Au sol, un joli carrelage en mosaïque rappelle les bistrots chics parisiens art déco. Face à nous, un magnifique comptoir à l’ancienne est animé par deux serveurs aux petits soins : vestiaires gratuits, grands sourires, conseils… L'accueil est sans faute. Dans une seconde pièce plus cosy, de nombreuses banquettes confortables, un petit dancefloor et un autre bar (oui, c’est immense) promettent de belles soirées. C’est dans cette salle taillée pour les soirées que des DJ viennent poser leurs platines tous les jeudis, vendredis et samedis, passant du rock, du hip-hop, du disco ou de l'électro. Au sol, des dalles de verre laissent apercevoir une vraie cave, profonde et débordante de bouteilles. Autre surprise, derrière un immense miroir, une porte dérobée cache… un fumoir !  Passons à la carte, qui pr

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

L'Acte 3

On s'en doutera, L'Acte 3 s'est baptisé sous les auspices du théâtre, auquel il a dédié (en partie) sa jolie cave. Au sous-sol, on y chante des comédies musicales, on y joue des blindtests et on y danse lors de soirées clubbing. Un lieu double donc, puisque l'étage accueille quant à lui les amateurs de cocktails, vissés au bar en train de reluquer les planches, les burratina et le gravlax de saumon. Comme le concombre est à la mode, on se penchera sur le cocktail From Los Angeles, qui combine le légume avec kiwi, elderflower, citron vert et vodka Russian Platinum. Pour chaque cocktail, le principe reste le même : une épice, un fruit frais et un alcool. Nouvel exemple avec le From Tokyo, du wasabi, du citron vert, du cointreau, du gingembre, de l'orange et de la vodka.Le petit plus de la maison, c'est le cocktail sur mesure, que vous composez avec les ingrédients présents le jour où vous passez. N'hésitez pas à lui donner un petit nom, tel que le From Chez Bibi, ou le From Belleville. Derrière le bar, on trouve un trio bien connu des soirées parisiennes, notamment Sabine, une ancienne du Pulp et du Baron. Avec sa gouaille, elle apostrophe ses clients dans la bonne humeur, gérant parfois tout en même temps, en bas pour danser la samba, en haut pour faire un mojito. Dehors, quand les fumeurs haussent le ton, elle les rappelle à l'ordre gentiment et répète que le commissariat du 3e arrondissement est à dix mètres de là. Parfois, on tire les rideaux pour plus d'intimité à l'intéri

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Mécanique Ondulatoire

C'est bien connu, Bastille est un repaire de rockeurs. La Mécanique Ondulatoire est un de ces bazars d’objets rétro et meubles vintage répartis sur deux étages. Au rez-de-chaussée un étonnant mur décoré de tous les alcools imaginables donne une idée des cocktails concoctés ici à prix raisonnable. On descend dans la cave pour assister à des sets de DJ ou des concerts rock, ska, punk, ou metal. On tapote du pied, twiste des épaules ou, pour les plus solides, on participe aux pogos. Les groupes investissent les lieux parfois même le dimanche. L’entrée du bar est gratuite et l’accès à la cave tourne autour de 5/10 euros, alors n’hésitez pas à mettre votre cuir, enfiler votre jean troué et venir voir si l’affiche du jour vous tente !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 9b

Ce nom vous rappelle quelque chose ? Le 9 Billards bien sûr, cet ancien bar de la rue Saint-Maur tenu par l'équipe des Disquaires. Installé boulevard de la Villette depuis plusieurs années maintenant, son petit frère a lui aussi rapidement trouvé son public. Des tribus de jeunes Parisiens viennent en effet ici pour manger un bon couscous (gratuit le mercredi soir) ou boire des coups à prix raisonnables en profitant d’une ambiance enjouée et d’une programmation musicale soignée. Car le 9B cache un secret dans son sous-sol, une belle cave bien sonorisée qui donne dans la house, l’électro ou la techno en accueillant de nombreux artistes et collectifs comme Dee Nasty, OTTO10, Voiron, Cracki Records ou Underground Resistance. Une sorte de petit club planqué mais qui n’a pas empêché ce joyeux rade de conserver son bel esprit de quartier.  

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

L'Olympic Café

Situé au cœur du quartier africain de Château Rouge, l’Olympic Café est un aimant culturel pour les habitués des petits concerts au sous-sol. A l’entrée, un beau et vaste comptoir à l’ancienne, en face, des prospectus de soirées, des tracts militants. L’Olympic est un agitateur de culture qui s’est associé avec le minuscule théâtre dans la même rue, le Lavoir Moderne Parisien pour créer une télé de quartier, et proposer des concerts et pièces de théâtre à petits prix (5 euros pour les habitants du 18e). La programmation est assez expérimentale, dans tous les styles, et si vous hésitez avant de descendre, le show est projeté à l’étage sur des écrans géants sans le son, donnant une idée parfois très décalée de l’ambiance survoltée qui y règne. Au mur, des expos temporaires de photos agréables. L’Olympic Café peut aussi devenir votre deuxième cantine, avec ses cuistots sénégalais qui proposent du poulet yassa, bananes plantain, poulet braisé et l’inimitable mafé. D’ailleurs, le mercredi, c’est mafé gratuit pour tout le monde ! On vient chercher son assiette en plastique bien remplie, dans la convivialité et la bonne humeur, et on se régale.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Moka Goncourt

Allez, on ne va pas vous mentir, si un jour vous passez la porte du Moka, c'est que a) il est 6h du mat, vous n'êtes toujours pas couché et donc bien entamé b) il est toujours 6h du mat et vous avez eu la flemme de remonter la rue du Faubourg du Temple pour vous rendre au Zorba c) peu importe l'heure, crédule (et saoul ?) comme vous êtes, vous avez vraiment cru que la spécialité du lieu, c'était le moka (ce délicieux café cultivé au Yémen). Au croisement de l'avenue Parmentier et de la rue du Faubourg du Temple, ce bar de matinée légèrement creepy occupe un emplacement de choix si vous venez de prendre un apéro bien arrosé sur le canal Saint Martin ou si vous sortez de la Java. Et puisque vous avez accidentellement dansé sur les tables du Zorba le week-end dernier, le videur, ainsi que votre dignité, vous en interdisent désormais l'entrée. Qu'à cela ne tienne, le Moka vous tend les bras, à moins que ce ne soit sa drôle de faune bigarrée... Vous parler de ses barmen (souriants), de sa déco ou de ses breuvages (5,50 € la pinte de bière, 6,50 € le cocktail) n'a finalement pas grand intérêt puisqu'à l'heure où vous vous y rendrez, les serveurs seront tous vos copains, vous ne garderez probablement aucun souvenir de la déco (à part peut-être celle des toilettes) et votre gosier sera sans doute déjà bien altéré par tous les mélanges qu'il aura vu passer.  Néanmoins, et puisque votre motivation pour prolonger votre soirée semble inaltérable, nous ne pouvons que vous conseiller de

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Café de la Presse

« Après avoir abrité pendant de nombreuses années les imprimeries de Paris et une usine redistribuant de l’énergie, le Café de la Presse souhaite aujourd’hui reconquérir son statut de force motrice du quartier. » Voilà ce que l’on peut lire sur la page Facebook de ce bar ouvert au printemps 2014. Une épitaphe pour la presse écrite, et un beau leitmotiv pour s’imposer dans les rues de Bastille.En tout cas, on ne peut déjà plus nier l’immense popularité de ce lieu, qui propose alcool, nourriture, culture et clubbing, tout en excellant dans chacune de ces disciplines. Tous les soirs, la foule, jeune et pétillante, déborde sur le trottoir. D’ailleurs, ce jour-là, c’est toute une équipe de joggeurs en leggings fluo qui sirote un verre avant de se lancer dans la course, donnant un air joyeusement excentrique à l’atmosphère du moment.La carte des réjouissances ne fait pas mentir cette bonne humeur ambiante : « bloc de foie gras en rubrique », « fusilli paparazzi champignons », « salade HuffPost » ou encore « pain brioche archivé ». Les jeux de mots s’affichent sans complexe et les plats qui s’amènent sont bons, généreux, pas stupéfiants non plus mais largement suffisants pour équilibrer avec bonheur la surdose d’alcool ingurgitée. Et permettre à nos estomacs enthousiastes de se trémousser sans risque devant le DJ de la soirée, ou de récupérer tranquillement devant une exposition de tatouage.Un des principaux charmes du Café de la Presse réside dans son large espace intérieur, habill

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Bonnie and Clyde

La rue Frochot, autrefois réputée pour ses bars à hôtesses, n’aura rien perdu à voir son ancienne routine semi-clandestine disparaître au profit d’établissements comme le Bonnie and Clyde. Même les habitants historiques du quartier, dont l’humeur se tend naturellement quand sont évoqués les bars nouveau-nés, gagneraient à descendre les escaliers qui mènent à ce bar en cave. Ici, le dandysme à l’anglaise se pare d’une chemise à fleur hawaïenne et d’un accent parisien tout droit sorti d’une comédie de Georges Lautner. Un endroit simple et convivial qui s’attache à l’esprit canaille et noctambule du quartier.Cause ou conséquence, ce bar souterrain peut se targuer d’être l’un des rares autorisé à garder son rideau ouvert jusqu’à six heures du matin le samedi, dans une nuit parisienne qui a pris la mauvaise habitude de fermer ses troquets dès deux heures. Avec sa lumière tamisée, ses néons orangés scintillant derrière le bar et sa sélection musicale toujours impeccable, le Bonnie and Clyde est l’endroit idéal à Pigalle pour faire durer la soirée jusqu’à l'aube dans une ambiance bon enfant et bon marché. On vous recommande chaudement l’indémodable gin tonic, servi contre à peine huit euros. Sans doute le moins cher du quartier à cette heure-ci.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Les Disquaires

Ce café-concert dans le quartier de Bastille propose une programmation live où chacun peut trouver son bonheur entre jazz, funk, hip-hop, soul et autres variantes de la black music. Et pour ceux qui ne veulent pas rentrer trop tôt, les programmateurs ont toujours dans la manche un DJ set pour les soirées clubbing. Il fait toujours bon y jeter une oreille pour entendre ce qui se passe dans le Paris groovy.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Pile ou Face

Visiblement, la reconversion d’anciens bars à hôtesses semble être de mode à Pigalle. On avait le Dirty Dick, le Glass et le Lipstick, on a désormais le Pile ou Face. Ici, plus de filles dénudées (quoique), mais une façade gardée intacte et un décor intérieur revisité sans être non plus castrateur du style de la maison. Ambiance boudoir, banquettes de velours, lumières tamisées, barres de pole dance et tapisseries murales. La backroom du Pile ou Face fait désormais office de mini-fumoir, chose peu banale pour un bar. Le lieu, par sa petitesse, offre une proximité avec les barmen – sympathiques à souhait – et le reste de la clientèle. Il fait chaud. Les frileux se lâchent sur fond de nu-disco, mixée par un connaisseur du genre. Et parfois, ils se laissent bercer par un concert de rock ou d’électro-pop. Si l’éclectisme musical fait peur, rassurez-vous : le programmateur a du goût. Mais parlons boissons : les cocktails (entre 6 et 11€) sont tout simplement bons. Nous avons commandé un mojito pour tester un classique, et un Kim (gin Botanist, sirop de thym maison, poivre) pour l’originalité. Dans les deux cas, les saveurs sont bien présentes et les doses impeccables. Petit bonus, on vous donne des paquets de chips Tyrells en accompagnement. Et en cas de plus grosse faim, le serveur appellera le resto du coin, et un confrère viendra en grande pompe vous présenter une planche garnie de fromage et de charcuterie fine (big-up au jambon à la truffe) pour 16 €. Les amateurs de whisky,

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Mizmiz

Le Mizmiz est assurément un bon plan. L'entrée, quasiment toujours gratuite, ne brusque pas votre porte-monnaie, la musique live de qualité contente vos oreilles et des plats délicieux émoustillent vos papilles. Dans ce lieu hybride entre restaurant marocain et bar musical, le spectacle est aussi important que l’assiette. Une grande scène s’impose au milieu des tables comme dans un cabaret tandis que le bar – aménagé dans un coin de la salle – se fait discret. Du jeudi au samedi, des DJ’s et des groupes viennent jouer live du roots, reggae, soul, folk, hip hop, R’n’B ou afrobeat. En fin de soirée, le son bascule vers du dubstep, drum’n’bass, house et techno. Peu importe la vibe, l’ambiance est toujours positive et décontractée. Sa carte orientale propose des plats généreux et savoureux, concoctés avec des épices authentiques du bled. Sur la carte fooding, on peut découvrir le Saffa, un délicieux poulet sucré-salé aux amandes et à la cannelle, et le Couscous maison, finement épicé pour un prix microscopique de 7 euros. Les patrons très sysmpathiques sont toujours prêts à organiser des expositions et des soirées de soutien pour des ONG défendant des causes humanitaires. Jetez un coup d’œil sur le site web pour vous tenir informé de la programmation.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Le Rock'n'Roll Circus

On ne change pas une formule qui gagne. Ouvert par les mêmes propriétaires que l’UFO et l’Orange Mécanique, le Rock’n’Roll Circus décline à Pigalle les ingrédients qui ont fait le succès des bars précédents à Oberkampf : alcool à prix défiant toute concurrence, DJs qui passent de la musique rock, soul et garage, une sélection pointue et dansante, le tout dans une ambiance très conviviale. Contrairement à l’UFO, aucun sous-sol n’est dédié à la danse, mais quelques audacieux n’hésitent pas à faire chalouper leur bassin en plein milieu de la salle quand la musique s’y prête. L’endroit tire son nom d’une fameuse émission de télé organisée par les Rolling Stones en 1968 et présente une déco en adéquation avec l’époque, où se mêlent pochettes de Led Zeppelin, photos de Frank Zappa et affiches de film. Bref, même si Pigalle regorge de bars sympathiques, vous n’avez pas d’excuse pour ne pas faire un saut du côté du Rock’n’Roll Circus si vous passez dans le coin.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Trois Baudets

Découvrez les dernières lubies de la musique française aux Trois Baudets, vaste salle de concerts à la programmation audacieuse et éclectique. Variété, rock, électro, rap : tous les coups sont permis, tant qu’ils sont chantés dans la langue de Gainsbourg. Le week-end, quelques soirées hip hop ou électro sont pontuellement organisées.

Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Musique

Ateliers de Charonne

Le swing de la musique tzigane résonne les soirs de concert dans ce bar-restaurant chic et lumineux. Les incontournables du jazz manouche comme David Reinhardt, Samson Schmitt, Tchavolo Schmitt, Angelo Debarre, Costel Nitescu, ou les frères Ferré se produisent en trio, quartette ou quintette dans un cadre moderne. Si vous réservez une table pour manger, vous serez placés devant la petite scène pour déguster votre repas tout en admirant le méticuleux doigté des musiciens. La seule fausse note se trouve dans l’agencement du lieu, où les bonnes places pour voir les live se trouvent à proximité de la cuisine, de laquelle sort une cacophonie de bruits de friteuse et de vaisselles… L’entrée est libre mais les verres sont majorés en contrepartie, et pour les concerts prisés on risque d’avoir une vue moins dégagée si on n’y dîne pas.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Alimentation Générale (ALG)

Malgré les apparences, l'Alimentation Générale n'est pas une épicerie, mais un bar, restaurant, salle de concerts et club. Les soirées à l’ALG (pour les intimes) sont colorées, chaleureuses, ultra festives et toujours abordables (l’entrée est souvent à 5 € ou 10 € avec une conso). Dans cette salle tout en béton meublée de grandes tables en bois conviviales et d'un baby-foot, le dance floor devant la petite scène est toujours animé. A l'ALG, on vit des concerts mémorables tout près des groupes et des chanteurs, on danse et on transpire à l’unisson. En début de soirée, l’ambiance est calme, on picole gentiment, et on picore une planche fromage-saucisson, quelques plats à la carte un peu cher mais corrects (pâtes, brochette de gambas, quelques tapas), puis la salle se remplit au fil des heures. On finit par pousser le baby, monter le volume et éteindre les lumières vers minuit lorsque la foule envahit le lieu et commence à se trémousser. Chanson française, cumbia de Colombie, samba du Brésil, funk, jazz manouche... les musiques du monde sont à l'honneur pendant les concerts acoustiques. Le week-end, des soirées DJing dans des styles très variés (funk, hip-hop, électro, électro-tropical), sont le rendez-vous d'un foule cosmopolite, jeune et très sympathique. Sachez que toute sortie est définitve après 22h et que le fumoir, au fond dans un bunker pas aéré, est difficilement tenable. Un conseil, ne venez pas trop tard le week-end, car l'ALG est le seul bar club du coin qui ferme à 5h, et à partir d'une certaine heure l'endroit est bondé, on ferme les portes !

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Café Universel

Bienvenue chez Azou ! Patron, découvreur de talents à l’oreille expérimentée, il fait jouer des musiciens tous les soirs dans son café de jazz vocal sans prétention et assure le service pour profiter du spectacle. Parmi une panoplie d’objets américains et d’accessoires jazzy, sa vitrine présente des affiches de groupes de jazz moderne, de swing, de blues, de bossa ou encore de soul. Chaque mardi, guitares, contrebasses, trompettes et claviers donnent le tempo aux chanteurs amateurs venus tenter leur chance pour le Jam vocal. N’aillez pas peur du grand Amérindien en plastique qui garde l’entrée, ni des néons kitsch au-dessous de la porte, cet endroit est fort convivial, même s’il manque un peu d’élégance. L’entrée est gratuite, les prix légèrement majorés (demi à 4,9 euros), mais pas indécent dans ce quartier.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Onze Bar

Le Onze Bar est un petit bar bobo comme on les aime. Il fourmille de gens, de jour comme de nuit. Populaire et branché à la fois, la salle est meublée façon shabby chic. Le grand fauteuil crachant son garnissage témoigne à lui seul le nombre de fêtes passées dans ce lieu. L’ambiance est assurée par les concerts quotidiens allant du Balkan folk au rock’n’roll, en passant par du jazz, du blues, de la funk ou de l’afrobeat. La musique ne manque jamais de chauffer l’ambiance. Les gens dansent tout serrés là où ils trouvent de la place autour des tables et des canapés très prisés. Même en semaine, le zinc grouille d’habitués qui s’abreuvent de bières très bon marché ou de rhums arrangés fait maison. Le Onze Bar propose de quoi casser la graine entre potes. On peut hésiter entre un camembert rôti à l’ail, un parmentier de canard, des brochettes de bœuf aux herbes ou encore un cheesecake à des prix très raisonnables.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Karambole Café

Cosy par sa taille mais minimal dans sa déco, le Karambole est un bar-restaurant qui accorde autant de soin à la musique qu’aux tapas. Donc prêtez vos papilles pour des petits plats tendances à partager comme les croquetas au chorizo ou des rouleaux d’aubergine au chèvre frais et au romarin (3 euros la portion). Les grandes faims seront apaisées par le plat du jour ou un copieux hamburger. On nous émoustille également les oreilles avec un programme de musique groovy. House, minimale, électro, dubstep : des DJ’s ou des compositeurs électroniques issus des labels indépendants et underground nous livrent des beats pointus et des basses lourdes. Le Karambole réserve aussi une grande place aux sons funk, soul et hip hop. Le Karambole Café fait un grand effort dans la promotion des cultures actuelles à travers des expos photo (vernissages le premier mercredi du mois), des conférences sur la musique et des projections de courts métrages (infos sur la page myspace).

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Mama Kin

Le plus récent des bars installé dans le quartier du canal de l’Ourcq, le Mama Kin s’est jeté sans retenue dans un programme de musique live et soirées DJ dès son ouverture en mai 2011. Dévouée, l’équipe se charge d’organiser des concerts acoustiques réguliers en invitant des groupes de jazz manouche, rock, funk, blues et folk ou des DJ’s mixant hip hop, reggae, groove et soul. Séparé en deux salles, le bar est peint couleur sable. On se croirait sur une plage où des bibelots ethniques auraient étés rejetés par la mer. Une belle fresque à la bombe de l’artiste Da Cruz s’étale sur les murs de l’autre pièce où se jouent les concerts. Ce cadre unique et vibrant vaut la visite à lui-seul. Une fois sur place, les consos sont plus que raisonnables. Ouvert aussi pendant la journée, on peut y boire un café ou manger sur le pouce une tarte ou un « welsh » ; une version galloise du croque-monsieur.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le China

Le China est un bar-restaurant café-concert asiatique très chic qui emprunte son décor exotique à un club colonial du Shanghai des années 1930. Canapés Chesterfield en cuir capitonné, murs rouges, boiseries sombres, dallage en damier noir et blanc, cette pénombre chaleureuse est lounge comme un salon de gentlemen anglais. Derrière un superbe et vaste comptoir chromé, des serveurs polis et discrets préparent des cocktails parmi les plus subtils, comme l’Hemingway (savante alchimie entre rhum brun cubain, Cointreau, citron vert et pamplemousse). Profitez de l'happy hour de 17 à 20h pour les goûter à 6€ au lieu de 12€. La carte des vins est aussi très vaste, pour ceux qui préfèrent un verre de bon cru. Si vous n’avez pas peur de faire chauffer votre carte bleue, passez à table pour goûter une cuisine asiatique fusion, comme le tendre médaillon de poulet finement aromatisé au schitakés et citron thaï. Envie d’un digestif ? Montez à l’étage boire un bon cognac dans le fumoir à cigares, décoré d'une cheminée et d'une bibliothèque de vieux livres. Vous y trouverez un "vrai fumoir" à l'extéireur, dans un jardin d’hiver agrémenté de bambous. Au sous-sol, deux concerts gratuits sont programmés par soir, plutôt jazz, soul, pop et musique du monde (la programmation est disponible sur leur site). Le lieu étant réputé pour sa bonne programmation, les confortables canapés en cuir sont vite pris. Un conseil : arrivez tôt ou réservez une table si vous ne voulez pas finir debout.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Lou Pascalou

Lou Pascalou est un café culturel de Ménilmontant que l’on s’approprie volontiers comme cantine de quartier, car on ne s’y ennuie jamais. Rien de branché ici, mais plutôt un endroit gentiment bobo avec sa terrasse sur une placette à l’abri des pots d’échappement et sa clientèle jeune du quartier. Les verres sont à prix plancher (2,50 euros), les plats aussi (hachis parmentier à 6,50 euros) et les animations proposées sont variées. Ainsi le premier mercredi du mois se tient une projection de courts métrages et le troisième, un match d’improvisation théâtrale organisé par la Ligue d’improvisation de Paris. Tous les dimanches, vous pouvez assister à des concerts de swing manouche, musique brésilienne, chanson française, flamenco, rock, fanfare, variété underground… pourvu que ce soit festif ! Dans ce bar sympathique, on peut aussi profiter des expos temporaires qui changent tous les mois, participer à un débat citoyen ou jouer à des jeux de société à disposition. Le week-end le bar est bondé, n'arrivez pas trop tard si vous voulez une place assise.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Féline

La Féline est un minuscule bar rock’n’roll près de Ménilmontant, avec sa faune, ses posters de groupes de rock des fifties et surtout sa musique rockabilly lumineuse. La Féline est fréquenté par des punks à chiens, des faces tatouées-percées, des hipsters et des rockers à l’ancienne, coiffés comme le barman d'une banane. Les fille très glam rock accoudées au bar sont terriblement sexys : robe léopard, jupe en cuir, escarpin en panthère, petit perfecto, rouge à lèvres très rouge, tout le monde est ultra looké et on se croirait dans un film. Mais l’ambiance ne pâtit pas de cette mise en scène personnelle, au contraire, les gens sont sympas, discutent debout en petits groupes en buvant leur bière. Le lieu est tellement connu que beaucoup de jeunes touristes viennent y faire un tour par curiosité. Tout ce petit monde fait des aller-retours entre ici et Chez Zack, un autre micro-bar pile en face, mais la Féline reste leur quartier général. Des petits concerts y sont organisés régulièrement, quelquefois des projections, mais arrivez tôt pour avoir une place assise.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Les Trois Arts

Marre des bars à cocktails branchés et froids ? Voilà un bar de quartier authentique, bourdonnant d’activités et au fort accent campagnard. Les arts vivants se mêlent à l’art de vivre dans cette taverne bretonne qui se consacre aux divertissements traditionnels. On peut y entendre des concerts folk, jazz, klezmer ou classique ou assister à des soirées de contes de France, d’Irlande, de Méditerrané ou encore de l’Europe de l’Est. A l’occasion, il est également possible de tomber sur des pièces de théâtre, des improvisations et des humoristes. Tandis que tout cela se joue dans la cave, à l’étage, le bar propose, lui aussi, des animations. Non seulement, on peut emprunter des jeux de société et piocher dans la bibliothèque, mais on vous prête aussi les œuvres d’art exposés dans le cadre de l’initiative « De l’art chez soi ». A la carte, de bons plats copieux qui rappellent une visite chez mamie : un pot-au-feu, une soupière de 2 litres à partager, une planche de fromage et tous les vendredis, le kig ha farz, plat traditionnel du Léon (Finistère). Réservation recommandée. Quoi d’autre pour accompagner ces mets qu’une cervoise à pression, un verre de cidre, de l’hypocras, une des spécialités de la maison (un apéritif à la mode au moyen âge) ou un chouchen, un apéritif breton à base de miel.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Café Babel

Dès l’entrée du Café Babel, on se sent embarqué dans un rêve de Miró ou de Matisse : tout rappelle la rencontre artistique entre l’Afrique et l’Europe. Les murs sont recouverts de peintures stylisés, de vers poétiques et de couleurs débordantes. Des libellules en fil de fer sont accrochées au plafond. On aime y boire un petit café noir en levant le nez en l’air pour profiter du cadre. Ce café de quartier dépeint les cultures qui font vibrer Ménilmontant à travers sa musique. Raï, zouk, jazz manouche, swing, chanson française : de nombreux styles musicaux se croisent sur scène du jeudi au dimanche. Le Café Babel est une véritable institution dans le quartier. Il a vu passer les époques sans perdre son identité populaire, apprécié par des personnalités comme Manu Chao ou Zebda. Pour cet accueil chaleureux et ces prix très démocratiques, d’anciens habitués se mêlent aux gens branchés dans un brouhaha de rires.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Connétable

A boire, escuyer ! Avec un tel nom (le connétable était un comte chargé des écuries royales) on s’attend à trouver une taverne moyenâgeuse en plein cœur du Marais. Et effectivement, on en est pas si loin : cet hôtel particulier du cardinal de Retz est une salle de caractère aux poutres apparentes, QG des noctambules de tous âges. Cette faune contemporaine vient boire un dernier verre, ou plutôt deux, trois… le bar ferme à l’aube, vous avez le temps de perdre le compte. En journée, le Connétable montre un tout autre visage : celui d’un restaurant chic du Marais. D’abord on ne se marche pas dessus, l’ambiance est feutrée, la clientèle plus âgée et la salle à l’étage est ouverte. Dans la plus pure tradition gastronomique française, le menu propose des viandes et des poissons bien en sauce (comme l’émincé de dinde aux cèpes) généreusement accompagnés de pommes de terre sautées à l’ail et de bon vin charpenté. Ici on aime les produits du terroir de qualité et on privilégie le goût plutôt que la diététique. L’addition est un peu salée, mais reste raisonnable pour le quartier. A 20h-21h presque tous les jours, des petits groupes de chanson française s'y produisent.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Clubbing

The Lab

Ouvert en 2012 rue Saint-Sabin du côté de Bastille, The Lab s'est payé en septembre 2014 un relooking. A l'origine très épuré, ce petit bar arbore désormais des murs taggués de long en large. Enfin, plus de long qu’en large : le lieu, assez étroit, ne laisse place qu’à quelques tabourets contre le zinc, deux ou trois autres par-ci par-là, et un canapé bien douillet au fond. Deux tonneaux font office de tables à l’extérieur, pour s’accouder en cas de besoin urgent de nicotine. Mais si on vient ici, c’est surtout pour les cocktails. The Lab propose en effet un large choix de mixtures à ses convives. Rhum, tequila, vodka, whisky, triple sec, rhum ou gin côtoient purées de fruits, herbes, zestes et extraits.  Mention spéciale pour le Wild Berry Collins (gin, purée de fruits des bois, citron jaune, Perrier) et le Green As Ginger (gin, basilic, gingembre, citron). Et si vous trouvez votre cocktail trop sucré, acide, ou mal équilibré, pas de problème : le chef vous ajustera tout ça, avec le sourire en prime. Les tarifs ? Tout doux, on est à 6 euros en happy hour, 8 après. Pour accompagner votre breuvage, la maison propose également des tapas maison (foie gras, magret de canard au poivre, gravlax de saumon). Pendant que vous dorlotez votre palet et votre gosier, le bar s’assure que vous ne négligez pas non plus vos oreilles : dès jeudi et pour le reste du week-end, les DJ s’enchaînent aux platines pour passer de la musique house et techno. Et comme si ça ne suffisait pas, vous pouve

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Bric à Brac

Dans cette rue Oberkampf qui commence à prendre la poussière, on ne peut que saluer l’ouverture de microscopiques bars pas chers, branchés street art qui décoiffe ses voisins de vieux bistrots. Pierres apparentes, touches de couleur, on sent que l'espace a été rafraîchi. La déco de fresques de graffitis apporte un nouveau style dans ce quartier. Sa jolie façade bleu ciel est ouverte sur la rue, invitant les passants à entrer. La musique est avenante, à l’étage des DJs enchaînent des sets qui groovent, plutôt hip-hop et électro. On peut s’asseoir dans cette salle, mais on préfère rester en bas près du bar pour danser avec les premiers habitués, des amis des patrons. Ce qu’on aime ici, c’est cet aspect d'espace culturel ouvert à tous, sans prétention, qui attire une population jeune très cosmopolite. Une bibliothèque est là pour les clients de l’après-midi, la semaine on ne s'enuie jamais : expos, projections de fictions et de documentaires sur un écran géant, apéro-trocs, concerts. Ce café citoyen qui n’en a pas l’air réserve bien des surprises. A ne pas manquer : le Lady's Comedy Club, une scène ouverte une fois par semaine aux drôles de dames.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Le Réservoir

Il y a quinze ans, Marie Devivo tombe sous le charme d'une forge délabrée de 400 m2 près de Bastille et crée le Réservoir. Une belle salle de dîner-concert où on se délecte de soul, jazz, latino, rock ou chanson française. Tous les ans, le Festival Génération Réservoir laisse la scène aux jeunes talents. L'étonnante décoration du Réservoir – du velours, des tapis orientaux et des fausses peaux de bêtes – est le travail d'un groupe d'artistes qui a contribué à monter le projet. Pour dîner, danser, ou simplement boire un verre (l'entrée est gratuite), le Réservoir est très agréable. Tous les samedis et dimanches les habitués se donnent rendez-vous au « jazz-brunch » : un buffet copieux à volonté accompagné par un live musical qui met de bonne humeur. Un vrai bonheur et un grand succès… donc à réserver impérativement. Regardez le programme sur le site web car il n’y a pas de concert tous les soirs, et le prix d’entrée varie beaucoup selon les artistes.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Café la Cigale

Le Café de la Cigale, petit frère de la salle de concert mythique voisine, est un nouveau  repaire arty sur le boulevard de Pigalle, peu habitué à voir s'ouvrir des bars trendy au milieu des sex shops. Philippe Starck et Thierry Costes se sont associés pour ouvrir ce bar-restaurant rock, chic ultra-moderne et très surprenant. Dans un volume post-industriel de béton cité, Starck a choisi d’installer de petites tables sous un vaste plafond. Sur les murs gris, les événements de l’actualité musicale et le programme de la Cigale est écrit à la craie, et des artistes investiront aussi le lieu (même le dos des chaises !) pour laisser une trace de leur passage ici. L’Américain Phil Frost est le premier à installer ses drôles de têtes de totem colorées qui nous sourient de toutes leurs dents. Un long bar de bois et de verre s’enfonce jusqu’à une petite scène destinée à des groupes underground ou des mini-live surprises, retransmis sur un écran plasma géant. Le graphiste et DJ Uncle O (connu pour ses compilations Shaolin Soul et ses soirées Toxic), a apporté sa touche personnelle, concevant des logos et une selection musicale puisée dans le meilleur du garage, alternative, punk et lo-fi. L’empreinte Costes se retrouve dans la carte du restaurant et dans le service à l’ancienne qui ne rompt pas avec les traditions. Le chef étoilé Jean-François Piège a « jeté un œil » sur la carte qui intègre quelques plats à l’américaine aux recettes de brasserie classique. Côté boissons, les cocktails fruités tels que « l’amour » (vodka, sureau, jus de pomme et fruits rouges) sont servis en shaker individuel pour que l’on puisse les savourer jusqu’à la dernière goutte. La terrasse extérieure est un nouveau spot pour profiter du soleil sur le boulevard, elle est prise d’ailleurs d’assaut même en hiver car elle est chauffée.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Les Cascades

Le bistrot littéraire Les Cascades est une perle cachée sur les hauteurs de Belleville, sur la charmante petite place Henri Krasucki. Le dada des habitués ce sont les livres, et ici il y en a partout. On en trouve dans une bibliothèque à disposition des habitués, des lectures théâtrales de tous horizons y sont organisées, des ateliers d’écriture et de théâtre, des spectacles de poésie, soirées slam, projection de courts métrages et de documentaires... Les Cascades, c'est aussi un café citoyen avec des débats de société où chacun est libre de prendre la parole. L’ambiance est bon enfant, on profite de l’animation, on lève le nez pour contempler l’expo temporaire aux murs, on assiste à un petit concert de temps et temps, on boit un coup et on casse la croûte pour quelques euros. En été on se laisse tenter par des salades fraîches comme la délicieuse composition carottes râpées, pomme, crevettes, gingembre, coriandre à 8 euros. L’hiver on se réchauffe à l'intérieur avec une soupe égyptienne étonnante (lentilles roses, vermicelle, tomate, oignon, ail, coriandre) à 4 euros.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

La Fusée

Dans ce coin de Beaubourg où peu de bars sont avenants, la Fusée attire les jeunes par son ambiance chaleureuse, sa petite terrasse agréable et ses prix raisonnables pour le quartier. Des guirlandes colorées suspendues s’accordent bien avec l’ambiance de guinguette qu’on y trouve le dimanche lors de concerts live de jazz manouche, swing ou chanson française. A l’intérieur, cet ancien café littéraire a gardé une déco décalée de vieilles affiches kitsch. On se croirait dans un café du marché avec l’interminable flux de gens qui se faufilent comme des fourmis, le brouhaha général qui s’élève au dessus des tables et les serveuses qui crient les commandes en faisant des acrobaties pour livrer les verres. Des lots de saucissons accrochés en haut du bar sont généreusement coupés à la commande. On peut les honorer avec un pichet ou une bouteille de rouge choisie parmi une vaste carte. Sur fond de musique culte (Beatles, Pink Floyd, Johnny Cash, etc.), on discute avec ses amis et ses voisins car la promiscuité des tables rend la conversation naturelle.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Musique

Sunset/Sunside

Le Sunset/Sunside est le premier des clubs jazz à s’installer sur la rue des Lombards, suivi par le Duc des Lombards et le Baiser Salé, les membres fondateurs de l’identité jazzy du quartier. Ensemble, ces bars forment un trio de tonnerre, ou plutôt un quartet, car Le Sunset/Le Sunside a une double personnalité. Pile ou face : deux concerts sont proposés par soir dans deux salles avec deux styles distincts. Quand le soleil se couche, c’est le jazz qui rayonne. Le Sunset se consacre au jazz fusion, électro-jazz et musiques du monde dans la cave voûtée qui a vu nombre de lancements d’albums. Coté face, on peut opter pour le jazz acoustique ou classique du Sunside qui se trouve dans l’ancien restaurant du rez-de-chaussée.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Les Pères Populaires

Vous vous rappelez le foyer des jeunes de votre adolescence avec un baby-foot, des jeux de société et des vieux bouquins ? Ne cherchez plus, il a été récréé ici, aux Pères Populaires, pour combler tous les nostalgiques des années lycée. Ce bar, l’un des moins chers de la capitale, est une cantine de quartier avec des tables qui collent aux manches et une odeur de bière tenace, témoignage de soirées follement arrosées. La déco est un mélange incohérent de meubles de récup’, de mobilier de classe, de porte-manteaux et papier peint défraîchis. On s’assoit (mal) sur des chaises ou sur un vieux canapé déglingué, on commande des pichets de bière ou un rhum arrangé et une planche de charcuterie-fromage à prix microscopique (5 à 8 euros). La journée, l’endroit est calme, paisible et lumineux grâce à une grande baie vitrée, drainant les étudiants du coin avec son accès wifi gratuit. Le soir, le bar est souvent plein, surtout à l’heure des concerts les vendredis à 20h, de groupes locaux plutôt jazz ou chanson française. Une adresse franchouillarde très recommandable.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Le Baroc'

Le Baroc’, c’est chic et pas cher. Comme son nom le laisse entendre, ce café-concert – restaurant est décoré de voluptueux tourbillons de rouges baroques : velours capitonnés, papiers peints coquelicot, banquettes en cuir, etc. Les lampes suspendues et son bar zébré lui donnent un côté branché. Au Baroc’, on peut débouler sans réserver et grignoter des tapas entre amis sans se ruiner tout en écoutant un concert live programmé chaque soir. L’entrée est gratuite et selon le jour, des groupes jazz, klezmer, swing ou de chansons françaises se produisent sur la petite scène. Le mardi et jeudi, elle est ouverte aux musiciens du quartier. La carte propose d’excellents tapas (pinchos, calamares, croquetas, patatas aïoli) pas trop chers (10,5 euros les 4), des planches de jambon ibérique, du fromage manchezo, de plus classiques paellas et de bourratives brochettes de viande et pommes de terre (entre 10 et 15 euros).

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Sof's bar

Aucune dénomination sur la devanture : le Sof’s bar ne dit pas son nom, manière de montrer que chaque client peut se l’approprier. C’est aussi une façon de rester discret dans un quartier, Montorgueuil, où l’apparence un peu snob des passants et des vitrines peut agacer. Sof, c’est Sofiane, jeune patron qui fait le pied de grue dans la petite rue piétonne et appâte le chaland grâce à un bagout sans égal. Le jeune homme a rénové l’ancien troquet de son père en lui donnant un éclat rajeuni, puisque pierres de taille apparentes, briques rouges et rideaux viennent apporter une touche cosy que les habitués apprécient. Un repaire de connaisseurs et d'habitants du coin donc, mais qui ouvre volontiers ses portes aux étrangers de passage, souvent séduits par la personnalité de Sof, le fumoir dans le fond de la salle, la sélection musicale affûtée et… l’écran géant qui diffuse du foot les soirs de grand match et de compétitions internationales. On s’étonne alors de voir un FC Barcelone – AC Milan dans un lieu pareil, une opportunité à ne pas laisser passer.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Musique

Caveau des Oubliettes

La scène des Oubliettes se trouve dans un cachot médiéval, les instruments de torture et même une guillotine y ont été oubliés… Heureusement que d’autres instruments – plus gais ceux-là – jouent du jazz décliné sous toutes les formes de "black music" : soul jazz, jazz funk, afro jazz, soul funk... dans les catacombes. Le mercredi c’est la jam Soul Connexion, le jeudi jam funk, et le dimanche on se ralentit un peu pour une jam blues : le tout en entrée libre. Les formations de jazz modernes entraînantes et frénétiques occupent la scène le week-end quand le bar reste ouvert jusqu’à 4h du matin, réunissant le public varié du Quartier latin. Dans sont cadre moyenâgeux, ce petit caveau est bien chaleureux et les scènes ouvertes réservent de belles surprises.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Caveau de la Huchette

Ce caveau qui abritait autrefois un tribunal, sa prison et une salle d’exécution fait un pied de nez à son passé en faisant swinguer la joie de vivre. Plus de 60 ans de musique et cette cave à jazz ouvert tous les soirs n’est pas prête de ralentir le tempo. Depuis 1946, les grands représentants du genre ont fait vibrer les anciennes pierres de la cave voûtée avec du blues, du swing et du be-bop. Les incontournables comme Memphis Slim, Art Blakey, Lionel Hampton et même Sacha Distel se sont produit au Caveau de la Huchette. La tradition perdure aujourd’hui avec des big bands, groupes ou solistes contemporains. Assis sur les banquettes ou accoudé au bar, un public bigarré regardent la scène les habitués qui dansent le boogie-woogie à l’ancienne. Les concerts du weekend sont suivis par des soirées rythmées de soul, rock et disco jusqu’à l’aube (entrée gratuite après 2h).

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Pili Pili

Les mots du proprio: 18 juin 20h Soirée David Lynch vs. Jim Jarmusch!Projection de (re)découvertes de l'univers musicale de ces deux réalisateurs incontournables

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Péniche Antipode

En 2002, la compagnie de théâtre Abricadabra transforme cette péniche amarrée sur le canal de l'Ourcq en café flottant. Elle organise des spectacles pour les petits la journée et des pièces de théâtre ou des concerts le soir pour les plus grands. Dans ce bateau enchanteur, de jeunes compagnies jouent des spectacles pour amuser et éveiller les 3-8 ans : projections, mimes, chansons, comédies, marionnettes, théâtre d’ombre, etc. Les mercredis à l’Antipode sont drôles pour les enfants et reposants pour les parents à qui les comédiens font des clins d’œil appuyés dans leurs spectacles. Le soir, l’Antipode alterne concerts de jazz manouche, chanson, rock, reggae, blues ou funk avec des soirées d’improvisation et de sketches. Des DJs viennent quelquefois poser du son roots, dub, électro ou breakbeat. La buvette est bien fournie mais ici, vous ne trouverez pas de coca ! Les produits sont artisanaux et issus du commerce équitable.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Mange Disc

Avec le Marché aux Puces, vous avez désormais une seconde raison de vous déplacer jusqu’à Montreuil : un délicieux bar de quartier s’y est ouvert il y a peu. On s’y rend pour profiter de la terrasse au soleil, mais surtout pour l’ambiance rock’n’roll désuète et charmante, digne du revival rockab’ des années 80. Sur le comptoir, un pick-up diffuse du doo-wop, du teenage rock et du rhythm’n’blues de bon aloi, pendant que le patron à la banane gominée vous interpelle chaleureusement : « Qu’est-ce que je te sers, mon p’tit loup ? » La question est rituelle et engageante. Pour pas cher, vous dégusterez des bières originales (Rince-cochon ou Montreuilloise par exemple), mais soyez vigilants car le degré d’alcool élevé de ces boissons peut vite vous enivrer. C’est donc probablement un peu saouls que vous pourrez défier les professionnels du baby-foot qui fréquentent le bar et rivalisent de prouesses pour vous mettre "fanny". Des expos y sont organisées et certains soirs des concerts et des DJs sets animent le quartier, même si le voisinage ne semble pas toujours réceptif à ce type de soirées… Qu’à cela ne tienne, au Mange Disc, tout est propice aux discussions et aux rencontres sympathiques, un bien suffisamment rare pour être souligné.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Péniche El Alamein

Ah Paris ! Les bords de seine, le clapotis de l’eau… Un tableau de carte postale ? Juste le panorama qu’offre la Péniche El Alamein à ses visiteurs. Amarrée près de la Bibliothèque nationale de France (BNF) dans un quartier moderne et excentré, cette charmante péniche violette offre un vrai bol d’air pur et de détente. Sur la terrasse, un café est aménagé en été au milieu de plantes : vous savez désormais où prendre vos bains de soleil ! Mais ce bateau en a aussi dans le ventre. La calle est une superbe salle de concert avec une décoration ethnique. La programmation est très éclectique : du jazz à la chanson française en passant par du rock et des spectacles mêlant performances et musique. N’hésitez pas à y faire une escale pour vous reposer du stress parisien.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Le Gambetta

Ce bar est loin de tout, sauf peut-être de la Flèche d’Or, mais au Gambetta souffle un vent de liberté qui vaut le déplacement, surtout qu'il ferme à 5h. Dans cette grande salle un peu destroy aux canapés déglingués et au mini dancefloor, l’ambiance est roots. Le son qui domine ici est le reggae dancehall ; en concert acoustique ou mixé sur les platines, ces riddim font du bien aux oreilles quand on en a marre d’écouter de l’électro partout. On se croirait plus dans un bar antillais qu’à Paris. Le Gambetta est un bar énergique qui a le mérite de programmer des concerts du mercredi au samedi et des DJs tous les soirs, tout en ouvrant sa programmation à divers styles musicaux. On peut y voir des concerts de folk, blues, percus, musique afro... C’est très vert-jaune-rouge et ça fleure bon le soleil. En plus Jo, le boss, est adorable.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Bouillon Belge

Dans ce bar à bières ouvert depuis près d'un an, on ne sert pas que du divin breuvage d’outre-Quiévrain. Les clients doivent prendre le temps de choisir parmi une centaine de bières en bouteille ou opter pour l’une des dix pressions à la carte. Fruitée, sèche, légère, forte, blonde, ambrée, brune… tous les goûts sont permis parmi un choix de bières internationales. Les brasseurs belges y sont évidemment bien représentés. La jeune équipe se montre très enthousiaste lorsqu’il s’agit de partager sa passion pour la « liqueur ». Les petits prix – toutes les pressions sont à 3,50 euros maximum – et les animations sont au rendez-vous. Des quizz et des soirées « découvertes » sont organisés lorsque des brasseries sont invitées à faire déguster leur produits. Comment accompagner ces bières ? Avec un bon cornet de frites comme au plat pays ! Avec tout le savoir-faire belge historique, elles sont intelligemment servies sur un support pour laisser les mains s’occuper de la pinte. D’autres snacks et plats sont proposés comme la consistante carbonade flamande (du bœuf cuit avec de la bière et du pain d’épice), des salades composées, les burgers ou les pâtes. On pourrait croire que la cave est pleine à craquer des nombreux fûts de réserve mais grâce à un ingénieux système, le sous-sol reste libre pour accueillir des concerts de chanson française, folk, rock ou pop.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

Café Laurent

Il existe peu de cafés si ancrés dans l’histoire musicale et littéraire que le Café Laurent. Ainsi nommé par François Laurent qui a ouvert les lieux en 1690. Plusieurs générations de personnalités des plus influentes ont posé leurs coudes sur ce comptoir. Au siècle des Lumières, Fontenelle, Voltaire et Rousseau venaient ici découvrir de « l’eau de café » ou les thés des Indes. Le lieu se fit vite remarquer pour sa clientèle d’intellectuels distingués. Au XXe siècle, la Nouvelle Vague donna un visage musical et philosophique au Café Laurent. Puis vint l’après-guerre, le jazz faisait fureur et les avant-gardistes se déchaînaient sur l’existentialisme. Le Café Laurent fut rebaptisé le Café Tabou et comptait parmi ses habitués Sartre, Queneau, Camus et Mauriac qui en firent leur QG. Boris Vian y jouait au milieu d’autres artistes décalés. Aujourd’hui, le café est fréquenté par la clientèle chic du quartier. Niché au rez-de-chaussée de l’hôtel de luxe l’Aubusson, l’établissement propose des concerts de jazz pour happy few du mercredi au samedi. Sièges capitonnés, rideaux somptueux, piano à queue, l’élégance du lieu sied à merveille à la carte : on peut y siroter un Manhattan ou un whisky Macallen 18 ans d’âge. L’entrée est libre mais apprêtez-vous à craquer votre portefeuille pour consommer.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 114

Ce n’est pas parce qu’il existe déjà trente-six bars rock à Oberkampf qu’il ne faut pas se réjouir d’en voir apparaître un nouveau. Ouvert en partenariat avec Puma Social, mais aussi en association avec le récent magazine Plugged, le 114 arbore fièrement sa devise en devanture : « C’est comme chez toi, mais en mieux. » Des fauteuils moelleux et de larges canapés viennent appuyer cette affirmation, même si l’atmosphère n’est pas forcément aussi chaleureuse que l’accroche le prétend. En revanche, on ne peut que saluer l’idée qu’ont eue les créateurs d’inviter des groupes à se produire gratuitement sur la petite scène du bar. La programmation démontre un bon goût certain en matière de rock et de pop, et la sélection à l’entrée se fait en fonction d’une méthode éprouvée ; le premier arrivé est le premier servi. Niveau prix, on dépasse légèrement les standards du quartier, mais pas de quoi crier au scandale. Reste au 114 à se créer une véritable identité, en dehors de toute stratégie commerciale, ce qui devrait être juste une question de temps.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Chez Adel

Le patron Adel est un sacré personnage dans le cercle des cafés à chansons parisiens, et de nombreux  admirateurs se retrouvent dans sa tanière kitsch aux guirlandes lumineuses, remplie d’un bric-à-brac d’objets franco-syriens. Des musiciens viennent à l’improviste animer le bar avec de la chanson française, du jazz manouche, folk et musiques du monde – tout dépend de qui se présente le soir même. Peu importe l'heure, peu importe le jour, la musique est toujours présente dans ce petit bar ! Des groupes d’amis papotent avec des figures du quartier autour du bar, un rhum arrangé au gingembre à la main – la spécialité de la maison qui connaît un grand succès. Adel sert aussi des plats traditionnels français ou syriens comme une délicieuse soupe aux lentilles à 4 euros et une bière artisanale prix doux. A l'extérieur, une petit terrasse offre quelques tables au soleil l'après-midi.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

La Gouttière

Kamel et Barth ont aménagé ici un coin de Sud, à deux pas de la rue Oberkampf. Grâce à ce duo toujours de bonne humeur, l’ambiance est décontractée, on finit souvent par pousser les tables pour danser sur n’importe quoi dans une atmosphère très festive, surtout le week-end. On peut y manger une cuisine kabyle délicieusement préparée à partir de recettes de famille (couscous, tagine, bricks...), mais aussi des plats français et des salades qui sont bons et peu chers. Le concept du café en lui-même est intéressant : il organise des expos, pièces de théâtre, concerts et des tournois de tarot et de belote couinche marseillaise. Le grand rendez-vous des habitués est le bal du premier samedi de chaque mois, où un trio guitare-basse-chant reprend des hits qui groovent, de Michael Jackson à Beyoncé.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Vieux Léon

Autour des Halles, on ne peut pas dire que les bars donnent une furieuse envie de s’arrêter boire un verre. Souvent peu accueillants, coincés entre deux kebabs, froids et fréquentés par les consommateurs du forum, ils invitent le badaud à passer son chemin sans demander son reste. Mais c’est compter sans le Vieux Léon, petit bar de quartier sympathique qui vous tend ses bras pleins de pintes bon marché, de planches de charcuterie et de concerts gratuits. Mieux, le bar accueille également un blindtest hebdomadaire avec une bouteille de champagne offerte au mélomane le plus averti. Attention, celui qui gagne doit organiser le blindtest suivant, en prenant soin de trouver des questions bonus un brin tatillonnes. L’hiver, les batailles acharnées autour de l’auteur original d’une reprise ou du film d’où provient une chanson permettent de se réchauffer, tandis qu’en été la terrasse offre un coin de soleil réparateur.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Limonaire

Au Limonaire, on engloutit des plats de cuisine française traditionnelle, on lampe quelques verres de vin, et hop, on est prêt pour le concert. Dans ce bistrot à chanson, le bourdonnement de la causerie entre amis autour de la table s’éteint à 22h quand le public donne toute son attention aux envolées lyriques des auteurs-compositeurs sur scène. Le ventre plein, on nourrit ses oreilles de chansons, poésies et musiques interprétées par des artistes qui aiment partager leur univers. La formule fait de ce petit cabaret l’endroit idéal pour découvrir la chanson française autrement. En plus, on ne casse pas sa tirelire pour psser du bon temps : les prix sont raisonnables. L’entrée étant libre, une contribution pour les artistes est à prévoir. Les aficionados du Limonaire sont nombreux, alors la réservation est conseillée !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

MKP Opéra

Quand les bureaux du quartier se vident et que l’happy hour arrive, des cols blancs et tailleurs remplissent ce vaste bar moderne pour oublier le stress du boulot avec un bon mojito. Dès 20h, le volume de la sono monte. Le jeudi, des concerts live rock, funk, soul, blues, jazz ou latino chauffent l’ambiance. La nuit tombée, le bar prend une allure de club, les noctambules remplissent les lieux pour se défouler sur des DJ’s sets éclectiques, jusqu’à 2h en semaine et jusqu’à l’aube le week-end. Jamais à court d’animation, le MKP organise des soirées à thème (Lady’s Night, Pop 80, Soirée Féria, etc.), diffuse des matchs sur ses écrans plasma et propose un blind test tous les mercredis. Seul bémol, on se passerait bien des écrans allumés pendant les concerts.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Apérock Café

Bien placé juste à côté du Bataclan, l’Apérock Café est un bon endroit pour retrouver des amis avant le concert, ou pour attendre que la queue diminue le temps d’une mousse. Il accueille beaucoup d’habitués ainsi que des badauds séduits par sa terrasse et ses petits prix. A l’intérieur, la musique pop-rock est déclinée en live – des groupes sont programmés régulièrement – et en « rocktails ». Des cocktails créatifs comme le « John Lemon » (rhum blanc, liqueur de pêche, citron, grenadine et coca) ou le « Pink Fluyd » (tequila, citron et jus de fraise). Parmi les vinyles et les pochettes qui recouvrent les murs se trouvent d’autres objets inattendus comme une planche de surf et une guitare suspendue. La décoration encourage l’esprit de fête que sème l’équipe de l’Apérock. Les drapeaux internationaux accrochés témoignent du démon sportif qui habite les lieux. Les jours de match, il est plein à craquer de supporters en maillot, prêt à se serrer contre leurs voisins pour suivre leur équipe sur un écran géant déroulé pour l’occasion. De temps en temps, de petites formations acoustiques donnent des concerts rock, pop ou folk. D’occasionnels tournois de belote ou de simple blind test peuvent aussi s’organiser. Petit bémol : n’attendez pas que le serveur passe, il faut commander au bar.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Sentier des Halles

Il faut beaucoup d’imagination et de créativité pour transformer une petite cave désaffectée en club cabaret comique et musical. Mais comme l’équipe du Sentier des Halles (LSDH) semble posséder ces atouts en abondance, cette petite salle s’est fait une grande renommée pour sa programmation dense de concerts et d’humoristes. Les spectacles passent en première partie de la soirée : les artistes résidents comme ceux de passage se produisent en one man/woman show.  À 22h c’est l’heure du concert. Pop, rock, soul, chanson, variété, jazz : une belle sélection de musiciens français défile sur la scène. Depuis son rachat pr l’Olympia il y a deux ans, le LSDH a été rénové et doté d’une technique sophistiquée et d’un bar convivial à l’étage où on peut souvent trinquer avec les artistes.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinémas

L'Entrepôt

Dans le désert culturel du 14e arrondissement, l’Entrepôt est une véritable arche de Noé musicale et cinématographique. Une oasis qui draine une faune hétéroclite d’habitués : quelques bobos parisiens et autres cinéphiles du quartier attirés tantôt par le bar-restaurant et son luxurieux jardin, tantôt par la programmation exigeante des trois petites salles coincées au sommet de quelques marches d’escaliers. Concerts, lectures, expositions… L’atmosphère décontractée et le joyeux programme attirent chaque soir côté Pernety de nombreux Parisiens. Une salle née en 1971 sous l’impulsion de Frédéric Mitterrand, et qui n’oublie pas ses jeunes spectateurs. Mercredis et samedis sont ainsi dédiés au cycle « Ecran animé » pour découvrir en douceur toutes les facettes du septième art et ceci bien sûr autour d’un petit goûter.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus

La Cantine de Belleville

On vient ici pour ripailler sans vergogne, pour trinquer sans pudeur. On s’installe dehors sur la terrasse chauffée, à l’intérieur, ou dans la salle de derrière pour écouter un des nombreux concerts organisés ici. On commande à boire, puis on choisit sur l’ardoise un plat pour 10 euros, ou une formule complète, avec entrée et plat pour 15 euros. Ce bar-resto-concert porte son nom à merveille. Au 108 du boulevard Belleville, on mange bien et à sa faim, au milieu des éclats de rire et sous l’œil bienveillant des serveurs. Les viandes sont très bonnes : cœur de rumsteck, bavette, faux-filet, avec sauce et pommes de terre sautées, il y a là largement de quoi nourrir son homme. Le reste de la carte est tout aussi satisfaisant et on y trouve facilement son bonheur : boudin noir aux deux pommes, andouillette, tartare de saumon ou de bœuf, cheeseburger et bon choix de salade. Le vin est abordable et il faudra vraiment avoir été désagréable pour repartir sans la tournée du patron. La Cantine de Belleville fait donc partie de ces établissements simple et chaleureux, auxquels on ne demande pas d’être impeccable (le charme du lieu en prendrait sûrement un coup, d'ailleurs), des endroits que l’on quitte seulement pour mieux revenir.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Saraaba

Se balader dans le quartier de la Goutte d’Or, c’est l’occasion de découvrir la diversité des cultures africaines qui y cohabitent à travers ses épiceries exotiques et ses marchés improvisés. Au cœur de ce micro-continent, le Saraaba est un bar musical militant qui soutient la promotion des cultures du monde et du métissage par la musique, l’art et le cinéma. Sénégalais, le patron programme des concerts réguliers qui mettent à l’honneur les talents et les traditions de la diaspora africaine à Paris mais aussi d’autres musiques du monde. On y découvre des virtuoses de la kora, des chanteurs mandingues, des musiciens qui fusionnent mbalax, jazz, funk, salsa et reggae. Une jam session est à découvrir chaque mardi à 21h30. Les murs du Saraaba exposent des artistes inspirés par la question de l’identité culturelle comme la peintre franco-marocaine Anita Ben Mohammed ou l’artiste japano-brésilienne Julia Keiko. Véritable agitateur culturel du quartier, ce bar projette des documentaires et des films d’auteurs le mercredi ainsi que des lectures de contes ou encore des débats autour des cultures internationales. Il propose aussi des ateliers. De 19h à 20h30, prenez un cours de darbouka le mardi, de djembé le mercredi ou de théâtre le jeudi (également le samedi de 15h à 16h30). Véritable centre communautaire, le Saraaba propose des bières africaines et asiatiques et des plats exotiques délicieux et peu chers. Une véritable bonne adresse pour découvrir des mets aussi fous que le jambalaya (Louisiane), le yassa et le thiebou dieune (Sénégal), le bobotie (Afrique du Sud), le mafé (Mali), le matapa (Mozambique) et bien d’autres surprises gustatives. Bon voyage au pays des mille saveurs !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Café des Sports

Le décor de ce bar n’a rien d’exceptionnel, mais on vient ici pour sa programmation musicale et ses bières pas chères. Vitaminé, le patron connait un tas de DJ et de groupes locaux talentueux : électro-dub, pop, chanson française, dub, rock, soul, funk, etc. Il propose un live différent chaque soir, toujours de qualité. C’est l’étape idéale sur la route de la Bellevilloise ou de la Maroquinerie. L’ambiance est décontractée dans ce bar fréquenté par des habitués et des fêtards de passage. Avec les beaux jours, on profite de la terrasse extérieure pour casser la croûte dehors. On peut commander une bouteille de vin rouge avec une planche de charcuterie-fromage de qualité. Le Café des Sports est un petit bar qui sait divertir sa clientèle et contribue activement à faire bouger le quartier.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Guinness Tavern

Si vous aimez les riffs de guitares électriques et la puissance des grands classiques rock, venez rechargez vos batteries dans cette taverne irlandaise. Au bar, on a logiquement le choix d’une vaste sélection de pressions (Guinness, Kilkenny, cidre Strongbow). Oubliez cocktails et demis, ils vous vaudront une grimace des serveurs car la pinte est reine ! Un public hétéroclite et de tout âge se retrouve pour écouter les reprises live des chansons cultes qui ont un écho chez toutes les générations : U2, Aerosmith, AC/DC, The Clash, The Rolling Stones, etc. L’ambiance du pub outre-Manche a été minutieusement imitée sauf les prix : la pinte à partir de 8,5 euros ! En revanche, l’entrée est gratuite et les groupes jouent jusqu’à 5h du matin (service jusqu’à 6h). Les tarifs de nuit sont donc davantage justifiés. Un concept bien rodé et qui ne cesse d’attirer les foules. Le week-end, soyez prêt à la bousculade pour accéder au bar.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Le Kibélé

Planquée discrètement au sous-sol d’un restaurant turc, cette petite cave est un repère de nouveaux talents, des petits groupes d’horizons lointains de passage à Paris. Commandez un verre au bar du restaurant (il n’y en a pas en bas) et descendez dans l’intime salle voûté à la lumière tamisée pour choisir votre place et profiter de concerts acoustiques latino, klezmer, jazz ou chanson française. En début de semaine ou en première partie de soirée, des pièces de théâtre et des humoristes tentent leur chance sur la petite scène (vérifiez le programme sur le site Web). Ici on donne une contribution aux artistes à la fin des performances – n'oubliez pas de laisser des sous dans le chapeau en partant !

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

L'Angora

Ce bar fait figure de petit nouveau comparé aux rades qui jalonnent les rues du quartier de Bastille. Heureusement, la rénovation soignée a su conserver l’essentiel de ce café des années 30, mettant en valeur des formes Art déco et des moulures d’époque. Ouvert en 2009, il renoue avec la tradition du bar-concert et propose des spectacles acoustiques de chanson française, de folk, de jazz, de blues, de bossa ou de tango. Pour les amateurs, des scènes ouvertes laissent chacun exprimer son talent à sa guise. Dans la lueur des beaux bouquets de lampes globes règne une ambiance de quartier assez rare au milieu de l’effervescence touristique qui a dénaturé ce coin du XIe arrondissement. Mais c’est le plaisir des papilles qui vous retient à l’Angora jusqu’au dernier verre. La carte, élaborée par des cuisiniers franco-italiens, change tous les jours en fonction des arrivages du marché. Ils conservent tout de même quelques spécialités incontournables comme les profiteroles de chèvre chaud ou les œufs cocottes au foie gras. Un vrai délice ! A l’Angora, on trouve de la fraîcheur dans les assiettes et beaucoup de chaleur dans la musique : un plaisir que l’on aime partager entre amis.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Chapelle des Lombards

Le nom « Chapelle des Lombards » évoque davantage une crypte peuplée de barbares assoiffés de bières qu’un bar d’Antillais se déhanchant sur du zouk. Et pourtant ! Ce bar, au départ aménagé dans la véritable chapelle de la rue des Lombards puis transféré dans la populaire rue de Lappe à Bastille est une cellule de dégrisement pour Parisiens blafards, avec un son tropical caliente gorgé de soleil. On s'y déhanche sur du zouk, de la salsa, du kompas, de la calypso, du hip-hop, du dancehall, du r'n'b et les musiques du monde, atoujours ensoleillées ! Vous pouvez vous vautrez dans de confortables banquettes en sirotant rhum arrangé sorbet coco et divers cocktails tropicaux ou vous défouler sur le dancefloor de l’une des deux salles de cette discothèque ouverte jusqu'à 6h, où se tient un concert chaque vendredi à 20h30.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

No Problemo

Retiré des grands flux touristiques de Montmartre, dans une rue cachée au pied de la Basilique du Sacré-Cœur, le No Problemo est un petit bar avenant avec une petite terrasse de deux tables extérieures. La décoration semble avoir été choisie par le commandant Cousteau : lampes en forme de hublots, belle et grande hélice de bateau accrochée au mur et blason du « navire gastronomique » gravé sur les miroirs. Ce bistrot gastronomique compte dans sa clientèle quelques touristes égarés et beaucoup d’habitués conquis par ses plats fait maison délicieux, principalement des spécialités de la mer. A la carte, comptez environ 30 euros pour un repas de trois plats qui peut inclure une poêlée de sèches au chorizo, un rouget au curry surprenant, de succulentes ravioles au roquefort ou un gratin dauphinois. Le midi, la formule soupe, bruschetta et tarte tatin à 13 euros est un déjeuner léger mais roboratif. Les salades y sont délicieuses. Chaque jeudi, « les Blondes » débarquent pour livrer une interprétation originale de chansons classiques autour du piano. Ces rendez-vous acoustiques connaissant un grand succès, arrivez tôt si vous voulez trouver une table.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Guinness Tavern

Si vous aimez les riffs de guitares électriques et la puissance des grands classiques rock, venez rechargez vos batteries dans cette taverne irlandaise. Au bar, on a logiquement le choix d’une vaste sélection de pressions (Guinness, Kilkenny, cidre Strongbow). Oubliez cocktails et demis, ils vous vaudront une grimace des serveurs car la pinte est reine ! Un public hétéroclite et de tout âge se retrouve pour écouter les reprises live des chansons cultes qui ont un écho chez toutes les générations : U2, Aerosmith, AC/DC, The Clash, The Rolling Stones, etc. L’ambiance du pub outre-Manche a été minutieusement imitée sauf les prix : la pinte à partir de 8,5 euros ! En revanche, l’entrée est gratuite et les groupes jouent jusqu’à 5h du matin (service jusqu’à 6h). Les tarifs de nuit sont donc davantage justifiés. Un concept bien rodé et qui ne cesse d’attirer les foules. Le week-end, soyez prêt à la bousculade pour accéder au bar.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Chez Gudule

Ce bar près de Colonel Fabien est un repère à l'ancienne sympa, avec sa devanture bordeaux tout en bois qui s'étale sur un angle de rue. Le trottoir est assez large pour caser des tables en extérieur tout le long, et quand il n’y a plus de place à l’heure de l’apéro c’est debout sur le trottoir qu’on discute avec ses amis. Le prix des consommations reste raisonnable, tout comme celui des plats. Le midi comme le soir, la salle est pleine d’habitués, et l'on peut assister à l’étage à des concerts acoustiques et divers spectacles de café-théâtre. Spectacles de magie, Gudulerie (scène ouverte humoristique), les soirées programmées ici attirent un public plus âgé (mais tout aussi bobo) que dans les bars aux alentours. Chaque samedi, l'étage est réservé aux danseurs de salsa, alors que le rez-de-chaussée accueille kizomba et bachata - l’entrée est à 7 euros et comprend une heure de cours de 20h à 21h avec Jay et Lilia.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Jazzcartoon

Après 18 ans deb ons et loyaux services au Petit Journal Montparnasse, le restaurateur toqué de jazz Philippe Fèvre décide d'ouvrir son propre restaurant dans la rue Montmartre. Dans cet endroit calme un brin suranné, il propose une carte classique et honnête, sans coquetterie. Midi ou soir, la carte ne change pas. On y retrouve un cake tiède et une terrine de campagne parmi les entrées, l’incontournable confit de canard ou une solide bavette à l’échalote en plat (menu + concert 35 euros ou 15 euros l’entrée sans dîner mais avec conso). Mais ce sont les concerts jazz en sous-sol qui distinguent ce lieu des autres restaurants. Connaisseur du genre et connu dans le milieu, Monsieur Fèvre invite des musiciens pointus à partager des live de be-bop, de bossa, et de blues, du jazz vocal ou du swing, du jeudi au samedi après le dîner. Sympathique, le patron apporte beaucoup de soin au service. Une touche personnelle qui ne manque pas de charme.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Caveau des Légendes

Descendre la rue Jacob, c’est comme remonter le temps. Dans cette petite rue historique occupée par des hôtels de luxe discrets et des librairies au charme d’antan, on trouve le Caveau des Légendes. Cette cachette discrète attire des invités prestigieux comme René Urtreger ou Peter King, qui représentent le jazz des années 1950 à nos jours. Une armure de chevalier vous accueille à la porte et déjà, on se sent emporté par la légende fantastique qui hante les lieux. En bas des escaliers, derrière la lourde porte en chêne, on arrive dans une taverne médiévale éclairée par les lustres en fer qui pendent du plafond voûté et des candélabres accrochés aux murs en pierre. On se croirait dans les douves d’un château. L’ambiance est parfaite pour les soirées voyance du mercredi. On frissonne alors dans un face-à-face avec les cartes de tarot de Marseille pour avoir un aperçu de son avenir. Un piano quart-de-queue qui se niche dans une alcôve est emprunté par les musiciens lors des soirées musicales ou cabaret. L’espace se prête également à des pièces de théâtre. N’hésitez pas à consulter leur programmation pour en savoir plus.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Klub

Ce mini-club est l’endroit que vous cherchez pour voir des groupes heavy alternatif et expérimentaux en live et des DJ’s durs et dark. Du rez-de-chaussée au sous-sol, vous sont servies des doubles portions de sons métal, rock, punk, goth, cold wave, électroclash, emo, folk, garage dubstep ou techno jusqu’à l’aube. Les codes musicaux et vestimentaires sont ouverts. On y croise une faune sympa et libre de tout conformisme social avec des tatouages et des piercings partout. Partie prenante dans l’atmosphère et la musique, l’équipe veille sur les groupes et la qualité du son avec bonne humeur. La décoration est plutôt minimale : pierres brutes, un peu d’acier industriel aux clous à grosse tête et quelques banquettes. Mais c’est la musique qui nous intéresse !

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

La Taverne de Cluny

Tout près de Saint-Michel, ce pub british à la french sauce est un repaire d’étudiants français et internationaux. Cosy et festif, le lieu programme sur sa petite scène des musiciens de jazz manouche et des groupes plutôt branchés par des reprises pop et rock. Chaque mardi et mercredi, les jams donnent à chacun sa chance de briller. Au bar, les connaisseurs de bières seront ravis. On y propose des bières belges en bouteille (Gueuze belle-vue, Kriek, Chimay, Trappiste d'Orval, Trappiste de Rochefort, Duvel) et de célèbres pressions (Guinness, Carlsberg, Leffe, blanche, Desperados). Pour un casse-croûte bourratif, la Taverne propose sandwichs, croque-monsieur, cheeseburgers et entrecôtes à toute heure de la journée, ou des salades pour ceux qui ont peur des calories.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Autour de Midi... et Minuit

Un petit lieu qui rend hommage à l’esprit libre des artistes de Montmartre, les concerts de jazz ici font oublier les néons qui ont envahi les rues alentour. Les bœufs du mardi et les jams du mercredi sont gratuits ; une bonne initiative pour y découvrir des musiciens amateurs qui se donnent pour renvoyer la balle aux formations plus confirmées qui jouent le week-end. La salle voûtée nous plonge dans le vieux Paris avec les portraits des légendes du be-bop et swing, qui nous sourient du haut du bar habillé de carreaux de métro. A l’étage sont servis des bons vieux plats bien français : le cuisinier Jean-Louis privilégie les recettes à l’ancienne comme le pied de porc, les escargots ou une bonne tête de veau. Miam !

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus

Le Fleurus

Le Fleurus est l’un des rares cafés restaurants perdus au fond du 14e qui propose un peu d’animation le soir venu. Sa déco n’a rien d’exceptionnelle, mais les habitués du quartier et les étudiants de la Cité U voisine s’y retrouvent pour prendre un verre, dîner et fuir leur télévision. Quasiment tous les soirs, on peut donner un bon coup de fourchette dans un steak-pomme de terre en écoutant des groupe live de rock, jazz, folk, chanson française, électro, et surtout musique du monde. Tous les vendredis, la soirée karaoké est un grand rendez-vous du quartier. Des soirées à thème sont organisées (jam session, soirée halloween, etc.). Le Fleurus offre une bouteille de champagne à celui qui fête son anniversaire avec six personnes.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

La Divette de Montmartre

Ce bar-tabac d’un autre temps en plein Montmartre rappelle les bistrots des années 1970 un peu beatniks et surtout rock, avec son babyfoot, ses autocollants qui n’ont pas bougé, ses macarons des Beatles et sa collection de vinyles étalée sur les murs du sol au plafond. La Divette est tenue par Serge, une figure charismatique du quartier très « ours grognon », dont raffolent les habitués. D’ailleurs en grattant un peu, il est sympa. Son rade n’attire pas non plus que les nostalgiques de cette époque révolue, mais aussi tous les amateurs de rock, car des petits groupes se produisent sur la scène du bar tous les vendredis. Sur le comptoir on ramasse des magazines culturels et musicaux, en terrasse on profite des quelques tables et chaises colorées pour boire un verre à l’extérieur.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Clubbing

L'OPA

L’avantage de l’OPA, c’est qu’il ferme tard. En plus l’entrée est gratuite, les consos raisonnables et le dancefloor toujours chaud. Le seul obstacle possible reste le vigile si vous êtes mal habillé. La déco de ce loft change du bistrot français branchouille : mur de briques à la new-yorkaise, projections sur le mur pendant les soirées clubbing et flash lights à gogo. A l’étage vous trouverez un second bar, des banquettes design, un petit dancefloor et un fumoir exigu. Du mercredi au samedi, des groupes parisiens rock, folk, indé, punk, pop déchaînent une assemblée de jeunes au look BB Brunes à la mèche rebelle. Puis des DJ house, techno ou minimale investissent les platines, attirant les clubbers de Bastille en mal d’after jusqu'à l'aube. Certains soirs vous tomberez sur des sets hip-hop, funk, soul.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Le Marfil

Situé juste à l’écart des grandes avenues des beaux quartiers du Triangle d’or près de l’Arc de Triomphe, le Marfil est un restaurant sophistiqué qui allie le raffinement du jazz à celui de la gastronomie. Nappes blanches, chaises en cuir et couleurs neutres se combinent dans une ambiance feutrée qui rappelle celle d’un restaurant d’hôtel. A la carte dite « semi gastronomique », on retrouve une farandole de nobles ingrédients comme des gambas au coulis rouge ou un magret de canard rôti aux épices et aux figues. La spécialité de la maison est le poisson, servi entier et vierge, avec un soupçon d’huile et de fenouil. Cet orchestre de saveurs s’harmonise avec un jazz plutôt easy listenning joué par des musiciens qui reprennent de grands standards au cours des deux services du soir. Ce cadre se paie assez cher : le repas (trois plats à la carte) vous coûtera aux environs de 65 euros tandis que la formule easy à 38 euros se prête aux budgets plus modestes. Des petits malins trouveront des réductions sur Internet pour le tester.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Lizard Lounge

Les mots du proprio: OFFRE SPECIALE SUMMER ! Pour toute réservation de groupe de plus de 10 personnes,une bouteille de Prosecco offerte !

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Charlie Birdy - Montparnasse

Charlie Birdy ne fait pas référence à Charlie Parker mais au nom du perroquet de Winston Churchill. A deux pas de Montparnasse, ce vaste pub entre un loft new-yorkais et club colonial pour gentlemen anglais attire des habitués du quartier. Il programme des concerts de jazz, blues, folk et funk très régulièrement, garder des prix raisonnables pour le quartier et présente l'avantage d'être ouvert non stop jusqu'à 5h du mat' tous les week-end. On s'installe dans de confortables canapés Chesterfield pour assister à des concerts live ou voir des matchs de foot et de rugby sur des écrans géants. A la carte, l’indétrônable burger est une valeur sûre : moelleux à souhait, gigantesque et servi avec de bonnes frites. En revanche, pour l’authenticité des fajitas et tapas, il faudra repasser. Si vous avez soif, testez un des nombreux cocktails de la carte pendant l’happy-hour de 16 à 20h du lundi au vendredi, et améliorez votre anglais en compagnie des expats et des touristes que l'on y croise jusqu'à 5h du mat' le week-end. Si vous êtes pressés, repassez un autre jour car le service peut être lent.  Le Charlie Birdy est réputé pour son brunch musical Gospel & soul à 19 euros, assez copieux mais pas très raffiné. Avec cette formule "à l'américaine", on vous sert une boisson chaude, un jus de fruits, des mini-viennoiseries, pain, beurre, confiture, suivis d'un plat au choix : "potatoes burger" où des galettes de pommes de terre, oeufs brouillés, bacon, galette de pommes de terre, ou bagel saumon au cream cheese ou salade caesar. Puis un dessert pas follasson : cheesecake, pancake, moelleux au chocolat ou - plus original - une minestrone aux fruits frais.  Deux autres adresses de cette enseigne existent à Paris : Charlie Birdy Commerce et surtout Charlie Birdy Boétie, à deux pas des Champs-Elysées qui est le seul à fermer à 5h tous les jours.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

La Mezzanine de l'Alcazar

« Tandis que moi tous les soirs je suis vestiaire à l'Alcazar »  chantait Jacques Brel dans "Les Remparts de Varsovie". Lui parlait du cabaret de l’Alcazar, un lieu aménagé dans une ancienne salle de jeu de paume au XVIIIe siècle, convertie en imprimerie. Aujourd’hui, la Mezzanine de l’Alcazar est un bar-restaurant-discothèque design épuré très chic, rue Mazarine. On y croise une foule de tout âge plutôt BCBG et les familles bourgeoises du quartier. En bas, le restaurant décoré d’expos photo temporaires originales, sur la mezzanine, le bar, dont la verrière lumineuse met en valeur des meubles chics. Dans ce cadre cosy, on peut même se faire masser tous les mardis. Au programme : cocktails santé, réflexologie manuelle et massages faciaux. Ne manquez pas les lundis lyriques, tout un concept ! Pendant que vous dînez entre amis, un trio d’opérette surgit dans la salle toutes les demi-heures. Ténor, mezzo et soprano donnent de leur voix pour interpréter des morceaux choisis du répertoire lyrique classique. Les autres soirs de la semaine, le fond musical sera électro groove lounge, mixé par des DJs résidents qui sortent régulièrement des compils à l’effigie de la maison dans la même veine que Buddha bar, hôtel Costes... Si vous hésitez à passe à table, quelques noms de plats vous convaincront, comme l’épaule d’agneau fondant confite aux herbes avec son caviar d’aubergine, un délice. Ou la caille de Vendée farcie au foie gras maison et au Cognac, accompagnée de lentilles du Puy, une assiette digne des Grands Ducs. La liste des plats est trop longue pour la détailler, un conseil, goûtez !

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Le Truskel

Un bar dans la lignée des pubs british d’outre-Manche, où l’on vient voir des matchs de rugby en buvant des pintes de bière et écouter de la musique indie-pop et rock. Le hic : des supporters du PSG envahissent le lieu les soirs de matchs et sont loin d’être délicats avec les autres clients : saoulerie, drague lourde, altercations agressives avec les voisins, ne venez pas ces jours-là ! Le bar organise des concerts live tous les jours, parfait pour les fans de rock, le meilleur moment pour venir au Truskel. L’entrée est gratuite et le bar ferme à l’aube le week-end mais les consommations sont chères et l’endroit assez bondé le samedi soir. Des groupes célèbres viennent quelquefois y boire une bière après leur concert au Social Club voisin.

La note de Time Out
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus

Charlie Birdy - Boétie

Charlie Birdy ne fait pas référence à Charlie Parker mais au nom du perroquet de Winston Churchill. A deux pas des Champs-Elysées, ce vaste pub entre un loft new-yorkais et club colonial pour gentlemen anglais attire beaucoup de touristes étrangers. Il programme des concerts de jazz, blues, folk et funk très régulièrement, garder des prix raisonnables pour le quartier et présente l'avantage d'être ouvert non stop jusqu'à 5h du mat' tous les jours. On s'installe dans de confortables canapés Chesterfield pour assister à des live ou suivre des matchs de foot et de rugby sur des écrans géants. A la carte, l’indétrônable burger est une valeur sûre : moelleux à souhait, gigantesque et servi avec de bonnes frites. En revanche, pour l’authenticité des fajitas et tapas, il faudra repasser. Si vous avez soif, testez un des nombreux cocktails de la carte pendant l’happy-hour de 16 à 20h du lundi au vendredi, et améliorez votre anglais en compagnie des expats et des touristes. Si vous êtes pressés, repassez un autre jour car le service peut être lent.  Le Charlie Birdy est réputé pour son brunch musical Gospel & soul à 19 euros, assez copieux mais pas très raffiné. Avec cette formule "à l'américaine", on vous sert une boisson chaude, un jus de fruits, des mini-viennoiseries, pain, beurre, confiture, suivis d'un plat au choix : "potatoes burger" où des galettes de pommes de terre, oeufs brouillés, bacon, galette de pommes de terre, ou bagel saumon au cream cheese ou salade caesar. Puis un dessert pas follasson : cheesecake, pancake, moelleux au chocolat ou - plus original - une minestrone aux fruits frais.  Deux autres adresses de cette enseigne existent à Paris : Charlie Birdy Montparnasse et et Charlie Birdy Commerce, qui ne ferment à 5h que le week-end.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Charlie Birdy - Commerce

Charlie Birdy ne fait pas référence à Charlie Parker mais au nom du perroquet de Winston Churchill. Enfoui dans les profondeurs du 15e arrondissement, ce vaste pub entre un loft new-yorkais et club colonial pour gentlemen anglais attire beaucoup des habitués du quartier. L’endroit est agréable, sur la place Etienne-Pernet, lorsque la salle est ouverte sur trois côtés. Ce bar programme des concerts de jazz, blues, folk et funk très régulièrement, garder des prix raisonnables pour le quartier et présente l'avantage d'être ouvert non stop jusqu'à 5h du mat' tous les week-end. On s'installe dans de confortables canapés Chesterfield pour assister à des concerts live ou voir des matchs de foot et de rugby sur des écrans géants. A la carte, l’indétrônable burger est une valeur sûre : moelleux à souhait, gigantesque et servi avec de bonnes frites. En revanche, pour l’authenticité des fajitas et tapas, il faudra repasser. Si vous avez soif, testez un des nombreux cocktails de la carte pendant l’happy-hour de 16 à 20h du lundi au vendredi, et améliorez votre anglais en compagnie des expats et des touristes que l'on y croise jusqu'à 5h du mat' le week-end. Si vous êtes pressés, repassez un autre jour car le service peut être lent.  Le Charlie Birdy est réputé pour son brunch musical Gospel & soul à 19 euros, assez copieux mais pas très raffiné. Avec cette formule "à l'américaine", on vous sert une boisson chaude, un jus de fruits, des mini-viennoiseries, pain, beurre, confiture, suivis d'un plat au choix : "potatoes burger" où des galettes de pommes de terre, oeufs brouillés, bacon, galette de pommes de terre, ou bagel saumon au cream cheese ou salade caesar. Puis un dessert pas follasson : cheesecake, pancake, moelleux au chocolat ou - plus original - une minestrone aux fruits frais.  Deux autres adresses de cette enseigne existent à Paris : Charlie Birdy Montparnasse et surtout Charlie Birdy Boétie, à deux pas des Champs-Elysées qui est le seul à fermer à 5h tous les jours.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Au Magique

Voilà un bar au fort accent de titi parisien. Les soirées sont orchestrées par le chansonnier résident Marc Havet qui, plébiscité par les habitués, distille une chanson française gaie et parfois grossière. On se croirait dans ces petits concerts d’antan. Chaleureux et familial, le bar propose une formule pinard et musique où, comme avant, le musicien vous fait passer un chapeau (la participation étant libre). Un bon plat du jour accompagnant souvent un bon rouge, la carte met en avant des plats simples pour des soirées sans chichi. Et quand M. Havet n’est pas de la partie, la variété française reste à l’affiche ; il est donc conseillé de jeter un œil au programme. La clientèle n'est pas très jeune comme on pourrait s'en douter.

La note de Time Out
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus

Commentaires

2 comments
legras
legras

bonsoir j aime beaucoup les café concert dans la capitale mais je n y habite plus depuis lonptemps j ai fait pas mal de concert avant cordialement dans le rock&roll

Les Cariatides
Les Cariatides

Le café concerts des Cariatides propose en moyenne 3/4 concerts ou soirées toutes les semaines. Le sous-sol est aménagé en scène artistique (sonorisé) et l'entrée sauf cas exceptionnel est entrée libre. En savoir plus sur www.lescariatides.com