Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Pharaons Atelier des Lumières
© Culturespaces / C. de la Motte Rouge

Les 10 expositions les plus attendues à Paris en 2024

De la peinture, de la photo et même de l’art immersif : voici tout ce qui vous attend dans les musées parisiens en 2024 !

Zoé Terouinard
Écrit par
Zoé Terouinard
Publicité

A l’approche des JO, on aurait pu s’imaginer que les musées de la capitale allaient poser leurs RTT pour laisser la place aux athlètes. Que nenni ! La culture et les expos gardent une place de choix à Paname, et ce, tout au long de l’année. Au programme ? Des surréalistes à gogo, une Frida Kahlo 2.0 et même un voyage immersif dans l’Egypte des pharaons. Encore une fois, Paris voit grand. Et pour vous aider à vous organiser dès maintenant, on a fait le top de ce qui a le plus excité nos mirettes dans le programme 2024. A vos marqueurs, prêts… stabilotez ! 

L'Égypte des pharaons, De Khéops à Ramsès II - Atelier des Lumières

L’Atelier des Lumières se met à l’heure égyptienne pour inaugurer cette nouvelle année. Après Toutankhamon et Ramsès à la Villette, le spot du 12e ajoute sa pierre à la pyramide et propose une exposition toute d’or vêtue pour rassasier l’égyptomanie du public français. Des dieux à l’architecture en passant par la politique et le commerce, tous les aspects de la civilisation antique seront explorés dans un spectacle grandiose de vidéomapping. Un joli programme qui ne s’arrête pas là puisque l’Atelier des Lumières imagine également un show plus court centré sur les orientalistes, ces peintres européens fascinés par le monde extra-occidental. 

Du 9 février 2024 au 5 janvier 2025

Egypte Pharaons Atelier des Lumières
© Culturespaces / C. de la Motte Rouge

Paris 1874, inventer l'impressionnisme - musée d'Orsay

Imaginez l’ambiance. Le 15 avril 1874, dans le salon feutré du grand Nadar, se tiennent les futurs cadors de la peinture. Monet, Degas, Pissarro, Renoir, Cézanne, Morisot… Ce “clan des révoltés”, qui ne se reconnaît plus dans l’académisme des salons, décide de créer son propre événement pour célébrer une nouvelle manière de peindre, basée sur l’impression. Une peinture de paysage, en extérieur, qui se détache doucement du réalisme en vigueur dans une Europe en crise. En 130 œuvres, l’expo d’Orsay met en perspective des tableaux impressionnistes avec des toiles présentées simultanément au salon, restituant le choc visuel de cette révolution.

Du 26 mars 2024 au 14 juillet 2024

Inventer l'Impressionnisme
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Brancusi - Centre Pompidou

On vous avait prévenu : de 2025 à 2030, le Centre Pompidou se refait une beauté, et l’Atelier Brancusi, situé à quelques pas, ne fera pas exception. Avant de dire bye-bye un certain temps aux sculptures de l’artiste roumain, Beaubourg lui rend un dernier hommage avec une expo XXL alignant près de 200 sculptures, photos, dessins, films et documents d’archives. Ce sera la plus grande rétrospective française jamais consacrée à ce monument de la sculpture européenne dont les courbes et les lignes épurées ont contribué à jeter les bases du minimalisme. 

Du 27 mars au 1er juillet 2024 

Brancusi
© Centre Pompidou, MNAM-CCI/Adam Rzepka/Dist. RMN-GP

Metal - Philharmonie de Paris 

Après le hip-hop et la musique électronique, la Philharmonie de Paris se penche sur le cas du metal. Loin des stéréotypes de mecs aux cheveux longs hurlant dans le micro, l’exposition s’intéresse à la genèse d’un genre ultra-référencé aux formes multiples. Dans une scénographie immersive dont elle a le secret, la Philha dresse, pour la première fois en France, un portrait riche de ce mouvement né il y a près de cinquante ans, au carrefour entre musique, culture pop, anthropologie et même art contemporain. Yeaaaaaaaaah !

Du 4 avril au 29 septembre 2024

Festival Metal Culture(s), Guéret, mai 2017 © Corentin Charbonnier
Festival Metal Culture(s), Guéret, mai 2017 © Corentin Charbonnier

La Naissance des grands magasins - MAD x Cité de l'Architecture

Attention, choc des titans ! Le MAD et la Cité de l’Architecture s'associent pour une double expo monumentale revenant sur l’histoire de ces temples du shopping. Des Galeries Lafayette au Bon Marché en passant par la Samaritaine et le Printemps Haussmann, ces adresses cultes de la vie parisienne se font décortiquer en deux temps. D’abord au MAD, qui se penche sur l’aspect social de ces hauts lieux de la consommation, traitant aussi bien de leurs stratégies commerciales que de leur communication. La Cité de l’Architecture prendra le relais en s’intéressant aux contours de ces centres commerciaux vintages, dont l’archi est aussi identifiable que fonctionnelle. 

Du 10 avril au 13 octobre 2024 au MAD puis du 16 octobre 2024 au 16 mars 2025 à la Cité de l’Architecture

Grands Magasins - MAD
© Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

Eva Jospin, Chambre de soie - Château de Versailles 

L’été 2024 signe le retour des grosses expositions contemporaines à Versailles. Connue pour avoir abrité quelques-unes des expos les plus subversives de la décennie passée (Anish Kapoor, Joana Vasconcelos…), la demeure du Roi-Soleil accueille cette fois-ci Eva Jospin, qui investira l’orangerie du château avec une broderie monumentale de 350 mètres carrés et 105 mètres long ! Intitulée la Chambre de soie, l’œuvre réalisée en collaboration avec la Chanakya School of Craft à Mumbai s’inspire aussi bien des bosquets des jardins à la française avoisinants que du manifeste féministe de Virginia Woolf. Une véritable invitation à la flânerie qui montre une nouvelle fois toute l’étendue du talent d’Eva Jospin et qui fera probablement un carton. 

Du 18 juin au 29 septembre 2024

Eva Jospin
© Camille Lemonnier

Surréalisme. L’exposition du centenaire - Centre Pompidou

Le saviez-vous ? Cette année, le mouvement surréaliste fête ses cent ans ! Qui d’autre pour célébrer cet anniversaire que le Centre Pompidou, qui signe une expo blockbuster consacrée à ce courant délirant. Initié et théorisé par le poète André Breton, le surréalisme explore l’onirisme, l’inconscient, la déraison. Bref, il met le bazar dans la très rationnelle histoire de l’art. Le Centre Pompidou fait la promesse de dépasser l’habituel boys club Magritte-Man Ray-Dalí et de mettre les femmes sur le devant de la scène. L’occasion de découvrir la poésie de Toyen, Leonora Carrington ou encore Dora Maar, qui nous enverront elles aussi au pays des rêves. 

Du 4 septembre 2024 au 6 janvier 2025

Frida Kahlo, ¡Viva La Vida! - Grand Palais Immersif

Elle est sans conteste l’artiste mexicaine la plus célèbre du monde. Mais la connaît-on vraiment ? Avec son exposition ¡Viva La Vida!, le Grand Palais Immersif promet de répondre à toutes nos questions en nous plongeant dans l’intimité de cette femme aussi libre que talentueuse. Etape parisienne d’une exposition itinérante à succès (qui a déjà raflé 14 prix), cette expérience immersive s'appuie sur le journal intime de Frida Kahlo pour retracer sa vie riche et tumultueuse à coups de projections à 360 degrés d’une centaine d’œuvres, photos et documents d’archives. 

Du 18 septembre 2024 au 2 mars 2025 

© Frida Kahlo
© Frida Kahlo

Tina Barney - Jeu de Paume 

Enfin un peu de photo dans ce top ! Si nous l’avions beaucoup mise en avant lors des derniers mois, la photographie semble s’effacer la saison prochaine au profit de la peinture. Heureusement, on peut toujours compter sur le Jeu de Paume pour mettre en lumière des figures emblématiques de la discipline. Et en 2024, c’est au tour de Tina Barney de nous éblouir grâce à ses portraits uniques des classes aisées de la côte est des Etats-Unis dans les années 1970. Jeunesse dorée et familles bourgeoises : une expo aux doux accents d’Amour, gloire et beauté et aux tonalités pastel délicieusement rétro.

Du 24 septembre 2024 au 19 janvier 2025

Tina Barney
© Tina Barney

Arte povera - Bourse de Commerce 

On finit l’année en beauté à la Bourse de Commerce qui retrace la naissance d’un mouvement révolutionnaire : l’Arte povera. Apparu en Italie au milieu des années 1960, l’Arte povera se positionne en détracteur de la société de consommation et devient rapidement le mouvement anti-pop art, préférant les matériaux naturels ou de récupération à l’ostentation américaine. Le commissariat de l’expo, assuré par la grande théoricienne du mouvement, Carolyn Christov-Bakargiev, s’appuie sur l’important fonds de la Collection Pinault, mais aussi sur de grands prêts italiens, pour présenter au public les œuvres des protagonistes du mouvement, de Jannis Kounellis à Giuseppe Penone en passant par Giovanni Anselmo. 

Du 9 octobre 2024 au 24 mars 2025

Arte Povera Pinault
Pinault Collection © Giuseppe Penone

À la une

    Publicité