Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Halle Saint Ouen
© Antoine Besse

On a visité la Communale, le plus grand food court d’Europe (et on vous dit tout)

A Saint-Ouen, une ancienne halle industrielle devient une immense nef où faire son marché, un repas ou la fête

Antoine Besse
Publié par
Antoine Besse
Publicité

Il n’y a pas (encore) de concours des food courts, mais si ça existait, la Communale raflerait à coup sûr des médailles. Déjà celle du projet qu’on surveille depuis le plus longtemps chez Time Out (dès 2021 !). Et celle -plus impressionnante on admet- du plus vaste food court d’Europe ! Un hangar centenaire de 200 mètres de long sur 65 de large avec 15 mètres sous plafond, où Alstom montait ses TGV jusqu’en 2008. Porté par la Lune Rousse (Ground Control) et la société d'investissement immobilier Frey, le projet qui a ouvert le 18 janvier en jette sérieusement avec ses 13 000 m2 de béton ciré, poutres métalliques et lumière zénithale. C’est bien simple, les autres food courts ont l’air de cagibis en comparaison. 

Comme une halle

Halle Saint Ouen
© Antoine Besse

On déambule vraiment à son aise entre les stands dans un espace lumineux, aéré, très industriel avec cette énorme grue à portique jaune poussin, mais qui ne tombe dans le pastiche ferroviaire (ouf, pas de wagon posé là). Bravo aux archis Reichen et Robert mais aussi à l’agence Koz qui a chantourné les comptoirs, chaises et grandes tables communes à partir de bois issus des déchets du chantier et de caisses de transports d’œuvre d’art (on repère en effet un pochoir Peter Lindbergh sur un panneau au-dessus du bar central). Hyper-recyclé, élégant et fonctionnel.

Marché frais et street food chaude

Halle Saint Ouen
© Antoine Besse

La nef se partage en deux espaces. Le food court proprement dit, avec huit stands de cuisines de rue du monde : Corée, Maroc, Taïwan, Mexique mais aussi burgers, pizzas, plats végans… ou pâté en croûte ! Premier constat : les noms des enseignes (Anju, Fermento, Mapo) n’éveillent aucun souvenir en nous. Contrairement à Food Society, nul grand nom des fourneaux n’a été appelé sur le projet. « On voulait une cuisine de quartier, on a donc procédé à un appel d’offres pour trouver les cuisiniers – audoniens mais pas forcément – qu’on avait envie de pousser, avec toujours une exigence autour des produits », explique Denis Legat, boss de la Lune Rousse. Ainsi le couple François et Hee Soo Feiss, en pleine reconversion, incube à la Communale son tout premier restaurant, un comptoir à kimbap et poulet frit coréen. Il y aura peut-être des coups de feu un peu tendus au début !

Un lieu de vie en gestation

Halle Saint Ouen
© Antoine Besse

Et de l’autre côté de la nef, on trouve un marché avec, cette fois, des noms connus de nos services (traiteur italien Honorati, fromager Hardouin) qui côtoient des régionaux de l’étape comme la pâtissière, la fleuriste ou le boucher. Grâce à la Communale, Saint-Ouen retrouve même une poissonnerie (la dernière n’avait pas survécu au Covid).

La halle se situe au cœur du tout nouvel écoquartier des Docks, caréné pour des cadres passés de l’autre côté du périph, et ça se sent dans les prix très parisiens : comptez 15 € pour un plat, sans compter un verre de bière locale ou de vin nature. La Communale se limite à la bonne chère jusqu’au 29 février. Après, la partie culturelle va se prendre son envol avec une salle de concert de 500 places, un club, des cuisines pour des résidences de chefs... Un lieu de vie en formation !

À la une

    Publicité