Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Unsplash
© Pascal Bernardon

Paris va doubler les subventions allouées aux associations LGBTQ+

Par Rémi Morvan
Publicité

Dans la rougeoyante période que traverse la capitale, un bout d'arc-en-ciel a fait son apparition. Alors qu'a récemment été mise en place la première colocation parisienne accueillant des jeunes migrants LGBTQ+ précaires – créée par l'association Basiliad et la Fondation Abbé Pierre, et soutenue par la Ville de Paris –, Jean-Luc Romero, l'adjoint parisien aux droits humains, de l’intégration et de la lutte contre les discriminations a révélé un scoop dans Le Monde : l'intention de la majorité de faire voter, en octobre, le doublement de son soutien financier aux assos LGBTQ+.

Concrètement, cela se traduira par une subvention totale de 382 650 € répartis entre 25 assos, parmi lesquelles : Le Refuge, SOS Homophobie ou encore le Centre LGBT de Paris. Si Jean-Luc Romero se félicite de ce « signe fort [envoyé] pour rattraper le retard », il rappelle aussi que « Paris n’est pas la ville qui donne le plus d’argent aux associations de ce type, loin de là. » Côté Les Républicains, ça couine, évoquant des « petits arrangements entre amis » et un système d'attribution « toujours plus obscur ».

Quant aux futurs investissements de la ville sur le sujet, ils devraient prendre les formes d'un centre d'archives LGBTQ+, et d'une Maison des cultures LGBTQ+ dans le Marais. Deux projets qui soulèvent cependant tout un tas de questionnements autour de leurs portées, ainsi que des différentes attributions à partager entre les associations et la Ville de Paris. Pour éclaircir et polir les relations entre les différentes parties, la mairie va confier une mission de plusieurs mois à Joël Deumier, ancien président de SOS Homophobie. Ne reste plus qu'à attendre ses prévisions.

À la une

    Publicité