0 J'aime
Epingler

Biennale de Belleville 2014

Du 25 septembre au 26 octobre

Parc de Belleville (© TB / Time Out)
1/12
© TB / Time Out
Les Mots Bleus
2/12
Art en plein air (Jean-Christophe Norman, 'Ulysses, A Long Way (Gdansk)', 2014 / Courtesy de l’artiste)
3/12
Jean-Christophe Norman, 'Ulysses, A Long Way (Gdansk)', 2014 / Courtesy de l’artiste
Artothèque éphémère (Mathieu Mercier, 'Sans titre (verre)', 2012 / Courtesy Galerie Torri)
4/12
Mathieu Mercier, 'Sans titre (verre)', 2012 / Courtesy Galerie Torri
Artothèque éphémère (Coraline de Chiara, Collage, mine de plomb et crayons de couleur, 2013 / Courtesy de l'artiste)
5/12
Coraline de Chiara, Collage, mine de plomb et crayons de couleur, 2013 / Courtesy de l'artiste
Promenades nocturnes (Promenade nocturne, L'Art change la ville'/ Œuvre lumineuse 'Les Fourmis' de Peter Kogler / Photo : Jacques Schoumann / Courtesy Dédale)
6/12
Promenade nocturne, L'Art change la ville'/ Œuvre lumineuse 'Les Fourmis' de Peter Kogler / Photo : Jacques Schoumann / Courtesy Dédale
Art en plein air (Jean-Christophe Norman, 'Crossing New York', 2008 / Courtesy de l’artiste)
7/12
Jean-Christophe Norman, 'Crossing New York', 2008 / Courtesy de l’artiste
Déambulations (Jacques Clayssen et Patrick Laforet, 'Hors-Circuits - Point de vue n°9', 2014 / Courtesy des artistes)
8/12
Jacques Clayssen et Patrick Laforet, 'Hors-Circuits - Point de vue n°9', 2014 / Courtesy des artistes
Marches parallèles (Capucine Vever, 'Yet Another Hole I didn't know about' / Plâtrière des "Carrières d'Amérique", Buttes Chaumont / Photo : © Henri Le Secq / Courtesy Capucine Vever)
9/12
Capucine Vever, 'Yet Another Hole I didn't know about' / Plâtrière des "Carrières d'Amérique", Buttes Chaumont / Photo : © Henri Le Secq / Courtesy Capucine Vever
Promenades urbaines ('Montreuil, formidable étalage de nourritures' / © Emilie Bierry / Courtesy Promenades Urbaines)
10/12
'Montreuil, formidable étalage de nourritures' / © Emilie Bierry / Courtesy Promenades Urbaines
Projet de Laurent Tixador (Laurent Tixador, 'La Chasse à l’homme', 2011 / Courtesy Galerie In Situ Fabienne Leclerc)
11/12
Laurent Tixador, 'La Chasse à l’homme', 2011 / Courtesy Galerie In Situ Fabienne Leclerc
Projections (Projection en plein air / Courtesy Belleville en Vue(s))
12/12
Projection en plein air / Courtesy Belleville en Vue(s)

Tisser des liens. Mettre le nez dehors. Coexister. C'est ça aussi, l'esprit des galeries du nord-est parisien, qui ne sont pas tombées dans le cocktail multiculturel, festif et effervescent de Belleville par hasard. Ici, on a soif. Soif de créer quelque chose ensemble et de regarder un peu plus loin que le pas de sa porte, en participant de temps à autre à des projets communs. La Biennale de Belleville, délicieusement éclectique et prête à entamer sa troisième édition, est née de cette ferveur collective. Promenades de galerie en galerie, conférences, visites nocturnes des rues haut perchées du 20e, performances en plein air... En s'insinuant dans les espaces verts, les troquets ou les lieux associatifs du coin, cette grand-messe de la création actuelle contribue à pousser les galeristes et leurs artistes sur le pavé. De quoi cimenter, toujours un peu plus, cette culture de quartier. Tout en mettant de bons coups de marteaux dans les murs imaginaires (ou pas) qui séparent trop souvent l'art contemporain de ses contemporains.

Au programme pour 2014 : une réécriture étrange de l''Ulysse' de James Joyce à la craie sur les pavés de Belleville (Jean-Christophe Norman), des lectures proposées aux piliers de comptoir des bars du quartier (Les Mots bleus), la possibilité d'emprunter des œuvres de Mathieu Mercier ou de Coraline de Chiara à l'Artothèque éphémère (Pavillon Carré de Baudouin) ou encore des promenades urbaines proposées par des artistes comme Laurent Tixador, Dector & Dupuy ou Capucine Vever. Bien entendu, les galeries du coin (Jocelyn Wolff, Marcelle Alix, De Roussan, 22,48 m2, Balice Hertling, etc. - voir notre guide des galeries de Belleville ci-dessous) viendront pimenter le tout avec une nouvelle programmation d'expositions. De quoi s'offrir un bol d'art frais au nord de Paris, en papillonnant entre le parc de Belleville, les Buttes Chaumont, la Petite Ceinture et le Père Lachaise.

Biennale de Belleville, 3e édition
Du 25 septembre au 26 octobre 2014
Toute la programmation ici

Voir aussi

Les galeries du Marais

Elles étincellent derrière de grandes vitrines ou roupillent dans de somptueux hôtels particuliers, nichés au fond de cours cachées. Depuis une dizaine d'années, les galeries d'art contemporain les plus prestigieuses de la capitale (à quelques exceptions près) ont élu domicile dans le quartier historique de Paris. Et on ne va pas s'en plaindre : c'est foisonnant, c'est gratuit et ça nous donne encore une bonne raison de sillonner l'étroit dédale des rues du Marais. Alors tant pis si papillonner à l'aveuglette et se perdre parmi les foules cousues d'or fait partie du jeu : la rédaction a quand même concocté un petit guide des galeries incontournables du quartier pour vous aider à vous y retrouver dans cette dense, très dense, fourmilière artistique. Les reines de la ruche Thaddaeus Ropac Si l’activité de Ropac est centrée sur sa galerie de Salzburg, son espace parisien (allié à une nouvelle galerie à Pantin) propose lui aussi une programmation grouillant de monstres de l'art contemporain comme Antony Gormley ou Anselm Kiefer. En savoir +Ils sont passés par là :• Gilbert & George• Robert Mapplethorpe• Daniel Richter Emmanuel Perrotin Elle a pignon sur rue (de Turenne) et existe aussi à Hong Kong. On ne présente plus la galerie Perrotin, installée dans un vaste hôtel particulier. Artistes stars, clients bling bling et choix audacieux en font LA référence du marché de l'art parisien. En savoir +Ils sont passés par là :• Sophie Calle• Gelitin• Maurizio Cattelan Marian Goodman La g

En savoir plus

Art contemporain en banlieue

Ces lieux d'exposition et de création qui fleurissent au-delà du périph' Ceux qui estiment qu'art contemporain (« = fumiste, intello, bobo, parigot ») et banlieue (« = caille-ra, émeutes, inculte, insultes ») sont condamnés à faire mauvais ménage feraient bien de traverser le périph' de temps en temps. En une vingtaine d'années, de la petite ceinture accessible en métro jusqu'aux terminus ô si lointains des lignes de RER, les centres et galeries d'art contemporain ont poussé comme des champignons magnétiques, rivalisant d'audace et de qualité. Résidences d'artistes, espaces d'exposition flambants neufs, monuments historiques réhabilités : c'est ici, entre béton et campagne, que bourgeonnent et s'épanouissent certaines des meilleures adresses d'art contemporain d'Ile-de-France. De quoi bousculer quelques bons vieux a priori... Les incontournables MAC/VAL - Vitry Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne ouvre ses portes à Vitry-sur-Seine quelques jours seulement après les émeutes de 2005, à l’heure où la stigmatisation des banlieues est à son comble. Quelques années plus tard, sa réputation n’est plus à faire. Le MAC/VAL, symbole du dynamisme culturel d’une périphérie de plus en plus émancipée de l’emprise parisienne, s’impose comme l'un des meilleurs rendez-vous de la création actuelle... La suite Crédac - Ivry Après avoir résidé au centre Jeanne Hachette pendant près de vingt-cinq ans, le centre d'art contemporain d'Ivry a déménagé en septembre 2011 : direction la manufac

En savoir plus

Expositions gratuites

En ce moment Laurent Grasso Laurent Grasso aime mener les gens en bateau. Les faire tomber dans des pièges visuels comme des mouches dans un pot de Nutella. Cultiver un malin sens de l’anachronisme et du paradoxe en truquant ses images, ou en employant des méthodes et des matériaux rescapés de ses vieux livres d’histoire de l’art. Etoiles filantes, éruptions volcaniques, prophéties, éclipses, miracles… La suite Gilbert & George Après y avoir présenté ses 'London Pictures' en 2012, le duo britannique revient à la galerie Thaddaeus Ropac (pour investir, cette fois, son vaste espace de Pantin) avec une toute nouvelle série, 'Scapegoating Pictures'. Encore des collages cinglants mêlant quelques restes de pop art à une critique sociale et politique grinçante... La suite Bertrand Bonello Alors que son ‘Saint Laurent’ impressionnant et impressionniste sort en salles, Bertrand Bonello investit le Centre Pompidou pour un réjouissant cycle centré sur le cinéma (évidemment) et la musique. Musicien de formation, Bonello a toujours prêté une attention particulière au traitement du son dans ses films... La suite Ackroyd and Harvey Les revoilà, les photographes en herbe. On les avait remarqués en 2012, lorsqu’ils avaient littéralement planté leurs photos sur les murs de l’Orangerie du Domaine de Chamarande, dans le cadre d’une belle exposition collective (‘Salons’). Depuis, les Britanniques Ackroyd & Harvey ont fait du chemin... La suite Common People « Bois de Vincennes : les deux troncs s

En savoir plus
Par Clotilde Gaillard
Advertising

Les meilleures expos du moment

Gilbert & George : Scapegoat Pictures Des rues. Des femmes voilées. Des téléphones portables. Des sweats à capuche. Du rouge, du noir, du gris. Et au milieu de tout ça, Gilbert et George dans leurs éternels costumes de tweed. L’humeur est sombre. Il pleut sur les quartiers Est de Londres, home sweet home du couple britannique : une averse d’images éclatées et de petits objets en forme de bombes, capsules de « gaz hilarant » comme on en trouve des dizaines sur le bitume de l’East End qui, à en croire cette exposition, partage sa vie entre la mosquée, l’église, les restos tandoori et les soirées dopées au protoxyde d’azote. La suite Ackroyd and Harvey : Life on Life Ils sont de retour. Les photographes en herbe dont les portraits éthérés, flous et fragiles pourraient évoquer, de loin, une version « bio » de certaines peintures de Gerhard Richter : celles que l’Allemand réalise en s’inspirant de photos qu’il rend, sur la toile, aussi troubles qu’un souvenir en passe de se volatiliser. Sauf que chez les Britanniques Ackroyd & Harvey, le processus est tout autre. Depuis plusieurs années maintenant, les deux Anglais développent leurs photographies monumentales sur de jeunes pousses d’herbe. Fragiles et fugaces, leurs gigantesques œuvres « sur gazon » se dessinent, s’affirment et se métamorphosent au fur et à mesure que la photosynthèse agit sur le semis, laissant la nature reprendre ses droits sur l’empreinte de l’homme... La suite Roman Vishniac De Roman Vishniac (1897-1990), on c

En savoir plus

Commentaires

1 comments
Guillaume L
Guillaume L

Pour poursuivre l'exploration de la marche, des modes de mobilité, de ses enjeux sociétaux et des collaborations artistiques initiées à ce sujet, je vous recommande http://fr.forumviesmobiles.org/