Doisneau et la musique

Art, Photographie
Recommandé
4 sur 5 étoiles
© Robert DOISNEAU
© Robert DOISNEAU

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Vous pensiez avoir tout vu de Doisneau ?

Pour qui ? Les inconditionnels du photographe, et les autres.
Voir quoi ? De la musique en noir et blanc.

Doisneau, fou de zique ? Photographe humaniste, passionné par les gens et leur quotidien, le peintre de Paris était aussi très attiré par les instruments, les voix et les sons. Preuve en est avec cette expo à la Cité de la Musique : un parcours de plus de deux cents clichés en noir et blanc, pour autant de portraits d’une vie en rose et en musique. 

Chez Doisneau y'a d’la joie. Un hyper positivisme qu’on lui reproche souvent, mais qui s’accorde parfaitement aux enjeux musicaux. Ceux des fanfares, des concerts et des chorales. Ceux des journées en famille, des soirées entre amis. Ici la musique est l’essence même du bonheur, quels que soient les textes ou les styles. Pour Doisneau, même Gainsbourg devait être un mec heureux.

Retour à son terrain de jeu favori, Paris et sa banlieue, avec quelques guests de luxe : le Renaud des années 80, des portraits magiques de Barbara ou de Juliette Greco encore jeune (collector) et une série étonnement comique dédiée aux Rita Mitsouko. On y trouve quelques chefs-d’œuvre, comme sa série Ballade pour violoncelle et chambre noire, composée en image avec son ami le musicien Maurice Baquet (vous comprendrez enfin comment on peut oublier un violoncelle sur un quai de métro). 

Tout ça dans une installation d’une rare ingéniosité, une balade où chaque photo est une fenêtre ouverte sur un salon dans lequel joue un musicien, sur un coin de rue où des enfants chantent. L’art du coup d’œil et des intimités. Un bel hommage à cet ethnologue, qui par la photographie aura su donner à voir, et à entendre.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Infos

Votre avis

LiveReviews|0
1 person listening