Futures of Love

Art, Installation Libre
3 sur 5 étoiles
1/5
2/5
3/5
4/5
5/5

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

C’est quoi l’amour au XXIe siècle ?

Pour qui ? Les romantiques 2.0
Voir quoi ? Ton avatar lapin faire l’amour et se fighter

Si l’année dernière, les Magasins Généraux rendaient hommage au foot et encourageaient nos Bleus à ramener la coupe à la maison, c’est aujourd’hui sur l’Amour que se penche le centre culturel de Pantin, en invitant une quarantaine d’artistes à questionner la sexualité, les notions de couple ou encore les relations à distance. Une nouvelle saison culturelle muy caliente qui réchauffe les quais du canal jusqu’au 20 octobre.

C’est quoi l’amour au XXIe siècle ? Plus question d’être excité par un gant retiré ou une cheville dévoilée ; aujourd’hui, on jouit derrière son écran, on s’aime à plusieurs et on apprend à se connaître sans jamais se rencontrer. Derrière le titre « Futures of Love », l’expo s’intéresse à ces codes en perpétuelle mutation dans une scéno labyrinthique éclairée au néon rose, aussi délicieusement oppressante qu’une sortie de boîte à Pigalle.

Le plus du parcours ? Sans doute la diversité des supports présentés. On commence l’expérience avec Rabbit Heart de Natalia Alfutova qui, après nous avoir pris en photo et collecté nos infos de base, nous transforme en un rongeur dont les futures relations seront décidées par un algorithme. Un peu plus loin, une série de peintures signée Celia Hempton capture ses interlocuteurs en train de se masturber sur chatrandom.com, quand Nick & Chloé redonnent ses lettres de noblesse au slow avec l’installation vidéo Slowset, entre poésie et nostalgie.

Un parcours quasi sans faute, éclaboussé cependant par certaines œuvres un poil gratuites comme Dignity 01 d’Amalia Ulman, couvrant un autoportrait de sperme, ou les sculptures FOCUS d’Anna Uddenberg, critique stéréotypée de l’usage sexuel de la technologie. Moins convaincant.

Par Zoé Kennedy

Publié :

Infos

Votre avis

0 comments