Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

Héroïnes romantiques

  • Art
  • 5 sur 5 étoiles
  • Recommandé
Heroines romantiques
Léopold Burthe (1823- 1860), Ophélia 1852, Musée Sainte-Croix, Poitiers, France - © Musées de Poitiers-Christian Vignaud
Publicité

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Le musée le plus mignon de Paname accueille jusqu’au 4 septembre prochain une pléiade d’héroïnes romantiques.

Le romantisme, ce n’est pas qu’une affaire de comédie avec Hugh Grant. C’est avant tout un mouvement culturel, artistique et littéraire qui a secoué le XIXe siècle avec, comme d’hab, des mecs aux commandes. Et pourtant, des femmes, il y en a : elles ne tiennent pas le pinceau mais titillent l’imaginaire des créateurs. Elles, ce sont Sapho, Ophélie, Juliette, Emma. Tantôt historiques, tantôt imaginaires, ces femmes font aujourd’hui l’objet d’une exposition dans l’ancienne baraque de George Sand, au nom lourd de sens : Héroïnes romantiques.

Un sujet pas facile que les commissaires manœuvrent avec brio au travers d’un petit corpus de 80 œuvres duquel se dégage rapidement une problématique : pourquoi les héroïnes romantiques sont-elles toutes destinées à mourir tragiquement ? Que ce soit dans la peinture, la littérature ou les arts de la scène, c’est toujours la même histoire : une belle femme, un mec pas cool, une passion un peu trop brûlante et une mort franchement horrible. On est loin de Love Actually

Les artistes romantiques, des drama queens ? C’est peu de le dire. Un goût pour la tragédie hérité de la mythologie et du théâtre qui les pousse même à revisiter l’histoire à leur convenance. Ainsi, Sapho, première poétesse à déclamer son amour pour une femme, se jette d’une falaise pour un homme sous le pinceau d’Antoine-Jean Gros. Une instrumentalisation de l’histoire féminine que traite, en parallèle de l’exposition, Julie Beauzac dans son podcast Vénus s’épilait-elle la chatte ?. On est loin de la superhéroïne Marvel, la femme étant perpétuellement sacrifiée dans ces histoires, comme plus séduisante morte que vivante. 

Et malgré un tout petit format un peu frustrant, l’exposition est une véritable réussite, sur le fond comme sur la forme.

Écrit par
Zoé Kennedy

Infos

Adresse
Prix
De 7 à 9 €
Heures d'ouverture
Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Publicité
Vous aimerez aussi