Pierre et Gilles - La Fabrique des idoles

Art, Photographie
Recommandé
5 sur 5 étoiles
1/2
Jean-Philippe Humbert © Pierre et Gilles
2/2

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Pour la première fois, le travail de Pierre et Gilles est traité sous l’angle de la musique. Résultat ? Une expo qui claque où tout le monde s’éclate.

Pour qui ? Absolument tout le monde !
Voir quoi ? Nos stars préférées et des paillettes. Beaucoup de paillettes.

Un mois de janvier interminable, une pluie intarissable et une saison culturelle plutôt triste : difficile de se remonter le moral au musée en ce moment. Heureusement, on peut compter sur l’esthétique kitsch de Pierre et Gilles pour mettre un peu de couleurs dans ce paysage terne !

La légende dit que c’est lors d’une fête que Pierre Commoy et Gilles Blanchard se sont rencontrés, en 1976. Une teuf qui s’est poursuivie à travers leurs innombrables compositions, où subsistent les mêmes paillettes, la même énergie et surtout la même musique qu’en soirée. Ce rapport au son et aux stars de la chanson, le duo kitsch le revendique, élevant au rang d’icônes contemporaines ceux qui ont fait vibrer les platines de nos darons et qui squattent aujourd’hui nos playlists numériques.

Quel meilleur endroit pour leur rendre hommage que la Philharmonie de Paris ? Le spot de la Villette réunit pour l’occasion 110 œuvres acidulées, articulées dans un parcours chronologique. Ponctuée de deux installations immersives – La Chambre de Sylvie et L’Autel de la musique –, cette première monographie sur le thème de la musique met en scène des clips vidéo et des pochettes d’album avec une playlist pour rythmer la déambulation. A l’image du duo, l’expo est ludique et électrique, et explore chacun des pans de leur travail, de leurs inspirations chrétiennes et mythologiques à leur humour et leur goût prononcé pour la pop.

Une expo vibrante, positive et so fabulous dont le paysage culturel parisien avait grandement besoin.

Par Zoé Kennedy

Publié :

Infos

Votre avis

LiveReviews|0
1 person listening
Vous aimerez aussi
    À la une