Salon de Montrouge 2017

Art, Art contemporain Libre
4 sur 5 étoiles
salon montrouge 2017
1/14
Ji-Min Park © C.Gaillard
salon montrouge 2017
2/14
'Départ en vacances', Dorian Cohen © C.Gaillard
salon montrouge 2017
3/14
'La Noble Pastorale', Suzanne Husky © C.Gaillard
salon montrouge 2017
4/14
Suzanne Husky © C.Gaillard
salon montrouge 2017
5/14
'Sans titres' (posters), Hélène Bellenger © C.Gaillard
salon montrouge 2017
6/14
Tom Castinel © C.Gaillard
salon montrouge 2017
7/14
Valentina Canseco © C.Gaillard
salon montrouge 2017
8/14
'Between a Rock and a Hard Place', Cat Fenwick © C.Gaillard
salon montrouge 2017
9/14
'Tissu de sable', Linda Sanchez © C.Gaillard
salon montrouge 2017
10/14
'Mesurer les actes', Marianne Mispelaere © C.Gaillard
salon montrouge 2017
11/14
'Histoires des ensembles', Mathilde Chénin © C.Gaillard
salon montrouge 2017
12/14
'Gamete Glass', Jeanne Briand © C.Gaillard
salon montrouge 2017
13/14
Linda Sanchez © C.Gaillard
salon montrouge 2017
14/14
Capucine Vandebrouck © C.Gaillard

Evénement référence dans le milieu de la création contemporaine, le Salon de Montrouge revient pour une 62e édition. Avec des talents émergents et vivifiants.

Le cœur de l’art contemporain bat toujours aussi fort. Il suffit de se rendre à Montrouge pour prendre son pouls, même sans le sou. Du sang neuf, à vous racer le Beffroi, s’y expose sur quelque 1 500 m2. Soit cinquante-trois artistes, majoritairement féminines, de quatorze nationalités et sensibilités différentes. Une sélection moindre, moins engagée – et peut-être moins engageante – que l’année précédente, qui vient toutefois oxygéner l’air de l’art actuel par des techniques et des visions nouvelles. Voire, pour certains, réanimer le spectateur enthousiasmé qui sommeille en nous.

Une histoire écrite en quatre chapitres 

Sous l’égide réitérée d'Ami Barak et Marie Gautier, la scénographie se divise comme l’an passé en un quatuor de lignes directrices, de fils rouges et invisibles tendus entre les espaces du lieu et les œuvres qui s’y propagent. Sans contrainte physique et mentale, le visiteur promène son regard intrigué des 'Récits muets' de Ji-Min Park (entre autres), dont l’installation tout à la fois intime et personnelle s’avère sobrement désindividualisée et bouleversante, à la section « Fiction des possibles », offrant notamment une virée hallucinée sur les autoroutes surréalistes, à mi-chemin entre Hockney et Hopper, de Dorian Cohen.

Dans le domaine d’« Elevage de poussière », référence subtile à la photographie éponyme de Man Ray, Capucine Vandebrouck, Linda Sanchez, Jeanne Briand ou encore Mark Daovannary donnent à repenser l’immatérialité en créant des images fortes et une empreinte de ce qu’on ne pouvait visualiser : l’évolution de la vie, le temps (en tension entre deux aiguilles), le vide (faille de boue piégée par un lacet), le bruit (rebondissant dans des globes de verre)… Quant au « Laboratoire de formes », il mériterait, lui, d’être renommé « laboratoire formes-ascétiques » tant on y croise de figures accumulées inutilement, de déjà-vu insignifiants et d’hommages sans intérêt ni attrait, de la sculpture oscillant entre le ‘Bird’ de Brancusi et le sac de golf dernier-cri d'Alexis Chrun à la ‘Sainte Hygiène’ de Nicolas Ballériaud, qui s’apparente en fait à l’exhibition du contenu de sa poubelle sur des étagères en bois.

Retour aux sources de l'artisanat

Heureusement, ces petites déceptions ne sont que l’inévitable apanage de l’assemblage collectif et sont loin d’être légion. On retiendra plutôt les perles rares qui s’enfilent, plus nombreuses que celles, baroques, sur le joyau couronné de succès qu’est le Salon de Montrouge. Et surtout Romain Gandolphe, nous livrant une visite guidée, ou plutôt contée et imaginative, du lieu déserté. Pierre Akrich et son culot magnifique de vendre ses propres factures comme des œuvres d’art – en vue de payer ses futures factures, quelle douce ironie ! Suzanne Huksy et son détournement écologiste de la célèbre tapisserie de ‘La Dame à la licorne’. Ou encore la lauréate Marianne Mispelaëre et sa tenture ornementale de fils à l’encre de Chine, brodée à vitesse constante.

Autant d’inventivité magistrale qui nous pousse à nous interroger sur l’avenir des installations ubuesques dans l’art contemporain au profit d’un retour aux techniques antiques.

>> Revivre les éditions précédentes du Salon de Montrouge sur notre page dédiée

 

Et pour voir plus d'art contemporain, cliquez sur notre dossier des meilleures expos du genre

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Site Web de l'événement http://www.salondemontrouge.com/
LiveReviews|0
1 person listening