Urban Art Fair

Art, Street art
  • 4 sur 5 étoiles
(2Appréciations)
0 J'aime
Epingler
urban art fair (© C.Gaillard)
1/21
© C.Gaillard
Galerie David Pluskwa (Marseille)
urban art fair (© C.Gaillard)
2/21
© C.Gaillard
L'artiste Kan devant ses oeuvres pointillistes, Galerie 42b
urban art fair (© C.Gaillard)
3/21
© C.Gaillard
Session de Live Painting lors du vernissage jeudi soir.
urban art fair (© C.Gaillard)
4/21
© C.Gaillard
'Mémoire de la Villa Médicis 2' par LEK de la Galerie 42b.
urban art fair (© C.Gaillard)
5/21
© C.Gaillard
Banksy et Mr. Brainwash mis en regard par la Graffik Gallery de Londres.
urban art fair (© C.Gaillard)
6/21
© C.Gaillard
Monsieur Chat et Miss.Tic sont aussi de la partie.
urban art fair (© C.Gaillard)
7/21
© C.Gaillard
'Clash' de Clet !
urban art fair (© C.Gaillard)
8/21
© C.Gaillard
'7h14, Paris' de Saype
urban art fair (© C.Gaillard)
9/21
© C.Gaillard
Alec Monopoly détourne le célèbre jeu de société.
urban art fair (© C.Gaillard)
10/21
© C.Gaillard
urban art fair (© C.Gaillard)
11/21
© C.Gaillard
L'Artistik Rezo galerie et son art presque brut.
urban art fair (© C.Gaillard)
12/21
© C.Gaillard
'Red and black light', Jo Di Bona
urban art fair (© C.Gaillard)
13/21
© C.Gaillard
urban art fair (© C.Gaillard)
14/21
© C.Gaillard
Le panneau publicitaire a enfin de la valeur grâce à Katre.
urban art fair (© C.Gaillard)
15/21
© C.Gaillard
Les fameux lettrages de JonOne.
urban art fair (© C.Gaillard)
16/21
© C.Gaillard
Speedy Graphito de la Galerie David Pluskwa.
urban art fair (© C.Gaillard)
17/21
© C.Gaillard
Bestiaire magnifique d'Antoine Gamard
urban art fair (© C.Gaillard)
18/21
© C.Gaillard
Oeuvres de Marc C. Woehr
urban art fair (© C.Gaillard)
19/21
© C.Gaillard
Boîte aux lettres revisitée par Jérôme Mesnager.
urban art fair (© C.Gaillard)
20/21
© C.Gaillard
Galerie Le Mouvement (Paris)
urban art fair (© C.Gaillard)
21/21
© C.Gaillard
Popay y Pelucas, galerie Green Flowers Art

La première foire internationale dédiée à l’art urbain s’installe au Carreau du Temple du 22 au 24 avril 2016.

Une première édition, c'est toujours un pari risqué. Alors, quand celle-ci s'avère réussie, on ne peut qu'être doublement séduit. L'Urban Art Fair a en effet su rassembler en un seul et même lieu toute la diversité de l'art urbain. Car, si dans l'imaginaire collectif, street art égale bien souvent tags et graffitis, on découvre sous les arcades en fer forgé du Carreau les mille autres facettes de cette discipline.

Wildstyle, calligraphie à la bombe, ego trip, art du détournement ou du collage muralisme… On déambule dans ce haut lieu culturel du 3e arrondissement comme dans un magasin de bonbons. Avides, on n'aurait presque pas assez d'une paire d'yeux pour tout voir, tout admirer. Il faut dire qu'une trentaine de galeries venues du monde entier occupe l'espace de 3000 m2. Offrant aux visiteurs l'occasion de retrouver des artistes de renommée mondiale tels Banksy, Mr. Brainwash, Jérôme Mesnager, JonOne, Jo Di Bona, Miss.Tic ou M. Chat. Mais aussi et surtout de donner l’opportunité à de jeunes talents de faire connaître leur "blase" au grand public. On croise ainsi les 'Ruines' de Katre sur les panneaux publicitaires et les oeuvres de l'Artistik Rezo qui flirtent avec l'art brut.

Et puisque l’art urbain n’est pas un art figé sur support mais un art bien vivant, des rencontres avec les artistes exposés -comme l'artiste pointilliste Kan de la Galerie 42b-, des performances live et des installations trouvent également leur place pendant les trois jours que durera la foire au Carreau du Temple. De même, des projections cinématographiques et des conférences s’y tiendront, animées par des professeurs et historiens spécialistes de l’art contemporain urbain. Prendront également la parole les premiers concernés : les artistes en personne. Ainsi, on peut citer Kool Koor, Toxic et la photographe américaine Martha Cooper entre autres, tous réunis autour de thèmes tels que : « l’histoire du mouvement », « le marché et les collectionneurs » ou encore « l’art urbain : de la rue à l’Internet ». Bref, une programmation aussi diverse et variée que les sensibilités abordées par cette discipline qu’est l’art urbain.

A noter que l’Urban Art Fair profite aussi de son passage dans la capitale pour rendre hommage à la fondatrice de la marque de prêt-à-porter agnès b., cette dernière étant en effet considérée comme l’une des pionnières en matière de collection et de mécénat pour l’art urbain.  

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Site Web de l'événement http://urbanartfair.fr/

Average User Rating

4 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:1
  • 4 star:0
  • 3 star:1
  • 2 star:0
  • 1 star:0
LiveReviews|2
1 person listening
EmixamTobas

Une jolie exposition. Un peut trop jolie et propre d'ailleurs. Nombre d’œuvres n'expriment aucun fondement, revendication ou expression dont l'aspect revendicatif du à leur temporalité en est pourtant l'un des principaux moteurs.

Sylvia MR
tastemaker

Pari réussi pour l'Urban Art Fair qui permet d'affirmer la place de Paris et de la France dans le monde du street art. Cet Urban Art Fair est un beau lieu de rencontre, entre artistes (vu : Michael de Feo), galeristes, jeunes et moins jeunes, simples flâneurs (comme moi) ou collectionneurs plus aisés. 


Bref, on se sent bien et à sa place dans ce lieu presque aussi mixte que la rue. Les oeuvres exposées juxtaposent oeuvres d'artistes confirmés (Banksy, Blek Le Rat, C215) et celles d'artistes émergents , comme celles - magistrales - d'Hendrik Czakainsi ou celles géniales de Nowart se jouant des codes de la peinture et réinterprétant Van Gogh et Picasso.


J'ai adoré! Courez-y, vous avez jusqu'à demain.