0 J'aime
Epingler

Cinéma en plein air 2015 : notre sélection en 12 films

Diaporama • Notre sélection des douze films les plus incontournables à retrouver cet été en plein air, à la tombée de la nuit et à travers Paris

Drôle de frimousse
1/12

Drôle de frimousse

de Stanley Donen, avec Audrey Hepburn et Fred Astaire

 

Quoi de mieux pour commencer l’été que cette charmante comédie musicale avec la délicieuse Audrey Hepburn en libraire passionnée de philosophie, qui se laisse tenter par le monde parisien de la mode. Accompagnée par l’incontournable Fred Astaire, la belle Audrey se retrouve en outre secondée par la musique et les paroles de George et Ira Gershwin, pour un concentré de légèreté et d’élégance pétillante.

 

>>> Vendredi 24 juillet, Butte Montmartre (18e)

Bancs publics
2/12

Bancs publics

de Bruno Podalydès, avec Denis Podalydès, Samir Guesmi et Bruno Podalydès

 

En écho bienvenu à la récente sortie de son truculent ‘Comme un avion’, revoici Bruno Podalydès avec le dernier volume de sa « trilogie versaillaise » (après ‘Versailles Rive gauche’ et ‘Dieu seul me voit’). Avec son humour pince-sans-rire, Podalydès y croque toute une galerie de portraits, au gré d’un impressionnant casting où se croisent Pierre Arditi, Chiara Mastroianni, Hippolyte Girardot, Claude Rich, Catherine Deneuve, Olivier Gourmet, Josiane Balasko, Mathieu Amalric ou Michel Vuillermoz… Bref, mieux qu’un dîner des Césars. Et beaucoup plus drôle, surtout.

 

>>> Samedi 25 juillet, Place des Vosges (4e)

Les Adieux à la reine
3/12

Les Adieux à la reine

de Benoît Jacquot, avec Diane Kruger, Léa Seydoux, Virginie Ledoyen et Xavier Beauvois

 

Film historique malin, aux airs de huis-clos à l’intérieur du château de Versailles, où l’aristocratie sombre dans la paranoïa face aux événements de la Révolution française. Diane Kruger y campe une Marie-Antoinette admirablement plurielle, entre sa passion amoureuse pour Gabrielle de Polignac (Virginie Ledoyen) et sa souveraineté capricieuse. Un film où l’action se fait rare, mais où le plaisir est comme le diable, il se cache souvent dans les détails : les moustaches d’un soldat suisse, une horloge dérobée, l’apparition furtive d’un roi veule, le rat tendu par une gouvernante, un vieux courtisan qui s’évanouit, les yeux perçants de Léa Seydoux… Lire notre critique complète.

 

>>> Dimanche 26 juillet, Parc Montsouris (14e)

Summer
4/12

Summer (avant-première)

d’Alanté Kavaïté, avec Julija Steponaityte et Aiste Dirziute

 

Projeté en avant-première au Wanderlust, ‘Summer’ est une tendre romance estivale parfaitement de saison ! Adolescente timide, rêveuse et paumée, la jeune Sangaïlé s’y ouvre à ses désirs et tentera d’envisager l’avenir au contact de l’exubérante Austé, apprentie styliste généreuse et passionnée. Porté par la musique de Jean-Benoît Dunckel, moitié du groupe Air, ‘Summer’ s’affirme comme un long métrage immersif, sensoriel et délicat.

 

>>> Lundi 27 juillet, au Wanderlust (13e)

L'Apollonide
5/12

L’Apollonide, souvenirs de la maison close

de Bertrand Bonello, avec Hafsia Herzi, Céline Sallette, Adèle Haenel et Noémie Lvovsky

 

Avant ‘Saint-Laurent’, Bertrand Bonello livrait déjà une formidable réflexion sur l’élégance décadente et la beauté qui se fane, avec ces souvenirs d’une maison close parisienne à la fin du XIXe siècle, où se mêlent quelques-unes des meilleures jeunes actrices françaises d’aujourd’hui. Une temporalité d’hypnose cyclique et un formidable casting pour cette inoubliable fresque en huis-clos.

 

>>> Jeudi 30 juillet, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Take shelter
6/12

Take Shelter

de Jeff Nichols, avec Michael Shannon et Jessica Chastain

 

Un père de famille américain à la schizophrénie envahissante (avec son lot d'humeurs instables, de cauchemars et de visions hallucinées) se voit de plus en plus persuadé que le monde s'apprête à être dévasté par une tempête apocalyptique. Le cinéaste Jeff Nichols réussit ici une tentative vertigineuse et chancelante d'embrasser ensemble un large spectre des problèmes actuels des Etats-Unis. Un des films majeurs des dernières années sur la conscience américaine. Et un excellent thriller psychologique. Lire notre critique complète.

 

>>> Samedi 1er août, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Last Days
7/12

Last Days

de Gus Van Sant, avec Michael Pitt, Lukas Haas et Asia Argento

 

En marge du récent documentaire ‘Montage of Heck’, ‘Last Days’ reste sans aucun doute le film le plus fin et le plus fidèle à l’esprit de Kurt Cobain, l’ancien leader de Nirvana. Ici transposée dans la peau d’un double du chanteur de Nirvana (renommé Blake et interprété avec pudeur par Michael Pitt), cette biographie rêvée des derniers jours de Cobain ressemble à une dérive contemplative dans une psyché mélancolique. Mieux qu’un biopic, ‘Last Days’ est un superbe hommage au musicien, où la poésie de la nature sauvage se mêle au désespoir grunge.

 

>>> Jeudi 6 août, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Le Mépris
8/12

Le Mépris

de Jean-Luc Godard, avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance et Fritz Lang

 

Sans doute le film le plus abouti – ou, disons plutôt, le plus « classique » – de la première période de Godard, son adaptation du célèbre roman de Moravia reste un bijou du cinéma des années 1960. Dénudant une Bardot alors au sommet de sa carrière, ‘Le Mépris’ propose surtout à Michel Piccoli l’un de ses premiers grands rôles au cinéma, aux côtés de Jack Palance et de Fritz Lang dans son propre rôle (récitant du Hölderlin en VO, s’il vous plaît). Tout simplement un monument du cinéma français. Lire notre critique complète.

 

>>> Vendredi 7 août, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Quoi de neuf, Pussycat ?
9/12

Quoi de neuf, Pussycat ?

de Clive Donner, avec Peter Sellers, Peter O’Toole, Romy Schneider, Woody Allen et Ursula Andress

 

Premier film scénarisé par Woody Allen, ‘Quoi de neuf, Pussycat ?’ s’affiche comme une drôle de comédie de mœurs, avec le génial Peter Sellers en psy frustré et Woody Allen lui-même en amoureux éconduit par Romy Schneider, épouse d’un Peter O’Toole outrancièrement volage. Un long métrage typiquement pop de 1965, où s’affirme déjà la verve cruelle et pleine de dérision du futur réalisateur de ‘Annie Hall’.

 

>>> Dimanche 9 août, Jardin Nelson Mandela (1er)

Inside Llewyn Davis
10/12

Inside Llewyn David

de Joel et Ethan Coen, avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake et John Goodman

 

Vision oblique de la scène musicale new-yorkaise du début des sixties ou respectueux portrait d’une ère mythique de la pop culture ? Variation mélancolique sur un Bob Dylan malchanceux ou déclaration d’amour aux absurdités de la vie d’artiste ? Porté par le charismatique Oscar Isaac en loser magnifique, le dernier long métrage des frères Coen offre une multitude d’angles et de facettes. Et la mélancolie du film, parfois cruelle, sonne également comme une version alternative, souvent hilarante, de l’histoire musicale américaine. Comme si la fiction, plus que les faits, était finalement le meilleur moyen de saisir et de restituer avec profondeur l’ambiance d’une époque. Lire notre critique complète.

 

>>> Mercredi 12 août, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Whiplash
11/12

Whiplash

de Damien Chazelle, avec Miles Teller et J.K. Simmons

 

Avec 'Whiplash', le jeune cinéaste Damien Chazelle filme le jazz sous l’angle de la performance, du conflit et de l’excellence, voire du défi physique. Derrière ses airs de film parfaitement calibré pour Sundance (où 'Whiplash' a gagné le Grand Prix du jury et le Prix du public), son second long métrage démontre de vraies qualités pour représenter à l'écran la musique et le travail qu’elle réclame. Il surprend le spectateur, l’emmène avec lui dans les arcanes du jazz et le stupéfie par un final grandiose. Lire notre critique complète.

 

>>> Lundi 17 août, au Wanderlust (13e)

Shining
12/12

Shining

de Stanley Kubrick, avec Jack Nicholson, Shelley Duvall et Danny Lloyd

 

Assurément l’un des plus grands films d’horreur de l’histoire du cinéma (en toute simplicité), cette adaptation par Stanley Kubrick du roman d’épouvante de Stephen King slalome avec maestria entre le surnaturel (option maison hantée) et le réalisme le plus inquiétant (ce type est juste fou), jouant à merveille sur la barbarie hilare de Jack Nicholson – qui trouve sans doute là l’un des personnages les plus jouissifs de sa carrière. Red-rum, red-rumLire notre critique complète.

 

>>> Samedi 22 août, prairie du triangle du parc de la Villette (19e)

Les festivals en plein air à retrouver cet été à Paris

Cinéma en plein air à La Villette 2015

Pour sa vingt-cinquième édition, le festival gratuit de cinéma en plein air revient au Parc de la Villette, sur la prairie du triangle, avec une programmation alléchante mêlant quelques grands classiques du septième art (Kubrick, Hitchcock, Tati, Godard, Cukor, Wilder...) et le meilleur du cinéma des dernières années, à travers des films d'Hayao Miyazaki, Michael Haneke ou Bertrand Bonello...

En savoir plus
Par Alexandre Prouvèze

Cinéma au clair de lune

Pour sa quinzième édition, le festival Cinéma au Clair de Lune, organisé par le Forum des Images hors ses murs et en plein air, va à nouveau sillonner Paris pour onze projections, les jeudis, vendredis, samedis et dimanches, du 24 juillet au 9 août. Chaque soir à 21h30, les Parisiens pourront ainsi redécouvrir, pêle-mêle, un classique absolu de Stanley Donen (‘Drôle de frimousse’ avec l’éternellement charmante et malicieuse Audrey Hepburn), une réjouissante comédie de Bruno Podalydès...

En savoir plus
Par Alexandre Prouvèze

Cinéma en plein air au Wanderlust

Pour la troisième année consécutive, le Wanderlust propose, tous les lundis soirs pendant l'été jusqu'au 31 août, une séance de cinéma gratuite en plein air. Après avoir ainsi présenté l'avant-première du magistral 'Victoria' le 29 juin, le club attenant à la Cité de la Mode et du Design montrera ce 6 juillet 'The Greasy Hands Preachers', documentaire de Clément Beauvais et Arthur de Kersauson sur la culture de la moto custom (vavavoum !). Le début de la soirée est prévu sur les coups de 20h et la projection à la tombée de...

En savoir plus
Par Alexandre Prouvèze

Commentaires

0 comments