0 J'aime
Epingler

Reprise de la Quinzaine des réalisateurs

Jusqu'au 7 juin, au Forum des images

'Les Combattants' de Thomas Cailley, avec Adèle Haenel et Kevin Azaïs

Du 28 mai au 7 juin, le Forum des images propose de retrouver à Paris la sélection de la Quinzaine des réalisateurs, tout juste achevée au Festival de Cannes. Créée après Mai 68 pour défendre le cinéma d'auteur, cette compétition parallèle est devenue, au fil des ans, l'un des évènements-phares du festival.

Cette année, on pourra ainsi découvrir en exclusivité la très attendue série comique de Bruno Dumont, 'P'tit Quinquin', le nouveau film de la réalisatrice de 'Tomboy', Céline Sciamma ('Bande de filles'), le dernier documentaire de l'immense Frederick Wiseman ('National Gallery'), le surprenant 'Mange tes morts' de Jean-Charles Hue, ou encore le très apprécié 'Les Combattants' de Thomas Cailley... Mais aussi de nombreuses découvertes, ponctuées de rencontres avec les équipes des films, ainsi qu'une version restaurée de 'Massacre à la tronçonneuse', le chef-d'œuvre gore de Tobe Hopper. Autant dire qu'il y en aura pour tous les goûts...

Le programme complet : ici.

Lire aussi

Festival de Cannes 2014

Time Out Croisette Lire aussi Jean-Luc Godard en 12 films Vous pensez n'avoir jamais rien compris à Jean-Luc Godard ? Ce dossier est fait pour vous ! Retour en douze films essentiels sur la carrière de JLG, avant la sortie en salles de son dernier film, 'Adieu au langage', en compétition au Festival de Cannes. Avant le palmarès : fin de partie sur un implacable colosse russe Pour ses ultimes jours, le Festival de Cannes aura été illuminé, last but not least, par le majestueux et colossal ‘Leviathan’ d’Andreï Zviaguintsev – qui se hisse aisément parmi les films les plus ambitieux, à la fois formellement et thématiquement, de cette édition 2014. Corruption du pouvoir (et à chacun de ses échelons, à la manière du ‘Revizor’ de Gogol), écrasement de l’individu par l’appareil d’Etat, mais aussi filiation et transmission, désespoir politique teinté de mélancolie intime et noyée dans des litres de vodka : le quatrième film du cinéaste russe est un monstre de maîtrise dans son rythme et sa photographie (Tarkovski n’est jamais loin), mais aussi dans la finesse de son analyse humaine et sociale, rejoignant en cela les films plus forts de la compétition officielle. Ceux des Ceylan, Sissako ou Dardenne.Au final, quelques heures avant la cérémonie de clôture, les paris vont bon train, et dans tous les sens. D’un côté, les plus émotifs s’emballent pour un Xavier Dolan très premier degré – et qu’on aura personnellement trouvé agaçant, avec sa grandiloquence un peu cheap et ses scènes de di

En savoir plus
Par Alexandre Prouvèze

Commentaires

0 comments