0 J'aime
Epingler

3 excellentes raisons de foncer au festival Jazz à la Villette cette année

Jazz is not dead

Créé en 2002, Jazz à la Villette s'impose comme un festival incontournable, moderne, éclectique et pointu, à l'image de ce que représente le jazz aujourd'hui. Lorsqu’on jette un rapide coup d'œil aux noms qui constituent la 15e édition de Jazz à la Villette, on a envie de faire des bisous au programmateur pour le remercier. Le remercier par exemple d'adoucir l'amère fin d'un été au bord de l'océan ou dans les festivals méditerranéens, juilletistes et aoûtiens. Et pourtant, Jazz à la Villette 2016 donne une furieuse envie de quitter son maillot et de rentrer à la capitale. Bilan en trois points.

Le rendez-vous des légendes

Quinze ans. Quinze ans que Jazz à la Villette ramène sur la scène parisienne les plus grands noms du genre. Bien sûr, les maîtres du piano jazz seront présents, à commencer par Chick Corea qui proposera deux concerts pour fêter ses 75 ans. Le showman viendra une première fois avec son ami, la plus grande référence du vibraphone moderne, Gary Burton, puis accompagné le lendemain du contrebassiste mondialement connu Avishai Cohen et du batteur Marcus Gilmore. L’immense Chucho Valdés viendra quant à lui faire revivre sur scène la musique chaleureuse et ethnique de son groupe Irakere, une institution cubaine née dans les années 1970. D’ailleurs, en première partie de ce dernier, probablement une future géante de la musique cubaine, la dernière signature du label de Gilles Peterson Daymé Arocena. Oh et puis McCoy Tyner viendra accompagné de deux autres claviéristes pour une soirée consacrée à sa musique frénétique et inventive. Rien que ça.

En parlant de légendes, le festival rendra également hommage à deux autres monstrueuses figures de la great black music, à savoir le créateur de l’afrobeat Fela Kuti et le saxophoniste et compositeur John Coltrane. La soirée Tribute to Fela retracera dans son intégralité la carrière de l’artiste nigérien, et sera orchestrée par son fils cadet, Seun Kuti. Ce dernier montera sur scène avec son groupe Egypt 80, et invitera également le rappeur Talib Kweli, les chanteuses soul françaises Ibeyi, le grand Tony Allen et le claviériste malien Cheick Tidiane Seck. Bref, une brochette d’héritiers de l’œuvre de Fela, pour une soirée qui s’annonce mémorable. La Tribute to John Coltrane sera quant à elle menée par un pionnier du free jazz à New York (qui a d’ailleurs enregistré avec la légende dans les années 1960), le génie saxophoniste Archie Shepp

Un festival ouvert

Jazz à la Villette, c’est très certainement le festival de jazz le plus ouvert aux autres univers musicaux qui puisent leur inspiration dans le jazz, de loin ou de près. La musique noire au sens large, le funk, le hip-hop, la soul, l’afrobeat, mais aussi la musique électronique ou la pop qui, on l’a vu avec des groupes comme celui des quatre mini-génies de BadBadNotGood, a tout à fait sa place dans le milieu. Eh bien cette année, c’est le trio britannique GoGo Penguin qui viendra nous jouer ses ritournelles pop à la Grande Halle le 7 septembre pour un moment plein d’harmonie. La même soirée, on pourra enchaîner avec EriK Truffaz Quartet qui nous offrira un concert à la croisée des styles avec la présence de la chanteuse malienne Rokia Traoré

Après Jurassic 5, DJ Premier ou Mos Def l’an dernier, c’est au tour de Nas de représenter le hip-hop cette année. Du hip-hop oui, mais celui qui sample le jazz, s’en inspire, s’en imprègne. Son très remarqué ‘Illmatic‘ sorti en 1994 en est le parfait exemple, notamment avec son titre phare "NY State of Mind", reprise d’un titre de Joe Chambers, ou la présence des productions de Pete Rock, Q-Tip ou DJ Premier, tous également adeptes du genre.

Dans un autre registre, le guitariste jamaïcain Ernest Ranglin, doyen du festival du haut de ses 84 ans, viendra faire résonner son ska et son reggae dans la Cité de la musique. Après avoir collaboré avec les chanteurs Jimmy Cliff ou Bob Marley dans le passé, la légende s’accompagne ici aussi d’un plateau de prestige pour sa venue à Jazz à la Villette : Cheikh Lô, Tony Allen, Courtney Pine, Ira Coleman et Alex Wilson. Une nuit inédite et très attendue du public parisien.

Beaucoup d’autres fouleront les différentes scènes du 19e cette période-là comme Laura Mvula, The Herbaliser ou encore David Murray Quartet feat. Saul Williams pour une édition qui s’annonce définitivement mémorable.  

De la musique, et bien plus encore !

A côté de toutes ces têtes fortes, Jazz à la Villette part depuis trois ans à la découverte d’artistes inclassables musicalement et labels novateurs, pour les partager avec son public. C’est l’opération Under The Radar qui fait plusieurs dates dans divers lieux de création de l’est parisien durant le festival. Pour voir la programmation, c’est ici.  

Une partie du festival est également dédiée aux enfants, avec des concerts, des ciné-concerts et des spectacles autour du jazz. Quatre dates accueilleront donc les familles à l’amphithéâtre de la Cité de la Musique, dont une version entièrement nouvelle du célèbre conte russe ‘Pierre et le loup’. + d’infos 

Enfin, en partenariat avec le MK2 Quai de Seine, Jazz à la Villette propose une sélection de films autour du thème « For Ever Lives America » à voir dans la salle du 19e. L’exceptionnel ‘Finding Fela’, documentaire retraçant la vie du prodige de l’afrobeat Fela Kuti, y sera diffusé et précédé d’une rencontre avec son cadet, Seun Kuti. + d'infos

[Concours] Gagnez vos places pour le festival Jazz à La Villette !

Commentaires

0 comments