• Le blog
  • Dans nos Assiettes
0 J'aime
Epingler

Entretien avec le créateur de La Louve, le premier supermarché coopératif à Paris

Entretien avec le créateur de La Louve, le premier supermarché coopératif à Paris

Questions à Tom Boothe, le co-fondateur du premier supermarché coopératif parisien qui vient d'ouvrir ses portes à Paris.

Qu'est-ce qui a bien pu pousser Tom Boothe, cinéaste indé américain né dans l'Indiana, à s'installer à Paris en 2002 puis à créer le premier supermarché coopératif ? L'amour du goût et de la bonne chère, sans doute, car Tom adore boire et manger, mais pas seulement. Avec son sympathique accent « tellemôn american », il nous avoue que sa situation de cinéaste est précaire, alors on comprend vite pourquoi l'idée d'un supermarché qui vend des produits de qualité à des prix réduits l'a séduit. Des bons produits pas chers, c'est possible à Paris ? Oui, mais à certaines conditions.

Time Out Paris : Pouvez-vous nous expliquer le principe de La Louve ?

Tom Boothe : C'est un supermarché coopératif d'un genre un peu spécial. Comme dans toute coopérative, c'est un business dont les propriétaires sont ceux qui utilisent les structures et dont chaque part, quelle que soit son montant, équivaut à un vote. Mais nous avons ajouté un nouvel ingrédient inspiré de la Park Slope Food Coop à Brooklyn : les membres de la coopérative doivent participer chaque mois au bon fonctionnement du magasin, que ce soit pour nettoyer, tenir la caisse, gérer la logistique, etc. Ça nous garantit des prix qui restent d'autant plus bas que nous sommes un organisme à but non lucratif.

Il faut donc être membre pour venir faire ses courses à la Louve ?

Oui, il faut badger à l'entrée du supermarché, mais n'importe qui peut devenir membre ! Il suffit d'acquérir 10 parts de la boutique, soit 100 euros, payables en plusieurs fois. Si vous êtes titulaires du RSA, une seule part de 10 € suffit.

Les produits seront-ils exclusivement bio ?

Pas du tout. Ce sont les membres de la Louve qui discuteront de quels produits peuvent, ou ne peuvent pas, être commercialisés dans le supermarché. Or, nos membres possèdent des profils très hétérogènes. Pour certains, le bio est la priorité, pour d'autres ce sont les bas prix, pour d'autres encore ce sera la filière locale. Nous nous adaptons à tous les publics, et plusieurs versions d'un même produit seront proposées à la vente.

Pourquoi vous êtes-vous implantés dans le 18e arrondissement ?

Nous voulions un quartier à la fois populaire et « bohème ». Ça n'aurait eu aucun sens de s'installer dans le Marais, parce que notre but est d'élargir l'accès aux bons produits pour tous. Nos fromages, par exemple, sont particulièrement excellents, et seront vendus 30 % moins chers en moyenne qu'ailleurs. Dans certains quartiers, les habitants ne manquent pas de commerces de qualité pour s'approvisionner, pas ici. Et puis, le tissu associatif est dynamique, les demandes de partenariat affluent de partout. Nous distribuerons par exemple le Journal du 18e dans la boutique.

Que répondez-vous aux mauvaises langues qui vous accuseront probablement de « boboïser » le quartier ?

C'est exactement pour ça que nous ne sommes pas un projet bio. Le bio représente en effet un type de culture, qui va au-delà de l'alimentation et peut exclure certaines franges de la société, nous voulons éviter ça. Il y aura des produits naturels, mais nous allons vendre aussi du Nutella ! Nous sommes d'abord un supermarché. Depuis quelques années, la volonté de manger sainement, de se préoccuper de notre santé, a pris un peu le pas sur le goût, sur l'envie de bien manger. Quand j'entre dans certains magasins bio, j'ai un peu l'impression d'être dans une pharmacie, ça ne me donne pas envie de manger. A la Louve, nous souhaitons mettre également en avant le côté bon vivant, bonne bouffe à la française, qui peut tout à fait s'accommoder de principes de santé.

Si vous souhaitez soutenir La Louve, c'est par ici.

La Louve, 116 rue des Poissonniers, Paris 18e.

A voir aussi : Food Coop, un documentaire sur le succès fou du supermarché alternatif de Brooklyn.

For any feedback or for more information email

Commentaires

1 comments
zazie t
zazie t

Belle iniative qui vient d'ouvrir ses portes rues des Poissonniers !