Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Le cycle Jean Eustache à la Cinémathèque ressuscite une œuvre culte mais rarissime
Actualités / Vivre en Ville

Le cycle Jean Eustache à la Cinémathèque ressuscite une œuvre culte mais rarissime

Cycle Jean Eustache Cinémathèque Maman et la putain

A certains égards, Jean Eustache est le cinéaste pour cinéphiles par excellence. Radicaux, fabriqués à l'huile de coude, très autobiographiques et devenus introuvables en DVD, ces films représentent les reliques sacrées d'un culte confidentiel. En consacrant sa une à Eustache récemment, le magazine So Film emboîtait le pas de la Cinémathèque et décidait qu'il était temps que le public connût enfin ce géant caché du cinéma français. 

La lecture du magazine vient donc compléter merveilleusement le cycle Eustache, qui commence le 3 mai prochain et dure jusqu'au 27. On y découvrira des anecdotes sur les tournages, des analyses et quelques fragments biographiques qui éclairent la compréhension d'une œuvre géniale. Le cinéma d'Eustache est à son image, c'est un art de dandy parisien (même s'il a passé une bonne partie de sa jeunesse à Narbonne) qui drague et qui boit, d'intello précaire entre deux petits boulots, de « romantique matérialiste » obligé de bosser mais avide d'oisiveté comme le décrit finement Gabriela Trujillo dans le texte d'introduction.

Un cinéma qui épouse presque parfaitement le mode de vie français

Montrez un film d'Eustache à un étranger, il vous répondra qu'on ne peut pas faire quelque chose de plus français. On y parle de sexe sans tabou, on boit, on fume, les amours s'emmêlent en divers ménages à trois, les paroles sont crues, l'enfance rêveuse, l'argent méprisé. L'équipe rédactionnelle de Time Out a d'ailleurs longtemps hésité à mettre 'La Maman et la Putain' en tête des 100 meilleurs films français, avant de donner la place à 'La Règle du jeu' de Renoir et de classer le film d'Eustache en numéro deux. 

Rien que pour revoir cette « gueule de bois post-68 » qui dure trois heures et demie, il faut courir à la Cinémathèque au joli mois de mai. Surtout, le cycle sera l'occasion pour les fans de visionner des films rarissimes et quasi documentaires tels que 'Le Cochon' qui suit l'abattage d'un porc, sa mise à mort et la découpe de la viande, ou encore 'La Rosière de Pessac', reportage sur une tradition du village où l'on élisait une jeune fille vertueuse. A noter aussi que des moyens métrages disponibles en ligne dans une qualité relative (on pense au formidable 'Une sale histoire' ou aux 'Photos d'Alix') seront enfin projetés dans une salle noire. Si vous ne connaissez pas le cinéaste, dites-vous juste qu'un trésor y est caché. 

Lire aussi notre dossier sur les 100 meilleurs films français.

Quoi ? • Cycle Jean Eustache.
Où ? • La Cinémathèque, 51 rue de Bercy, Paris 12e.
Quand ? • Du 3 au 27 mai. Toutes les séances sur le site.



 

Advertising
Advertising