Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Promenades dans le Paris bucolique : cité des Fleurs, 17e

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez bien les horaires avant de vous de déplacer.

Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)1/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)2/10
© EP / Time Out Paris
3/10
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)4/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)5/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs (© EP / Time Out Paris)6/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)7/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)8/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)9/10
© EP / Time Out Paris
Cité des fleurs  (© EP / Time Out Paris)10/10
© EP / Time Out Paris

Promenades dans le Paris bucolique : cité des Fleurs, 17e

Direction le métro Brochant pour une balade dans l'une des rues les plus mignonnes de Paris

Par Elsa Pereira
Advertising

La cité des Fleurs n'est pas une cité ordinaire. Ici, point de voitures qui klaxonnent, aucun pot d’échappement de scooter pétaradant, seuls quelques oiseaux qui pépient sur une branche. Bon, c’est vrai, on exagère, mais vous voyez l’esprit. La cité des Fleurs n’est donc pas le nom d’un fleuriste mais un site immobilier fondé en 1847, une voie fermée à la circulation et ouverte aux piétons à des heures précises. Un coin de verdure au sol pavé en plein Paris dont on envie les heureux locataires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un de ses immeubles a hébergé un réseau qui fabriquait des faux papiers distribués par le Mouvement de Libération nationale, mouvement découvert par la Gestapo le 18 mai 1944 – comme le rappelle une plaque à la mémoire des victimes et déportés. Aujourd'hui, le lieu est l'un des poumons du quartier, où les curieux croisent les voisins habitués à l'utiliser comme raccourci.

De 7h à 19h en semaine, et de 7h à 13h les dimanches et jours fériés. 

Plus de promenades bucoliques

Time Out
Time Out

La cour Saint-Pierre, 17e

Actualités Vivre en Ville

Lorsqu'on s'extirpe du métro La Fourche, on est d'abord surpris par le tumulte des avenues adjacentes, l'avenue de Clichy d'un côté, celle de Saint-Ouen de l'autre. Plutôt que de foncer tête baissée vers les Maréchaux, faites un crochet vers la cour Saint-Pierre, une impasse planquée entre le Monoprix et le McDo. On y trouve des ateliers d'artistes, de peinture (les Ateliers Terre de Sienne), une agence de communication, une autre de relations publiques, une antenne Emmaüs et des habitations. Quelques chaises, des palmiers et des petites fleurs : une parenthèse verte à découvrir au 47 avenue de Clichy. 

Saint-Serge
© Saint-Serge

L'église orthodoxe Saint-Serge, 19e

Que faire Balades et excursions

Il existe à Paris seize églises orthodoxes, dont la fameuse cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky située dans le 8e arrondissement. Beaucoup moins connue, la paroisse Saint-Serge cache ses charmes boisés au fond d'un passage de la rue de Crimée, sur le chemin qui mène aux Buttes-Chaumont. Inutile de dire qu'il est rare que des promeneurs égarés s'y perdent. L'église et son jardin partagé sont comme un secret qui se transmet par le bouche à oreille, une discrétion qui garantit le bon vivre du lieu, où les orthodoxes russes côtoient certains habitants du quartier qui ont investi la parcelle pour faire pousser des fleurs, des plantes aromatiques, des roses trémières et tout ce qui leur passe par la tête. Ce n'est qu'en vertu de la bienveillante tolérance des religieux qu'on s'y promène et qu'on y jardine, car l'endroit n'est pas public. Les bancs et les allées accueillent donc les passants respectueux, lui fournissant au passage un peu de fraîcheur et quelques feuilles de menthe ou de sauge.

Advertising
Rue Crémieux
DR

La rue Crémieux, 12e

Que faire Balades et excursions

Avec ces façades de toutes les couleurs, on se croirait presque à Portobello... Et pourtant, nous ne sommes qu'à quelques pas de la gare de Lyon dans une ruelle imaginée sur le modèle des cités ouvrières. Nommée avenue Millaud à sa création en 1865, la rue est rebaptisée en 1897 en hommage à Gaston Crémieux, défenseur de la cause ouvrière lors de la Commune de Paris. Avec ses trente-cinq pavillons de deux étages et ses couleurs chatoyantes, cette rue pavée depuis 1993 dénote dans le paysage haussmannien. Du rose, du vert, du violet en plein Paris, ciel ! En la traversant, ne manquez pas de jeter un coup d'œil au numéro 8 de la rue, vous verrez un stigmate de l'inondation de 1910, qui vit l'eau monter jusqu'à près d'un mètre soixante-quinze !

Time Out
Time Out

La Villa Daviel, 13e

Actualités Vivre en Ville

Non loin du déjà très charmant quartier de la Butte-aux-Cailles se niche une impasse aux allures victoriennes. Ici, pas question de street-art : cette ruelle abrite une ribambelle de maisons avec terrasses et jardins fleuris (oui, oui…) toutes plus belles les unes que les autres. On ne soupçonne pas son existence parmi les rues résidentielles de l’ouest du 13e arrondissement, et pourtant cet arrondissement du sud de Paris regorge de petits trésors. Si elle n’est pas à proprement parler cachée, il est aisé de passer à côté sans la remarquer. Alors la prochaine fois que vous vous retrouverez aux alentours de Corvisart, veillez à tourner dans cette villa fleurie pour vous enivrer du charme d’antan qui rayonne de ces maisonnées. 

Advertising

La cour Damoye, 11e

Que faire Balades et excursions

Planquée dans un recoin de la place de la Bastille, la cour Damoye cache une petite ruelle pavée à l'abri des voitures, des boutiques et des bars. Une rue privative qui débouche rue Daval. A l'époque de sa création (1790 - 1890), la cour abritait des ateliers d'artisans. Aujourd'hui, au 12 place de la Bastille, ce sont des agences de communication, des galeries, la brûlerie Daval et des habitations qui ont pignon sur rue.

La Villa Santos-Dumont,15e

Que faire Balades et excursions

Cachée dans le 15e, à quelques enjambées au nord du parc Georges Brassens, la villa Santos-Dumont est probablement la plus belle impasse de l'arrondissement. Sur une centaine de mètres, cette petite voie pavée créée en 1926 se trouve complètement couverte de verdure. Ultra-privilégiée, l'allée n'est cependant pas privée, et vous pouvez la parcourir à votre guise et à toute heure. Vous jalouserez les verrières des lofts, les maisons habillées de lierre, le grand jardin que l’on aperçoit derrière un portail, l’ambiance calme et heureuse. Georges Brassens lui-même ne s'y est pas trompé, puisqu'il a habité au numéro 42, de 1968 à sa mort. Auprès de son arbre, il vivait heureux ?

Advertising
Villa de l'Ermitage
Time Out

La villa de l'Ermitage, 20e

Difficile à croire sans doute, mais cette photo a été prise dans une rue du 20e arrondissement de Paris. Time Out Paris s'aventure dans la villa de l'Ermitage, une petite rue qui serpente entre la rue de l'Ermitage et celle des Pyrénées, véritable repaire d'artistes, de totems et de verdure envahissante. Ce n'est pas tout, découvrez aussi la Cité Leroy juste à côté et plus loin les beaux graffitis de la rue Laurence Savart.

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising